La boutique des nouvelles musiques

Les états culturels

Pierre Foglia, La Presse, 14 octobre 1999

L’autre soir, je suis allé à une soirée de poésie à la taverne du Cheval blanc, Ontario et Saint-Hubert. Il y avait là un poète du nom de Patrice Desbiens, dont je vous ai déjà parlé, un des trois seuls poètes que je lis parfois, pas souvent, soyons francs, c’est quand même rare qu’on lise de la poésie. C’est comme de l’eau de vie. A toutes petites lampées. On sort la bouteille quand la visite est partie. L’eau de vie du silence. Trois poètes, disais-je. Anne Hébert. Le temps / Dans le chas de l’aiguille / Passe si lentement / Que tous les chevaux du roi / En plein galap d’épouvante / Se figent et meurent / Tranquilles et étonnés / Pris au lasso des jours étouffants.

Charles Bukoswski. I live with a woman who often laugh when I try to be serious. When I try to be funny, she says «what the hell do you mean by that?» But most of the time, she just switch on the TV.

Le troisième, c’est Patrice Desbiens qui vit à Montréal, mais qui vient de Timmins en Ontario. Je ne sais pas si je devrais sauter dans l’autobus pour Sudbury ou sauter devant l’autobus pour Sudhury

Dans-Patrice Desbiens, il y a un peu de Plume, un peu de Richard Desjardins, un peu de Bukowski, un peu de Prévert, et pas du tout de Anne Hébert. Dans Patrice Desbiens il y a aussi un poète qui n’a besoin de personne pour être un poète à lui tout seul. Seul comme le dernier oeuf dans le bocal, sur le comptoir de la taverne du Cheval blanc.

Ce n’est peut-être pas par hasard si Patrice Desbiens boit un vin de dépanneur qui s’appelle Porte d’Enfer. J’ai fini ma bouteille de vin blanc/j’ai réglé l’addition/ je suis sorti et derrière moi le restaurant a fait faillite… On m’a raconté qu’il boit moins depuis trois mois, depuis qu’il a un chat, parce qu’il faut bien qu’il rentre le soigner, à un moment donné. Il a appelé son chat Miles Davis. On m’a raconté ça, mais comme il y avait beaucoup de bruit, j’ai compris Mice Davis. C’est drôle pour un chat, Mice Davis. En tout cas, j’ai souris.

S’cusez.

Nous parlions de Patrice Desbiens qui récitait ses poèmes accompagné à la guitare par René Lussier. Vous pouvez les entendre sur le CD qui était lancé ce soir-là, Les Moyens du bord,produit et réalisé par René Lussier (sur l’étiquette Ambiances magnétiques).

Mais vous pouvez tout aussi bien lire un des trois derniers recueils de Patrice, L’effet de la pluie poussée par le vent sur les bâtiments (Lanctôt}, La Fissure de la fiction (mon préféré) ou Un pépin de pomme sur un poêle à bois (le plus populaire).

Dans Patrice Desbiens, il y a aussi un poète qui n’a besoin de personne pour être un poète à lui tout seul.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.