La boutique des nouvelles musiques

Michel F Côté est sur tous les fronts

Manon Guilbert, Le Journal de Montréal, 10 décembre 1997

Michel F Côté mène toujours quelques projets de front. Au théâtre en ce moment dans Gilselle ou la maudite amour sale, il prépare pour le Théâtre la Chapelle les événements musicaux Bruire et Klaxon Gueule.

Le premier disque du trio Klaxon Gueule sera par ailleurs lancé, le soir de la première, le 11 décembre. Compositeur et percussionniste, Michel F Côté met en scène deux ensembles radicalement différents. Le premier Klaxon Gueule se laisse aller dans une musique complètement improvisée. Le trio existe depuis près de trois ans et réunit Bernard Falaise à la guitare électrique, Alexandre St-Onge à la basse et Michel F Côté à la batterie.

«C’est très rock, explique Côté nous faisons en sorte que notre musique ait l’air le moins improvisée possible. Ça se passe bien entre nous et Klaxon Gueule a même quelques propositions pour se faire entendre en Europe.» Bavards, premier disque du groupe sera lancé à l’occasion de ce spectacle. Il est la 52e parution de l’étiquette Ambiances Magnétiques. Dans un deuxième temps, Bruire, formation polyvalente qui existe depuis une dizaine d’années et dirigée par Michel F Côté, requiert cette fois la collaboration musicale de Jean Derome au saxophone baryton, Normand Guilbault à la contrebasse et Martin Tétreault: au tourne-disques et pick-up.

À chaque nouveau spectacle de Bruire, Michel F Côté, qui en est le seul membre permanent, choisit les musiciens en fonction des objectifs musicaux. Cette fois, Bruire s’inspire de l’art rupestre, ces peintures éblouissantes retrouvées dans les grottes. «Les gens de la préhistoire étaient de véritables artistes. J’ai voulu donner un écho musical à ces œuvres. Les pièces possèdent une structure dans laquelle les musiciens peuvent s’exprimer.» Chacun d’eux étant un maître ils deviennent tour à tour solistes. Bruire se rapproche davantage du jazz, mais d’avant-garde. La batterie de Michel F Côté adopte un caractère lyrique, presque mélodique, qu’on ne reconnaît généralement pas à son instrument. Le saxophone de Jean Derome devient pour sa part plus rythmi que. «C’est fascinant de faire sortir les instruments de leurs rôles traditionnels.»

Pour l’occasion le Théâtre La Chapelle a été transformé pour ressembler à une grotte. Les musiciens et le public seront très près l’un de l’autre, créant ainsi l’interaction rêvée. Les deux parties de ce spectacle seront captées par la radio de Radio-Canada et diffusées ultérieurement.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.