Œuvre

Du souffle (1996; arr. 2003), 17m00s
quatuor de saxophones

Trois vers, extraits de l’anthologie de Rainer Maria Rilke, Chant éloigné, Poèmes et fragments, m’ont inspiré la création de cette œuvre. «Là-bas, comme tu appelles, appelles, appelles, appelles, comme si ta vie était en jeu.» «Car c’est au cœur du souffle qu’ils ont souffle, et s’évanouissent quand le son s’évanouit.» «Mais soudain fait irruption secrètement la grande pulsation.» La première version, pour quintette à vent, a été composée en 1996. Cette deuxième version pour quatuor de saxophones date de 2003. Du souffle est une œuvre représentative d’une période de mon écriture musicale (avec M pour 2 pianos, 2 percussions et électronique), où je tentais de cerner la notion de geste sonore dans toute sa simplicité. Ces gestes (celui d’appel suivi d’échos dans la première partie, de naissance puis de disparition du son dans la deuxième, et d’invisible pulsation tout au long de la pièce) se répètent, s’étirent, se démultiplient ou se regroupent, et se superposent jusqu’à devenir textures. L’aspect ludique des processus de transformations continues a pour but d’associer l’auditeur à l’activité musicale, ainsi que d’attirer son attention sur la notion de passage et sur les fascinantes métamorphoses de la matière sonore et de ses figures.

Discographie de l’œuvre

oeuvre@30474