La boutique des nouvelles musiques

Critique

Alexandre Pierrepont, ImproJazz, no 71, 1 janvier 2001

L’énumération des accessoires dont Pierre Tanguay s’est servi pour faire son disque et la musique qui va avec est tout un poème, comme en ces listes à la Prévert où n`intervient que le plus farfelu et le plus complice des hasards. Par ordre d’apparition: 3 verres à vin passés dans le ralentisseur (ultérieurement ils ne seront plus que 2 et ils seront accordés); 1 orgue a bouche thaïlandais, lui aussi passé dans le ralentisseur; 1 tambour marocain; 1 derbouka; la branche à Malcolm; le balafon et le ghatam; grognements de Pierre Tanguay; sifflement du même; beua, guimbarde, voix, petite vache (qui reviendra) et tourniquet-oiseau; tuyau périscope et flûte dans le tissu bleu; 3 bols à salade en acier; 2 petites boîtes à musique arrangées pour jouer ensemble; 1 poignée de cocottes de pin; 2 flûtes marocaines à anche incorporée, dont une est passée dans le ralentisseur (la seconde fois: les 2 «normalement»); 1 floor tom; 1 vrombissement de mixette à cocktail; 2 papiers sablés, un dans chaque main et on frotte (ce papier deviendra japonais sur un autre morceau); harpe brésilienne, boulier, 3 sonnettes d’alarme (employées 2 fois), un petit bois à katja, des craquements et des froissements de balais préalablement maganés; voix de Pierre dans le tuyau ti que nana, 2 fois; 2 pistes d’anche de bombarde bretonne sans la bombarde; 1 appeau à moineau; 1 tuyau tourné avec voix; 1 brassée de rideau de bambou; rack à 4 cloches; 2 bâtons de pluie, en shaker (ils seront 3 plus tard, mais sans shaker), 1 tama; clochettes à Dodik; 1 tôle en cuivre, ondulée; l’accordéon diatonique; des tablas; cloches à vache dans le ralentisseur; 1 Winnie the Pooh; du lead gazou; le tambour à Katia; le gros Kalimba de Pierre; 2 boîtes de balles de tennis en 2 contre 3; sac de récupération; plusieurs grillons de Saint-Jacques-le-Majeur-de-Wolfstown; 2 pistes de caxixis; la théière de la grand-mère de Pierre; 1 slap surprenant; 1 bouteillophone; 2 crécelles jouets; graines d’un arbre d’Amérique centrale; gréement de métal et balles de ping pong dans la machine à bingo; flûte locomotive, 2 fois; boite à café avec un spring; 3 grosses cymbales enregistrées de très prés; grincements de cymbale; petit bois; pieds et petit réel. Mais, «ce qu’il y a de plus beau dans tout ça», c’est la manière douce et friande avec laquelle Pierre Tanguay use de ces ingrédients pour fabriquer de toutes pièces, pour mijoter cette musique qui reste joueuse.

Mais, «ce qu’il y a de plus beau dans tout ça». c’est la manière douce et friande avec laquelle Pierre Tanguay use de ces ingrédients …

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.