La boutique des nouvelles musiques

La poésie et les moyens du bord

Alain Brunet, La Presse, 23 octobre 1999

La poésie s’est fait damer le pion par la chanson et I’immense business qui la soutient, à tel point que le commun des mortels croit la poésie morte depuis Rimbaud,Baudelaire, Nelligan etleurs contemporains. Confusion regretable. J’ai lu et entendu Patrice Desbiens, cet écorché vif au patrimoine equarrià la hache franco-ontarienne, imprimé à l’alcooI. Je craque d’autant plus lorsqu’il lit cette sélection de grands crus avec ses complices musiciens. Etrange douceur, étrange fébrilité, humour acéré, rythme magnétique, phrasé profondément singulier, narration fascinante. Irrésistible Patrice Desbiens! Si doué, si magané. Son phrasé ramolli par l’érosion accélérée de son existence, ses «r» bien gras, sa connaissance prafonde de l’Amérique, les galaxies qu’il explore en traversant la rue ou la chambre à coucher, tout ça génère de fabuleux accents. Desbiens a déjà été drummer de club, il sait la musique des mots. La production de René Lussier (qui semble vouer à l’écrivain une profonde admiration) appuyée par Pierre Tanguay, Jean Derome et Guillaume Dostaler, saisit parfaitement les inflexions, la grande diversité des climats créés par ce poète incontournable. Passionnément 4/5

Étrange douceur, étrange fébrilité, humour acéré, rythme magnétique, phrasé profondément singulier, narration fascinante. Irrésistible Patrice Desbiens!

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.