La boutique des nouvelles musiques

Œuvres Time and Motion Study 1 Brian Ferneyhough

Time and Motion Study 1

  • Brian Ferneyhough
  • Année de composition: 1971-77
  • Durée: 9:00
  • Instrumentation: clarinette basse

Quelques mots tirés des instructions qui résument bien la pièce: «possibile; molto furioso; lusingendo; enfatico; molto giusto; calmando; deliberate e pesante; espansivo; flessible; delicato; rapido; spettrale; de la plus grande violence…»

«Les textures délibérément denses et complexes caractéristiques de la pièce sont, en grande partie, le reflet direct de sa double origine. Le titre a l’intention de suggérer à la fois le désir d’intégrer de manière plus explicite qu’à l’habitude, le concept d’efficacité — appliqué à la relation entre l’interprète, la notation et la réalisation — au matériau même et à son organisation, et la conviction qu’il est plus utile de concevoir le temps non seulement de manière linéaire, mais aussi verticale (comme fonction de l’interaction réciproque de plusieurs types de processus distincts et superposés). Ces deux préoccupations me semblent mieux servies par les œuvres pour un petit nombre d’interprètes. L’emploi d’un seul instrument, comme c’est le cas ici, — qui plus est un instrument monodique — favorise la confrontation directe avec la polyphonie interne d’un geste ou d’un processus musical, d’une manière que les structures explicitement multiples auraient davantage tendance à masquer ou entraver complètement. La linéarité de Time and Motion Study I “explose” en ses éléments constitutifs d’une manière qui permet de les considérer comme des entités indépendantes susceptibles d’être agrandies, rendues plus diffuses ou encore éliminées à volonté. Un certain nombre de “tendances” linéaires sont ainsi produites qui déterminent le degré de concentration que peut atteindre le discours à tout moment. Les textures produites peuvent à leur tour être comprises comme point de départ de nouvelles chaines d’activité tangentielles, ou encore d’ambigüité organisée ou processualité, bref, de verticalité.

Des couches polyphoniques additionnelles sont suggérées en fonction du degré d’intégration audible des procédés d’apprentissage de l’interprète dans le flot des évènements. Lors de l’apprentissage de Time and Motion Study I, l’interprète doit admettre la possibilité que sa technique d’interprétation laisse apparaître son inadéquation puisque l’information structurelle est conçue ici pour renvoyer l’auditeur à l’activité d’apprentissage en “temps réel” de la pièce, et même de sa composition. La pièce et son interprétation sont conçues comme les stades d’un continuum, et non des fins en elles-mêmes. En situation compliquée et complexe, seules des réactions complexes (sinon compliquées) me semblent appropriées. La musique doit être à la fois autoréflexive et autocritique: Time and Motion Study I cherche à concilier ces exigences contradictoires par son insistance sur la production d’une forme fermée qui, sous d’autres aspects, demeure ouverte.»

[traduction française: Yves Charuest, ii-19]

Brian Ferneyhough: Time and Motion Study 1; jeudi 1 août 2013

Albums

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.