Quasar, Quatuor Bozzini, Trio de guitares contemporain

Simon Martin: Hommage à Leduc, Borduas et Riopelle

CQB 1616_NUM
2015
Numérique
Téléchargement

Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› Simon Martin: Hommage à Leduc, Borduas et Riopelle

Hors-catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Une visite de l’exposition Leduc, Borduas et le paysage de Saint-Hilaire, présentée en 2005 par le Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire, a suscité chez moi l’envie de composer des œuvres en hommage à ces deux peintres ainsi qu’à Riopelle. Les trois artistes se trouvent en relation de maître à élève et couvrent plus d’un siècle d’histoire picturale québécoise. L’heure mauve est traversée par une pulsation rythmique et la vibration des cordes à vide (c’est-à-dire sans doigtés) évoquant un sentiment extatique provoqué par la lumière et son mouvement à travers le feuillage du mont Saint-Hilaire, que Leduc aimait tant. Ou est-ce, au loin, le clocher de l’église, décorée par ses soins, que nous entendons résonner? Projections libérantes débute par le son du souffle des musiciens à travers la perce de leur instrument. À peine perçoit-on le passage de cette vapeur d’haleine qui se condense en sons multiples (des sons «brisés» et tremblotants), un passage similaire au parcours de «Borduas [qui] fut le premier à se reconnaître dans l’obscurité totale et à assumer son vrai dénuement» (Pierre Vadeboncœur). La musique se révèle progressivement tout au long de l’œuvre jusqu’à ce qu’elle explose avec fracas à la toute fin. Icebergs et Soleil de minuit — Quatuor en blanc est composée d’une série de sections contrastées. L’œuvre demeure cependant liée par l’utilisation continue des harmoniques naturelles (corde effleurée, plutôt qu’appuyée), dont le timbre suraigu, pur et «blanc», rappelle le froid et la glace en référence à la série des Icebergs de Riopelle. Au-delà de ces aspects, par la relation au temps qu’elles suggèrent, les trois œuvres invitent à la contemplation. La préséance du sonore sur le musical témoigne ainsi de ma volonté de dépeindre directement la nature. — Simon Martin

Pistes

Durée totale: 39m13s