La boutique des nouvelles musiques

Musique actuelle au service de la poésie

Alain Brunet, La Presse, 20 novembre 1999

La poésie se serait-elle fait fourrer… par la chanson? Par les véhicules de la chanson, à tout le moins. Au cours de ce siècle, 78 tours, 33 tours, CD, AM, FM, télé ou MP3 ont contribué à la propagation d’une énorme confusion: on a emprisonné le poète: dans une chapelle d’initiés, l’auteur de chansons est devenu le poète.

Heureusement, il y a des plumes comme celle de Patrice Desbiens pour ramener les pendules à l’heure, mais… Pour gagner de nouveaux adeptes, pour retrouver sa noblesse, la poésie doit-elle se souder à la musique? On soumet l’amusant paradoxe au poète qui vient d’endisquer, il le désamorce illico.

«Je pourrais lire trois heures tout seul en public, sans musique derrière moi. Que Jean-Marc Parent se tasse, j’ai autant de boutons et de barbe que lui. Et je suis pas mal moins plate!» Tiens toi.

Patrice Desbiens, 50 ans. La fleur de peau de cet homme bellement usé (alcool, cigarette, nuits folles «où les bons vivants deviennent des médiums saignants», demeure splendide, son esprit ne semble pas avoir perdu un iota de sa vivacité. En direction de sa tasse, coule de la piquette comme si un fleuve d’émotions débordait juste un peu de son lit.

— Être associé aux poètes sur la brosse, ça t’énerve?

— Oui. Le poète maudit, c’est pas mon bog. Je ne suis ni Bukowski ni Brautigan, je ne peux m’empêcher de faire du Desbiens. Je sais qu’on essaie déjà de me confiner à cette catégorie, on ne se géne pas pour montrer sa petitesse et son ignorance.

Les clichés sont balayés, causons disque. Musique actuelle et poésie, donc. Patrice Desbiens et les moyens du bord, enregistré sous la direction du guitariste, compositeur et Improvisateur René Lussier, n’a absolument rien d’opportuniste ou de racoleur. L’écriture de Desbiens n’a rien à envier à la musique de Lussier, et vice-versa.

Voici l’histoire d’une soudure parfaite. «C’était il y a dix ans, se rappelle Lussier. Quelqu’un m’avait praposé d’accompagner des poètes au festival de Trois-Rivières. J’y étais allé avec Zeena Parkins, on avait improvisé pendant trois heures non-stop derrière des poètes qui se relayaient. Est venu un moment où ça portait plus à terre: Patrice Desbiens était en train de lire. J’avais eu le coup de foudre pour la poésie. Ça avait frappé solide.»

Originaire du nord de l’Ontario (région de Timmins), Patrice Desbiens vivait alors à Québec. Une peine d’amour l’avait fait déguerpir. «Aussitôt arrivé à Montréal, raconte l’écrivain, j’ai téléphoné à René —qui m’avait impressionné pas à peu près—, je lui ai dit: "Si jamais t’as quelque chose avec de la poésie et de la musique, moi, j’aime ça lire devant le monde." Quinze minutes plus tard, il me rappelait. "Envoye, amène tes claques, j’te paye un spaghetti, pis on joue à soir au Cheval Blanc"» Une décennie plus tard, un disque a été lancé- à la même brasserie. En octobre dernier, on y a célébré des années d’ambiance et de lectures publiques ponctuées par Les moyens du bord, ensemble de musique improvisée à géométrie variable sous la gouverne de Lussier —et l’on ne compte pas la participation de Desbiens comme narrateur du Trésor de la langue, œuvre maîtresse de Lussier. Et voici le disque, qui rassemble autour du poète des improvisateurs d’expérience et de talent —outre Lussier, on retrouve Jean Derome, Gulllaume Dostaler et Pierre Tanguay.

Grâce à cet album lancé par l’étiquette Ambiances Magnétiques, plusieurs néophytes de la poésie moderne d’Amérique francophone pourront s’y frotter. Si l’effet s’avère boeuf, ils exploreront peut-être les recueils de Desbiens, ceux écrits de 1977 à 1997 dans lesquels on a puisé les poèmes endisqués. Sans compter deux autres recueils publiés depuis lors. Sans compter les écrits d’autres poètes.

Depuis la fin des années 50, beat generation et culture black ont pratiqué cette hybridation entre musiques et poésie d’avant-garde. Mais l’alliage demeure délicat. Avec Desbiens qui a déjà joué de la batterie dans les clubs de Sudbury,tout baigne: «Peut-être est-ce parce que je respecte les musiciens, réfléchit-il. J’ai toujours voulu entendre. Un respect mutuel s’est établi. Les musiciens voyaient venir la parole, pis là ça partait. Incroyable!»

«En studio, reprend Lussier, Pat était installé dans une autre pièce. On jouait et bang! Le poème arrivait. Dans cette partie, le joueur de centre était toujours le poète, la musique était à son service.»

Patrice Desbiens et les moyens du bord… n’a absolument rien d’opportuniste ou de racoleur. L’écriture de Desbiens n’a rien à envier à la musique de Lussier, et vice-versa. Voici l’histoire d’une soudure parfaite.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.