La boutique des nouvelles musiques

Excess (CD) Interference

Interference

Richard Barrett

  • Année de composition: 1996-2000
  • Durée: 12:59
  • Instrumentation: clarinette contrebasse (voix, grosse caisse)
  • Commande: Elison

Stéréo

ISRC CAA4J1810015

  • 44,1 kHz, 16 bits

Quelques termes employés dans les instructions à l’intention de l’interprète: «prophétique; ululements rapides; yodel; fébrile mais méticuleux; déstabilisé; instable et obsessif; à demi murmuré; explosif et déformé; fluctuations débridées; austère et impénétrable; marmonnements rapides; incohérence; distant et disparaissant…»

«Le titre de la pièce renvoie aux motifs produits par l’interaction de faisceaux de rayonnement électromagnétiques ou de particules subatomiques, comme dans la célèbre expérience nommée “interférences de Young”. Cette expérience, relativement simple en elle-même, a pourtant des implications profondes et irrésolues au sujet de la nature de la réalité physique qui mènent à cette question mystérieuse et (encore actuellement?) sans réponse, celle de savoir “ce qui se passe réellement” à l’échelle quantique du temps et de l’espace.

De telles idées imprègnent la structure de la composition de plusieurs façons, par exemple dès la première entrée de la clarinette contrebasse où deux gammes ascendantes sont superposées à plusieurs reprises dans différentes transpositions, créant entre elles des “interférences” au sens où les hauteurs communes aux deux gammes s’annulent et disparaissent.

Le texte latin de la partie vocale est tiré du poème De rerum natura (De la nature des choses) de Lucrèce et décrit la destruction soudaine et violente du monde, bien que les raisons et les circonstances de cette destruction ne soient pas claires puisque certaines phrases essentielles précédant le fragment choisi sont perdues à jamais.

Interference est aussi une œuvre spéculative dans la mesure où la clarinette contrebasse est un instrument relativement “inconnu”, en particulier comme instrument soliste. À cette partie de clarinette contrebasse d’une virtuosité sans précédent s’ajoutent une partie vocale non moins exigeante et une partie de grosse caisse jouée à l’aide d’une pédale, ces deux parties étant jouées également par la clarinettiste. À ce jour, Lori Freedman n’est que la quatrième interprète à jouer cette pièce. Interference implique une forme particulièrement intense d’engagement de l’interprète. Si cet engagement résulte du développement de techniques de répétition propre à la pièce, celle-ci s’appuie aussi sur l’improvisation, que Lori et moi pratiquons ensemble depuis les années 1990.»

[traduction française: Yves Charuest, ii-19]

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.