Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› Daniel Rothman, Ernstalbrecht Stiebler: Sens(e) Absence

Sehr langsam «Très lentement»: ces mots indiquent à la fois le tempo, le titre et le caractère de la pièce qui demande à ses auditeurs patience et concentration. Il faut s’abandonner au son qui se répand dans la pièce à la rencontre de chacun, au son qui a la capacité de résonner dans ce jardin secret, présent en chacun de nous (selon Kafka) — un endroit où il est possible de communiquer de l’intérieur avec les particularités du son, le spectre de ses tons partiels et de ses microtons, ceux-là mêmes qui donnent tout leur éclat, et leurs spécificités, aux couleurs sonores. Le son doit être doux — un forte émotif, tel un éclair aveuglant, briserait net l’acte d’écoute de l’espace sonore microtonal. Le son vitalise, régénère et revigore notre expérience de cet espace distinctif. Un ami un jour m’a dit que la pièce semblait avoir plusieurs fins, car elle n’en finit pas de s’éteindre doucement. Et c’est vrai. Dans ces moments, l’énergie intrinsèque à la composition diminue, si l’on peut dire. Cette musique nous fait goûter le silence dans lequel elle évolue avant d’essayer à nouveau, inlassablement, de se refaire. Pour une expérience musicale optimale, il est suggéré d’écouter cette œuvre à un volume sonore réduit.

Ernstalbrecht Stiebler

Sense Absence a été créée par le Quatuor Bozzini au Ballhaus Naunynstraße de Berlin, en même temps que le quatuor de Ernstalbrecht Stiebler, mon voisin sur ce disque. La composition pour quatuor à cordes a toujours été pour moi un acte d’exploration des possibilités infinies d’intonations engendrant des harmonies subtiles et des timbres nuancés d’une grande beauté. En écrivant, j’imagine un espace à la fois temporel et architectural où les voix surgissent d’autres dimensions. C’est à partir de ce genre de considérations que j’ai mis au point un système d’intonation inusité produisant une grande diversité de petits et grands intervalles avec leurs harmoniques naturelles. La structure musicale ressemble alors à celle d’un immeuble dont les pièces semblent toujours différentes au fur et à mesure que la lumière du jour change avec le passage des heures et des saisons. C’est cette idée que j’ai voulu illustrer en composant une musique comme source d’une installation de son et lumière dans la salle Hans Otte du Neues Museum Weserberg de Brême. En même temps que la lumière automnale et hivernale diminuait dans les rues de la ville, la pièce du musée rayonnait par son installation lumineuse en constante révolution, créée par Paul Tzanetopoulos. Au cours des trois mois de l’exposition, la musique a tranquillement diminué de volume pour ne laisser qu’un pour cent de ce qu’on peut entendre sur ce disque.

Daniel Rothman

Pistes

    • 1
      Sehr langsam (Stiebler) (2005-06)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0
      30m36s
    • 2
      Sense Absence (Rothman) (2003)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0
      37m18s
Durée totale: 68m05s