Corbeil-Perron, Morin

Political Ritual

Vinyle LP
1 disque
19,00 CAD -15%

Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› Political Ritual
Political Ritual
Cérémonie (2017), 20m07s [extrait]
Piste 1 de Political Ritual
Vinyle LP: Ambiances Magnétiques (2017) AM 238
12 février 2018
Par Stuart Broomer in Musicworks (Canada), 12 février 2018

Texte

«These pieces are genuine experiences — penetrating, insistent, necessary works that fully occupy the time of their realization and hearing. Repeated listening changes them: they literally sound different, richer, more complex, with new elements and relationships emerging, transitions becoming more (and sometimes less) dramatic.»

Political Ritual, the eponymous release by the Québécois electronic music duo of Maxime Corbeil-Perron and Félix-Antoine Morin, presents itself as a mystery, white print on a grey cover, a series of lighter, vertical oscilloscope intrusions appearing almost possibly accidental. The roles of the two performer / composers — here improvisers — are not distinguished. Each side of the LP presents a piece about twenty minutes in length. Each is almost monolithic, made up of electronic and electronically altered layers.

Specific textures emerge intermittently, through fields of static and waves of droning sound that sometimes move with the inevitability of lava, that flux of molten stone, metal, and ash, or perhaps an oil spill or an approaching tsunami. While the LP itself is free of annotation, there are brief hints in the press release, including a description of the group’s music and the titles of the two sides. Field recordings and instruments come upon by chance enter the fold.

The first side, Cérémonie, is strongly rhythmic, whether the beats are heard as patterns of static or feedback. There are two marked shifts in the work. The first is an extended keyboard improvisation beginning around the seven-minute mark, perhaps “a wedding harmonium bought from an old, hungry man in an Indian village improvises modal lines,” mentioned in the online text. The second is a sudden break and bass-ward glissando at the eighteen-minute mark that suddenly shifts the whole forward movement of the music. That doesn’t sound like much, but it’s a major event in this context, a wholly new plane.

The second side, Projection_cathodique, begins with chant amidst the static and drones. Its developing rhythms are oscillations, pulses rather than beats. The piece repeatedly cycles towards a crescendo, its materials echoing, the texture thickening; when the patterns change, there’s a sudden turn from tension to repose.

These pieces are genuine experiences — penetrating, insistent, necessary works that fully occupy the time of their realization and hearing. Repeated listening changes them: they literally sound different, richer, more complex, with new elements and relationships emerging, transitions becoming more (and sometimes less) dramatic. Searching this music for answers to what politics and ritual share, only the commonalities of mystery, form, and duration emerge — politics and ritual indistinguishable from one another and from consciousness itself.

blogue@press-5787 press@5787
8 février 2018
Par Philippe Desjardins in Le canal auditif (Québec), 8 février 2018

Texte

«… on finit par lâcher prise et on monte le volume.»

Political Ritual est un projet formé des compositeurs montréalais Maxime Corbeil-Perron et Félix-Antoine Morin, deux co-fondateurs de l’étiquette Kohlenstoff Records. Le duo avait publié Oro Axe (2014) sur cette étiquette, une pièce de dix-neuf minutes de musique atmosphérique combinant drone et minimalisme, celle-ci performée en partie de façon improvisée. Ils sont de retour trois ans plus tard avec un premier album éponyme comportant deux nouvelles pièces d’une vingtaine de minutes chacune, en reprenant là où ils nous avaient laissés avec une partie improvisée et une production détaillée qui joue savamment avec le niveau d’abstraction des thèmes musicaux.

Cérémonie ouvre sur plusieurs itérations évoluant à différentes vitesses, créant une atmosphère brumeuse et inquiétante. Le passage s’intensifie, comme un tempo graisseux auquel se colle de la poussière de bruit. On sent un courant électrique servir de lien vers une ligne mélodique d’ordre cinématographique, pas bien loin d’un Blade Runner expérimental. La palette sonore s’éclaircit et se diffuse comme de la fumée d’encens qui remplit lentement la pièce. La mélodie est remplacée par un drone résonant comme un moteur d’avion, texturé ensuite par une itération comme une hélice qui déplace de l’air au ralenti. La résonance des percussions placée vers l’arrière dans le mix assure le déroulement de la scène, bien encadrée par des bruits électriques. La masse sonore se stabilise en prenant progressivement une forme post-rock, qui redouble en intensité avec la guitare électrique toute ne distorsion et réverbérée à point. Ça se termine abruptement en «gros noise sale».

Projection cathodique commence de façon plus aérienne, avec des cordes perdues dans des conduits métalliques, des scintillements dissonants et du «field recording» de ruisseau placé en toile de fond. Le mouvement évolue tranquillement jusqu’à ce que les différentes couches ambiantes deviennent bien denses, s’évaporant à mi-chemin pour amincir la trame, le temps de respirer un peu, et poursuivre dans une forme drone. La masse sonore fait penser à une vièle à roue déconstruite, saturée jusqu’à ce qu’elle redescende dans les basses fréquences pour laisser résonner un dernier vrombissement.

