La boutique des nouvelles musiques

Dame! Déjà dix ans

Sophie Bernard, Convergence, no 2:4, 1 février 2002

Pour fêter ses dix ans d’existence, la maison de disque DAME s’est payée un événement SuperBoom de cinq soirées, 14 spectacles et neuf lancements de disque.

En dix ans, ce regroupement d’étiquettes québécoises indépendantes spécialisé en musique actuelle a construit un catalogue de plus de 160 disques compacts. Sa directrice, la musicienne Joane Hétu, avait de quoi jubiler. Ce sont tous les noms importants de la musique actuelle que l’on retrouve sous la houlette de DAME, de Jean Derome, en passant par Michel F Côté, René Lussier, Normand Guilbeault, Robert Marcel Lepage, Nathalie Derome, Charles Papasoff ou encore Joane Hétu elle-même.

La musique actuelle, également appelée musique de création, de recherche, de traverse, improvisée, a ses lettres de noblesse depuis plus de quinze ans au Québec. Le Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) est une des rares, mais non moins importantes, plateformes de diffusion récurrentes.

Lorsque Joane Hétu a décidé de lancer DAME il y a une décennie, c’était d’abord pour répondre à ses propres besoins. «Il est important de munir les artistes de structures pour les soutenir dans la production, la promotion et la distribution de leurs œuvres», explique-t-elle. «Et DAME leur offre un minimum de visibilité et de moyens.» Car, on le sait, la musique actuelle n’est pas du genre commercial, ceux qui en font ne sont pas là pour l’argent. «Quand j’ai lancé DAME, je me rappelle, l’étiquette Ambiances magnétiques comptait 15 vinyles et trois disques compacts», ajoute-t-elle. «Et maintenant, c’est tout un catalogue qu’on propose. DAME a prouvé sa raison d’être. Il est vrai que nous aimerions offrir plus, mais j’estime avoir fait des miracles avec le peu de moyens à notre disposition. DAME a aidé à construire une identité, même si Ambiances magnétiques existait déjà. Ce regroupement de six ou sept étiquettes indépendantes a permis de rassembler quelque 200 musiciens québécois.» Et c’est dans ce rassemblement que se trouve la force de la musique actuelle au Québec.

Est-ce que DAME a joué un rôle dans la reconnaissance de la musique actuelle au Québec? «Je crois plutôt que cette reconnaissance vient du travail de chaque musicien, de chaque concert présenté. Ce qui est le plus éloquent, c’est la musique elle-même. En fait, le rôle de DAME est surtout politique. Cela a permis la reconnaissance de la terminologie auprès des organismes de financement, cela nous a donné accès aux différents programmes. C’est un combat constant. Et si nous sommes maintenant mieux représentés, au Conseil québécois de la musique par exemple, la masse d’argent n’a tout de même pas suivi.»

Étonnamment, alors qu’en danse, la part du lion du financement va à la danse contemporaine, du côté de la musique, c’est celle datant d’avant le début du 20e siècle qui amasse les fonds publics. Il ne resterait que des miettes pour la création… Pourquoi? «Il parait que l’oreille est plus conservatrice que l’oeil», soupire Joane Hétu.

Laissons un peu le passé et voyons où en est la musique actuelle ici et maintenant, au Québec. «On ne peut pas dire que le Québec fasse partie des grandes vedettes de la musique actuelle au niveau international», reconnaît la directrice de DAME. «Et cela même si des gens comme René Lussier ou Jean Derome sont connus hors de nos frontières… En fait, on suit un peu la logique économique: il y a les États-Unis, l’Europe, le Japon, puis viennent le Canada, le Québec.» Par contre, ici même, le fait que le groupe Papa Boa «fasse» une salle lors du Festival international de jazz de Montréal est encourageant pour tous.

Que sera DAME dans dix ans? «Il fallait d’abord passer le cap des dix premières années», estime Joane Hétu. «Cet anniversaire a confirmé la pertinence de DAME. En ce moment, l’industrie du disque est en profonde mutation. On assiste à une démocratisation des moyens de production et de diffusion, grâce aux disques compacts et à Internet. Il y aura toujours de la place pour un lieu comme DAME.» Et Joane Hétu ne rejette pas l’idée d’affilier sa maison de disques à d’autres groupes, de s’ouvrir à d’autres éventualités. «Je n’exclue rien, sauf de larguer DAME, qui vit actuellement une crise de croissance indéniable. Nous aurions besoin d’une équipe plus importante, nous avons l’obligation de nous adapter au marché. Et même si je suis fatiguée, même si parfois je ressens un certain découragement, surtout en cette période bizarre, troublante, ce qui compte, c’est la force créatrice des musiciens. Je ne traîne pas DAME comme un boulet. Au contraire, ça pousse en arrière! Il y a des projets et, surtout, une qualité de langage musical, de discours.»

Et cette qualité de langage musical, le magazine Convergence vous en fera entrevoir certains pans, en présentant, au cours des prochains numéros, des portraits de ceux qui font la musique actuelle au Québec, en commençant par Joane Hétu.

… tous les noms importants de la musique actuelle…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.