La boutique des nouvelles musiques

Fanfare alternative

Bernard Lamarche, Le Devoir, 29 juin 2001

L’OPP est une joyeuse bande de ventistes spécialisés dans les cuivres

Vous les avez peut-être entendus hier, sur l’esplanade de la Place des Arts, lors de votre sortie journalière pour le lunch du midi. Si vous n’avez pas aimé, c’est que vous êtes particulièrement difficile. L’Orchestre des pas perdus est une fanfare. Mais pas n’importe laquelle. Elle se proclame elle-même alternative, cette fanfare. Et on la suit dans cette nomenclature. Impossible de s’ennuyer avec cette fanfare composée de ventistes, cinq au total, et d’une batterie.

Pour résumer rapidement, l’OPP (pour les intimes), c’est un projet que Claude St-Jean partage avec cinq de ses collègues musiciens, aux vents pour la plupart. St-Jean, peut-être le connaissez-vous sous le nom de l’autre groupe avec lequel son temps est partagé, Les Projectionnistes. Non? Grave, très grave.

L’OPP est une joyeuse bande de ventistes spécialisés dans les cuivres et qui se sont donné comme mission de dérider dans la plus sérieuse des démarches. Les tounes que joue le sextet viennent des influences du jazz, du blues, des musiques juives et des éléments ska. En ce sens, elles peuvent paraître familières. Pourtant, elles viennent toutes de la plume de compositeur de St-Jean. L’OPP, c’est du matériel original. Leurs deux albums, sous étiquette Ambiances Magnétiques, en témoignent avec joie: Maison douce maison et T’auras pas ta pomme.

Guigueux?

Qu’on se le tienne pour dit: l’OPP n’est pas un band de dixieland conventionnel, pas un band de dixieland tout court. «Ça me demande beaucoup de temps de faire ça, explique St-Jean. On n’est pas des guigueux. On fait de la musique originale pour cuivre.» Jazz, donc, funk, swing, musique de cabaret, ska et même punk (!!!) pousse le programme du FIJM. Anarchique, sûrement. «Pour du punk, ça prendrait des guitares électriques. Ça reste festif, éclaté.»

L’OPP est un orchestre de rue, mais pas exclusivement. Ils reviennent du Portugal, des States et du reste du Canada. La tournée l’a mené dans les salles. Hier, le concert était acoustique, d’autres seront amplifiés. «Ici, on m’engage sur ce palier-là, d’orchestre de rue. Je reviens au festival et ça sonne encore bien. Il y a quelques shows amplifiés de prévus cette année. Ça donne plus de dimensions à l’orchestre.» St-Jean, comme compositeur, est toujours à la recherche de nouvelles inventions. La réponse du public est plus que enjouée.

Pour chacun de ses concerts, l’OPP ajuste ses flûtes et puise dans son répertoire d’une trentaine de tounes originales. «Il faut jouer sur plusieurs terrains. Sinon, ce serait trop limité. Je me demande toujours ce que je peux tordre dans les notes de ces instruments.»

«Y a un gars, de la compilation Two Tongues, de ska, qui est venu me voir après le show d’aujourd’hui [hier]. Il m’a demandé de participer à la prochaine compil, avec du matériel inédit. C’est un défi. Du monde qui vient me voir comme ça, je trouve ça ben important. Pis le gars est ben plus jeune que moi. Je suis d’une autre génération. J’ai dit: let’s go! L’énergie, la drive, ça garde en santé. Ça fait suer, pis moi j’aime ben ça».

Un troisième album est envisagé. Le trombone de St-Jean côtoie le sax ténor de Roberto Murray, le sax alto et piccolo de Jean-Denis Levasseur, Maxime St-Pierre à la trompette, Jean Sabourin au sousaphone et Rémi Leclerc à la batterie. Tous sont terriblement impliqués dans la scène de la musique contemporaine à Montréal. Surveillez bien votre programme, ils jouent six fois encore jusqu’à lundi.

Impossible de s’ennuyer avec cette fanfare…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.