La boutique des nouvelles musiques

Critique

Alexandre Pierrepont, Jazz Magazine, no 485, 1 octobre 1998

Chez les Contemporains (une ethnie), on connaissait le goût de John Zorn pour les musiques de films ou celui de Fred Frith pour les pas et figures des chorégraphes. L’étroite collaboration du saxophoniste, flûtiste et homme à tout faire Jean Derome avec la compagnie du Théâtre Ubu basée à Montréal agrandit ce cercle d’équilibristes. Au cours des dernières années, trois collages de textes ont donné lieu à autant de pièces et de musiques qui, sans tout à fait se soumettre à l’écrit, au jeu de scène, les relancent peut-être, généralement par annotations, précisément par morceaux, comme elles le feraient avec un partenaire supplémentaire et irrésistible Cantate grise s’inspire de Beckett et prête à ses divulgations oppressantes les miroirs tournants et les effacements d’un basson, d’un trombone, d’un violon et de flûtes. Luna Park reprend les chamboulements méthodiques des constructivistes russes du début du siècle et leur fait faire quelques tours de manège musical sous les commandes du trio Derome-Lussier-Tanguay, de leur ménagerie musicale, de leurs munitions bruitistes. Les Ubs, se mesurent inévitablement à l’innommable Jarry et à son très grotesque très mauvais et très ressemblant tigre de papier. Le sextette envoyé sur scène par Derome pour jouer les musiciens et les soldats des armées russe et polonaise fait le choix logique de la grandiloquence: il badine, fanfaronne et prend aux cheveux. L’irrévérencieuse «musique actuelle» serait-elle le meilleur souffleur que l’art dramatique ait connu?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.