La boutique des nouvelles musiques

Simon Martin: Hommage à Leduc, Borduas et Riopelle (CD) L’heure mauve

L’heure mauve

Simon Martin

  • Année de composition: 2010
  • Durée: 11:07
  • Instrumentation: 3 guitares classiques

Par le biais de l’observation et de la réflexion, Ozias Leduc faisait de son art et de sa vie «une quête de l’unité des choses, une aventure consciente des sens». (Robert Bernier, Un siècle de peinture au Québec, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 1999, p. 67.) Pour mon œuvre, je me suis inspiré de ce regard, tant plastique que spirituel, porté par Leduc sur le mont Saint-Hilaire et ses paysages environnants. Entre 1913 et 1921, il peint à ce sujet une série de toiles de caractère symboliste, dont la dernière se nomme L’heure mauve.

J’ai choisi ce titre parce qu’il traite du temps et de la couleur, deux composantes suffisant à résumer une randonnée à la montagne, de l’aube au crépuscule. Dans le cadre de ma pièce musicale, l’idée de couleur fait directement référence à la matière, dont Leduc avait une vision très moderne. Pour lui, «un grand principe doit présider à toute œuvre d’art: “adapter la matière à sa fin propre”. C’est donc traiter une substance selon ses exigences et selon son pouvoir». (Ozias Leduc, une œuvre d’amour et de rêve, catalogue d’exposition (Québec: Musée du Québec; Montréal: Musée des Beaux-arts de Montréal, 1996), p. 25.) Au même titre, Leduc croit que la «fin propre» de chaque individu doit être respectée. Borduas a ainsi pu dire de son maître: «Je lui dois l’une des rares permissions de poursuivre mon destin». (Paul-Émile Borduas, Quelques pensées sur l’œuvre d’amour et de rêve de M. Ozias Leduc, in Écrits I (édition critique par André-G. Bourassa, Jean Fisette et Gilles Lapointe), Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1987, p. 513.) La dimension du temps, quant à elle, rend compte de l’évolution de la matière et de sa patiente observation. Ozias Leduc a vécu 90 ans (1864-1955) et on le disait d’une lenteur proverbiale; Riopelle raconte que le bois de chêne dont était faite la table dans son studio provenait d’un arbre qu’il avait lui-même planté jadis… Envisagé de cette façon, le temps se trouve naturellement empreint d’une valeur spirituelle.

Peintre, penseur, poète, épistolier, président de commission scolaire, conseiller municipal et pomiculteur, Leduc sut aussi bien collaborer avec les politiciens, les représentants du clergé et les artistes d’avant-garde que ses concitoyens. Dans sa sagesse et sa diplomatie, il semble toujours avoir perçu les divergences d’opinions de ses contemporains comme autant de facettes d’un tout indissociable. Cette vision se trouve résumée dans un discours prononcé par Leduc en 1930 à la Société d’histoire de Saint-Hyacinthe: «J’ai tâché de rendre mon art vivant, en considérant notre petite patrie, Saint-Hilaire, comme une entité qui serait notre œuvre d’art et que tous ensemble, ses habitants, œuvrant d’accord, nous devons perfectionner et embellir!» (Cité dans le Cahier d’histoire de la Société d’histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire, «Hommage à Ozias Leduc», 17e année, No 49, février 1996.) Ayant résidé dans cette région, j’ai, en quelque sorte, écrit mon œuvre en réponse à son appel.

[English translation: Alexis Diamond]


Création

  • 21 avril 2011, La guitare selon Montréal, Studio-théâtre — Place des Arts, Montréal (Québec)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.