La boutique des nouvelles musiques

Disque dur

L’Express, 30 novembre 1999

N’en déplaise à Ferré, la poésie n’à pas foutu le camp. Alors qu’on la croyait noyée sous l’assourdissante vacuité du flot d’images - vidéo ou autres - qui sont devenues nos points de repére communs, dans un monde dont les rapports au livre sont de plus en plus flous, la voilà qui réapparaît têtue, là où on l’attend le moıns, au moment où on en a le plus besoin.

Ceci dit, il en faudrait plus que ça pour troubler Patrice Desbiens lui qui a toujours entretenu des rapports malaisés avec ce métier qui n’en est pas un («Je pousse mon char comme je pousse ce poème/…/Et je pense Fuck la poésie»), avec cette langue fatalement identitaire, même lorsque réduite à l’impuissanœ («Il y a des mots qui ne me reviendront jamais/…/C’est comme si on m’avait fait une vasectomie de la langue/Elle bande toujours mais elle ne fera plus jamais d’enfants/Elle chante comme une boulette de steak haché dans une cage à hamster»). Quand on lit Desbiens - et encore plus quand on l’écoute - on se dt que rien ne doit être plus difficile que de dire les choses simplement. De façonner des images extraordinaires avec des mots parfaitement ordinaires. De refuser toute forme de compromis ou de politesse.

Aux antipodes de l’évasion onirique d’un Raoul Duguay, I’univers de Patrice Desbiens est dur commè de la roche du Nord de l’Ontario~ de cette terre arride dont il a fait le terroir fertile d’une Poésie désespérée, qui fascine et fait peur à la fois. À l’image de l’homme.

C’est Mano Solo qui disait, en parlant de «son» sida, que les gens l’aimaient bien parce qu’il mourait à leur place. D’une façon, nos rapports a Patrice Desbiens sont de cet ordre: il nous offre l’aliénation et la révolte, I’extase et le caniveau, dans un grand geste impudique dont on se grise par procuration,’ tandis que le poète devient indissociable de son œuvre. Comme Kerouac avant lui, ou Villon, si on~ veut remonter aux sources vives de la révolte.

Couchés sur la page, ces mots-, là sont déjà puissants. Mais quand Desbiens se les met en bouche, avec l’accent de rocaille - ou de racaille - de Sudbury, en parfaite symbiose avec les canevas discordants de René Lussier, qui a orchestré ce projet, la poésie devient un être vivant, grouillant, bagarreur. Et forcément génial.

Difficile de croire qu’aprés une dizaine de bouquins et une cassetté audio (le tout chez Prise de parole), Patrice Desbiens et les moyens du bord soit son premier disque de poésie. Quant à l’accueil critique et populaire exceptionnel qu’il a reçu depuis sa sortie en octobre, on y verra la confirmation que Ferré avait tort: il y a encore de l’espoir - même pour les poètes du desespoir.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.