Le premier album de Political Ritual confirme leur combinaison drone/minimaliste, mais au-delà des catégories, ce sont les éléments improvisés qui attirent davantage l’attention. Après plusieurs écoutes, on commence à décoder une partie des effets et traitements et à se rapprocher de la matière première, révélant progressivement le jeu du duo. Le contraste entre l’intention brute et la forme polie entretient très bien le niveau d’abstraction, ça donne envie de chercher une explication à l’expérience auditive, mais on finit par lâcher prise et on monte le volume.

blogue@press-5790 press@5790
23 janvier 2018
Par George McVicar in Stray Landings (RU), 23 janvier 2018

Texte

«The ‘politics’ of Political Ritual remain somewhat unclear, but its ambiguity is addictive.»

Maxime Corbeil-Perron and Félix-Antoine Morin have released an intriguing new 12” with Ambiances Magnétiques: Political Ritual. The record presents two 20-minute pieces that work more like ‘sound sculptures’ than songs. They take as their subject the detritus of sound, the unwanted buzzes and resonances of technology. On Political Ritual, these sounds move out of the corners and rubbish bins and into plain sight. You are made to confront sound as it really is: caked in surface noise and sonic debris.

Political Ritual is a record of two halves. The first, ‘ Cérémonie ’, judders like a truck over bumpy terrain. There are moments of what sounds like hyper-engineered studio-production trickery. But in fact, many of these are from acoustic sources, like cellos and organs played in unorthodox styles. There is even the introduction of “a wedding harmonium bought from an old man in an Indian village”.

The unanswered questions left by ‘ Cérémonie ’ are concluded by the record’s second half: ‘ Projection cathodique ’. Here, elements of traditional ‘musicality’ creep in, like the bassline that broods over the piece. The ‘politics’ of Political Ritual remain somewhat unclear, but its ambiguity is addictive.

blogue@press-5774 press@5774
22 janvier 2018
Par William Paulhus in Mes enceintes font défaut (Québec), 22 janvier 2018

Texte

«La progression est tout simplement impressionnante, les couches se multiplient avec une délicatesse déstabilisante. […] Un album de cette envergure se savoure avec une totale dévotion, sans quoi vous ne serez pas en mesure de saisir l’ampleur du travail qui se dissimule derrière chacune des notes. Il représente une expérience musicale pratiquement inqualifiable»

Le coup de foudre est survenu en 2016, dans la petite salle du MAC lors du festival Mutek Montréal. Le duo expérimental composé de Félix-Antoine Morin et Maxime Corbeil-Perron avait littéralement fait trembler les fondations du musée; c’était un moment d’une grande intensité. Jusqu’à tout récemment, c’était malheureusement le seul contact que j’avais eu la chance d’avoir avec Political Ritual. Ce bon souvenir est resté gravé dans ma mémoire, mais les deux musiciens n’avaient jamais recroisé mon chemin par la suite.

Ce temps est maintenant révolu puisque devant moi se trouve leur toute nouvelle offrande. Un magnifique vinyle éponyme proposant deux imposantes pièces de plus de vingt minutes. Forgés sur fond de deuil, d’abus et d’inquiétude, ces deux rituels nous promettent un voyage déstabilisant en territoire hostile. La marche à suivre est simple: montez le volume adéquatement, installez-vous confortablement et laissez les décibels vous percuter de plein fouet.

1. Cérémonie

Si les premières minutes de ce morceau ne vous écrasent pas dans votre siège, c’est parce que vous avez commis une première erreur. Le volume doit obligatoirement être monté d’un cran, car il vous faut entendre les notes siffler comme de violentes rafales de vent. Lorsque vous aurez le sentiment d’être égaré au beau milieu d’un tourbillon sonore, vous comprendrez que vous avez fait le bon choix. Ces bourrasques seront votre moyen de transport pour accéder à l’univers chaotique du duo montréalais. Vous comprendrez rapidement que cette improvisation raconte un récit déconcertant, c’est la trame sonore de quelque chose qui nous surpasse.

J’ai perçu Cérémonie comme une histoire où chaque instrument représente un personnage, tous plus tourmentés les uns que les autres. Ils m’apparaissaient brisés et éraillés, tout comme les outils de créations utilisés pour la confection de cette œuvre écrasante. Félix-Antoine et Maxime y ont déversé leurs tripes, il s’agit ici de l’une des musiques les plus inspirées que j’ai eu la chance de mettre sur ma platine. Chaque écoute vous replongera d’une manière différente dans cette troublante narration, le potentiel de réécoute est littéralement infini tellement ce qui se rend à notre cerveau est étoffé. C’est l’album de prédilection pour déconnecter du triste monde auquel nous sommes condamné·e·s.

