La boutique des nouvelles musiques

Critique

Nicolas Tittley, Voir, 4 décembre 1997

Qu’il fasse une relecture du thème de Giselle; qu’il retrouve le cri primal avec son ensemble Klaxon Gueule, ou qu’il interprète la préhistoire dans Chants rupestres, le percussionniste Michel F Côté approche la musique comme l’anthropologue qu’il aurait voulu étre.

La dernière fois que j’ai vut Michel F Côté en spectacle, au Théâtre La Chapelle, c’était lors d’une représentation de Giselle de Bouhaha Danse. Au fond de la scène, les musiciens de B. A. R. F faisaient leur boucan habituel. Michel était là, à leurs côtés, à se charger de l’atmosphère en tapant sur une étrange batterie faite d’instruments acoustiques et de pads électroniques. De temps à autre, il caressait ses cymbales avec un archet, pour ensuite se lancer dans une mitraille frénétique inspirée par le rock à haute vélocité de ses voisins. Plus encore que la chorégraphie, transformée par Brouhaha en un véritable duel destroy, la musique tonitruante s’éloignait le plus possible de celle qui accompagnait la première version. «La musique originale de cette pièce est immensément ennuyeuse, je peux l’affirmer car je me suis tapé plusieurs enregistrements en travaillant pour Brouhaha, explique Côté. Au départ, je voulais faire une sorte de relecture mais ça ne cadrait pas du tout avec le projet, il ne reste donc que quelques petits clins d’œil.»

On ne doutait pas un instant que Côté puisse relever le défi. Après tout, c’est un compositeur de talent, ayant souvent travaillé pour le théâtre (on peut d’ailleurs l’entendre dans le Koltès actuellement présenté au TNM). Mais la collaboration avec les gars de B. A. R. F. avait de quoi surprendre. "J’écoute tous les genres de musique, mais ce n’est pas parce qu’on va au Mali pis qu’on s’assoit autour d’un feu avec des bongos qu’on est malien, lance Côté en guise d’explication. Je ne prétends aucunement être un musicien «grindcore» quand je joue avec B A. R. F. . Par contre, je peux parler le même langage qu’eux sur leur territoire, sans poser de jugement, et réussir à avoir une conversation passionnante. Ce genre d’analogies antiropologiques revient régulièrement dans la bouche de Côté, qui a abandonné ses études sur l’origine de l’homme pour se consacrer à la musique il y a quelques années. Cette semaine, lorsque Côté retournera au Théâtre La Chapelle (sans danseurs, cette fois-ci), il pourra enfin fusionner ses deux passions. Intitulé Chants rupestres, le spectacle qu’il présente en compagnie de son ensemble Bruire (avec Martin Tétrault aux tables tournantes, Jean Derome au sax baryton, et Normand Guilbeault à la contrebasse) se propose de donner une voix à des personnages muets depuis des dizaines de milliers d’années. Pour ce projet, Côté s’est sunout inspiré des fresques rupestres retrouvées sur les murs de nombreuses grottes, dont celle dite des Trois Frères, dans laquelle on peut observer un homme portant une sorte d’arc vers la bouche. À propos de cette peinture, Pascal Quignard écrira, dans La Haine de la musique, «Je ne distinguerai pas l’instrument de chasse de la première Iyre, de la même façon que je ne distinguai pas Apollon archer d’Apollon citharéde.»

À partir de ces images marquées sur la pierre, le champ d’exploration poétique qui s’offrait à Côté était quasiment infini. Puisqu’il n’existe ni notation ni tradition vocale ayant conservé la mémoire des chants préhistoriques, le musicien était libre de les interpréter comme il l’entendait. «J’ai toujours été fasciné par l’an rupestre, mais ce qui m’intéresse le plus, c’est de savoir quelle pouvait bien être la pulsion artistique première de ces gens pratiquement vierges de toute culture. Quignard, puisqu’on parle de lui, laissait entendre qu’aujourd’hui, le silence était devenu le vertige moderne parce que la musique ne parlait pas. Durant la préhistoire, les gens entretenaient un tout autre rapport avec la musique.» L’instrumentation s’est imposée d’elle même: en tant que percussionniste, Côté était le musicien primitif idéal. Derome se limiterait aux sonorités graves du baryton, Guilbeault utiliserait tout le coffre de la contrebasse, et Martin Tétrault, à l’aide de son aiguille de pick-up, allait représenter les coups de stylet des hommes des cavernes. La musique allait être brute et le spectacle, minimaliste. «J’ai voulu qu’on puisse sentir le côté primitif dans la mise en scène du spectacle. Il n’y a pratiquement aucun éclairage; pas de technicien de son, puisqu’on a décidé de ne pas se servir d’une grosse amplification; et on n’utilise pas de gradins car je voulais que le public soit au même niveau que nous, pour sentir la sueur.»

En première partie, Côté jouera avec son autre groupe, Klaxon Gueule, un trio qui se réclame de l’héritage des musiques «free» et rock à la fois. «Je dis toujours que Klaxon Gueule est une sorte de blind date musical. Il y a environ cinq ans, Alexandre St-Onge, un jeune bassiste de seize ans a appelé à la maison en me disant qu’il voulait prendre des cours avec moi. On a commencé à jammer ensemble et, un jour il m’a proposé d’appeler Bernard Falaise, que je connaissais seulement pour l’avoir vu sur scène. Ça a tout de suite cliqué.» Les trois gars ont fondé Klaxon Gueule sur un coup de tête. mais se sont mis à enregistrer dès leur fondation en septembre 1995. Le résultat peut maintenant être entendu sur le double compact Bavards, qui recense de volubiles échanges à trois sur le premier disque, et des sessions avec musiciens invités sur le second. Comme si ça n’était pas assez, Côté lancera un album solo appelé Compile Zouave, et ce, peut-être en même temps que la version disque des Chants rupestres au printemps prochain. Autant d’artefacts pour les ethnomusicologues du futur.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.