Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› Engagement & Confrontation

«Je n’arrive pas à comprendre pourquoi les gens craignent les nouvelles idées. Moi je crains les vieilles.» —John Cage

Lorsqu’on lui posa la question pourquoi il jouait d’une manière si inorthodoxe, le guitariste récemment disparu Derek Bailey affirma tout simplement qu’il voulait savoir ce que son instrument pouvait faire. Pendant quarante quelques années, cet artiste s’est voué sans concession aucune à la cause de la musique improvisée dite non-idiomatique en repoussant constamment les frontières de cet art. À l’instar d’un John Cage, par exemple, Bailey était un maître à penser, dans son cas de l’improvisation totale plutôt que de la composition. Même si ces deux hommes abordèrent la musique d’angles opposés, chacun d’eux se montrait aussi dédaigneux à l’égard des idées convenues que réceptif aux plus nouvelles d’entre-elles.

Pour rester fidèle à cette prise de position, cela exige de l’artiste un «engagement» certain, mais une «confrontation» qui doit interpeler autant le musicien que ses collègues et le public. Et ce n’est point un hasard que l’intitulé de ce premier disque sous le nom du bassiste canadien Pierre-Yves Martel a été choisi pour décrire la démarche proposée ici.

De nos jours, les enregistrements en solo absolu ne sont plus exceptionnels, ni même pour la contrebasse, mais c’est le concept de préparer l’instrument pour en découvrir ses possibilités qui détache celui-ci du lot. Par-delà les différents usages de l’archet et des doigts, il y a aussi des bagues, bâtonnets et attache-feuilles qui viennent enrichir la palette sonore, parfois en étant fixés aux cordes, parfois sur le chevalet. Mais la quincaillerie importe peu à vrai dire; ce sont les résultats qui comptent, et ceux-ci sont à tout le moins captivants.

Tout ce qui émane de ce disque a été créé en temps réel, quoique capté par un jeu de dix micros répartis dans le studio suivant un concept de spatialisation élaboré entre le musicien et son preneur de son Ross Murray. Par un jeu subtil d’alternance et de juxtaposition des signaux sonores, l’auditeur est convié à un genre de «trompe oreille», d’où la capacité d’entendre la musique selon des perspectives sonores variables.

Bien que ce projet émane d’un dessein conceptuel clair, son contenu en revanche est le fruit de ce que le musicien qualifie d’«accidents heureux». Non seulement s’agit-il d’une musique créée entièrement en temps réel, mais elle est en parfait accord avec son désir de se surprendre.

Dans la plus pure tradition de l’impro, ce document passe pour un work in progress, le processus ayant été entamé un an et demi auparavant; toutefois, il ne faut pas l’envisager comme un aboutissement, ni même un produit fini, mais bien comme un premier jalon pour ce musicien de la relève, dont les talents d’instrumentiste, d’accompagnateur et de compositeur sont à la hauteur de ses expériences en classique, en jazz et en impro, sans oublier les musiques anciennes et baroques de par son usage de la viole de gambe. Avec ce pedigree, qui douterait alors de son engagement et de sa volonté de se confronter à un grand éventail de situations? Quoi qu’on en dise, ce sont toujours les sons qui parlent le mieux. N’esquivez pas cette confrontation, car il y a gros à parier que vous serez engagé à votre tour par l’écoute de cette reluisante surface. —Marc Chénard, janvier 2006

«An innovative, personal, rich, and diverse piece of art». —Mark Dresser

Pistes

    • 1
      Felt Clips
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m30s
    • 2
      Cages
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m44s
    • 3
      Fromage en crottes
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m48s
    • 4
      Seems… far too… familiar
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m20s
    • 5
      Benibraun
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m13s
    • 6
      For D/C
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m54s
    • 7
      Paper Clips, Please
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m40s
    • 8
      Interlude no 1
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      35s
    • 9
      Monsieur Carignan
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m17s
    • 10
      Eczema
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m52s
    • 11
      Interlude no 2
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      40s
    • 12
      Correspondances domestiques
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m16s
    • 13
      Mulo: Primo segmento
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m55s
    • 14
      Mulo: Secondo segmento
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m31s
    • 15
      Pneus semi-pneumatiques
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m04s
    • 16
      L’atelier à Lamario
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m20s
    • 17
      Dresser
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m17s
    • 18
      Arrivals and Departures
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m28s
Durée totale: 48m37s