2. Projection cathodique

Cette deuxième entité sonore se matérialise comme un long couloir dans lequel nous sommes forcé·e·s d’avancer. C’est une composition caverneuse qui nous ensorcelle avec une multitude de bruits d’ambiance accaparant le spectre auditif. Une fois bien submergé·e·s dans ce gouffre musical, nous réalisons qu’il sera impossible de faire marche arrière. La progression est tout simplement impressionnante, les couches se multiplient avec une délicatesse déstabilisante. Nous ne sommes définitivement plus en contrôle de notre corps et de notre esprit, ce morceau est désormais aux commandes.

Projection cathodique nous plonge entre la vie et la mort, à l’intérieur de ce fameux tunnel qui habite l’imaginaire des êtres humains depuis des lustres. Oscillant entre le trajet vers l’enfer et celui du paradis, la destination finale demeure incertaine. Je crois tout de même que quelque chose de positif ressort de cette tumultueuse création, une lumière jaillit néanmoins à travers la brume. Un album de cette envergure se savoure avec une totale dévotion, sans quoi vous ne serez pas en mesure de saisir l’ampleur du travail qui se dissimule derrière chacune des notes. Il représente une expérience musicale pratiquement inqualifiable, j’ai eu l’impression de faire de la méditation en ayant consommé des substances hallucinogènes. En espérant que vous arriverez aussi à laisser l’immense talent de ces deux musiciens vous faire décoller dans vos pensées les plus lointaines.

blogue@press-5772 press@5772
22 janvier 2018
Par Réjean Beaucage in Voir (Québec), 22 janvier 2018

Texte

«C’est une musique dense, qui se développe par couches, en construisant des espaces gigantesques… 4/5»

Duo formé des électroacousticiens montréalais Félix-Antoine Morin et Maxime Corbeil-Perron, Political Ritual crée des ambiances dont il est peut-être préférable de faire l’expérience en concert, à moins d’avoir des voisins compréhensifs… C’est une musique dense, qui se développe par couches, en construisant des espaces gigantesques, et, comme le disent ses concepteurs: «La seule cause qui importe est celle de mettre le volume à fond». Évidemment, ils ne sont pas les premiers à faire cette recommandation, mais leur musique, toute en textures et large comme un paquebot, bénéficie que l’on porte attention à ce détail. Conçu dans une période «de deuil, d’abus de substances [et] d’inquiétudes géopolitiques», le résultat est assez noir, comme le vinyle qui le supporte.

blogue@press-5773 press@5773
6 janvier 2018
Par Richard Allen in A Closer Listen, 6 janvier 2018

Texte

«The album is a great experiment on impressions»

As Political Ritual, Maxime Corbeil-Perron and Félix-Antoine Morin offer sequences of disparate tones ~ sometimes tonal opposites, often at war ~ and invite listeners to hear their own metaphors. The album is a great experiment on impressions, as this simple prompt leads to all manner of ideas. One of the most obvious (and amusing) is that the acronym PR is itself shared with another more famous word pairing.

We live in a world on the brink of chaos. This simple fact affects all new art, whether consciously or not. “ Cérémonie ” is a study in contrast, beginning in fluttering electronics and solid, growing drones, but eventually incorporating organ-like tones and a bit of melody. One might glean an impression of chaos v. order, modernity v. tradition, sense v. nonsense. By the halfway mark, a new dominant sound emerges, a tempo-driven vibration that sounds like a misread CD-R; this is, however, a record. The music continues to play; the sound continues to intrude, with no end in sight. When stronger voices (beats) emerge, the mechanism rights itself for a brief period, but then changes form and returns. One might liken the effect to the game Whac-a-Mole, arriving at the conclusion that nothing will ever be perfect, that systems will always fail, and that even if one area is fixed, another will break. From this conclusion will stem one’s worldview. Either it’s worth trying, or it’s not. It’s worth going on, or it’s not. The evidence of this artistic statement is a vote for the latter.

Side B is a different animal: subtle, soothing, and calm. The first sounds of “ Projection_cathodique ” are those of water and chimes. This initial context makes the dark chords seem more ritualistic than foreboding. Is this still Political Ritual? Is this the longed-for nirvana that arrives at the tail end of all our efforts, making every ounce of suffering worthwhile? Or is this the sound of narcotic escape, a surrender to barbiturate entertainment, a desensitization to the world as it is? The two artists again provide little clue, but perhaps their very obliqueness is a clue: think for yourselves, people, we don’t have to tell you what everything means! All we will say is that the piece is lovely, like hands gently passed across doorway curtains, activating beads and bells. Compare the two sides and realize that they live in the same twelve inches of space, like a flattened globe. Make whatever conclusions you may.

blogue@press-5771 press@5771