La boutique des nouvelles musiques

Critique

David Cantin, Le Devoir, 13 novembre 1999

Il y a des poètes qu’on préfère entendre plutôt que lire. D’autres imprègnent le vers d’une voix rugueuse et physique. On imagine mal la poésie de Patrice Desbiens et celle de Normand de Bellefeuille cohabiter au sein d’une même chronique. Pourtant, ces trajets se croisent dans une approche très musicale du poème. L’un récite ses textes sur disques, avec une joyeuse bande d’improvisateurs. L’autre brise le vers afin d’en multiplier les sens. Rythmes, bruits et douleurs se rejoignent vers un souffle imprévu.

Il me semble que la meilleure façon d’apprécier la poésie de Patrice Desbiens est de l’entendre réciter. Cette voix lourde et traînante va de pair avec l’humour dramatique, aux accents loufoque, du Franco-Ontarien. Avec l’aide du talentueux René Lussier et trois autres musiciens, l’auteur de Poèmes anglais s’abandonne à un projet de lectures et d’improvisations des plus réussis.

Sous le titre de Patrice Desbiens et les moyens du bord, ce disque représente, en quelque sorte, une brève anthologie de poèmes qui va de L’espace qui reste (Prise de parole, 1979) à Un pépin de pomme sur un poêle à bois (Prise de parole, 1995). En premier lieu, il faut saluer l’excellent travail des Jean Derome, René Lussier, Pierre Tanguay et Guillaume Dostaler. Avec la rigueur qu’on lui connaît, Lussier a su rester derrière les mots du poète, tout en imposant un univers sonore adéquat. Les improvisations se mêlent aux bruits, pour rejoindre le phrasé de Desbiens. Le choix des poèmes reste judicieux et apporte une cohérence à l’ensemble. Du poème long à la strophe minimale, Desbiens semble des plus à l’aise sur ce disque. Mentionnons au passage un livret des plus détaillés, avec photos et textes à l’appui. On constate d’ailleurs le chemin parcouru depuis l’audiocassette La cuisine de la poésie, qui date de 1985. Une expérience concluante, à répéter avec d’autres poètes.

Avec la rigueur qu’on lui connaît, Lussier a su rester derrière les mots du poète, tout en imposant un univers sonore adéquat. […] Une expérience concluante, à répéter avec d’autres poètes.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.