La boutique des nouvelles musiques

Critique

Alexandre Pierrepont, ImproJazz, no 62, 1 février 2000

Il y a cinquante ans. César Moro. poète d’ailleurs péruvien moquait Ie Dieu «pourrissant de beauté absent dans sa présence à la tête des bruits». Depuis, Ies improvisateurs ont repris la tête des bruits, ces bruits comme Ies écailles du Léviathan, ou Ies ligaments d’un homme. Aujourd’dhui que Ies chromos tsiganes n’épatent plus que la galerie (je ne parle pas de l’irréelle concertation des originaux, de Django à Boni), I’association guitare et violon, surtout quand la guitare est préparée (Tammens, Wiens} ou tourbillonnaire (Morris) et Ie violon dégrafé, quand Ies cordes des uns et des autres (j’y reviens) sont desserties, Ioin des lointaines intensités de vent mais tracassées par des percussions fouisseuses, est des plus soulageantes. On dirait sur ces trois disques. à plus forte raison sur Ie bien nommé Chants cachés, que la musique se trame, qu’elle se tresse souterrainement, qu’elle grouille dc vie. Chacun y perd et y retrouve sa propre trace, son inscription, ses impulsions. Des milliers de frictions corpusculaires s’appâtent, se décapent, se creusent. s’endiguent et s’assemblent encore pour finalement fleurir, sauvagement.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.