20h17 rue Darling

Musique originale du film de Bernard Émond

Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› 20h17 rue Darling
20h17 rue Darling
J’aime pas la mer (2002), 2m23s [extrait]
Piste 1 de 20h17 rue Darling
CD: Ambiances Magnétiques (2003) AM 108

Robert Marcel Lepage compose de la musique de films. Robert Marcel Lepage compose beaucoup de musique de films. Il nous a déjà présenté la musique de Full Blast sur disque compact, et maintenant c’est celle de 20h18, rue Darling qu’il nous propose.

Un envoûtant motif musical s’incruste dans le long métrage de Bernard Émond. Le second mouvement du Trio «Fantôme» de Beethoven (piano, violon, violoncelle) s’entrelace à la composition de Robert Marcel Lepage, musique de film d’un lyrisme lancinant et noir, à dominante de cordes graves; il se mêle aussi à la voix évanescente du journaliste Gérard (joué par Luc Picard).

Voix, bruitages, musiques originales, musiques pré-enregistrées: un tout indissociable. Ce qui est passionnant, c’est que la musique de Lepage pour 20h18, rue Darling, tout en manifestant son originalité propre, s’est imprégnée des pièces de Beethoven choisies par le réalisateur, qu’elle en épouse les rythmiques, les harmoniques mélancoliques, voire le parti pris des instruments à cordes.

Les rapports entre la bande sonore filmique et la phonographie sont, règle générale, assez singuliers. Sur disque, on appelle «bande originale» ce qui n’est, en fait, que la musique d’un film, triomphante, expurgée de tout bruitage, de toute voix. Peu de disques dérivés d’un film osent ce choix d’extraits de la bande sonore intégrale. Robert Marcel Lepage le fait avec son édition de 20h17 rue Darling. Le compositeur ne lâche pas son rêve: musique de film et autres éléments sonores doivent cheminer en parallèle, faire surgir la cohérence et l’unité, participer de la même musicalité d’ensemble. Quelquefois, ne serait-ce que furtivement, le disque doit témoigner de ce rêve.

Pistes

    • 1
      J’aime pas la mer (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m23s
    • 2
      Sonate pour piano et violon no 7 en do mineur, op 30 no 2 (extrait)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m25s
    • 3
      Le sinistre (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m16s
    • 4
      Rien comme un scotch… (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m00s
    • 5
      Hochelaga-Maisonneuve (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m27s
    • 6
      Les Histoires sont sacrées (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m57s
    • 7
      Sonate pour piano no 21 en do majeur «Waldstein»: Introduzione. Adagio molto — attacca, op 53 (extrait)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m25s
    • 8
      (Premier Fantôme): Trio no 5 en mi bémol majeur, opus 70 no 1 («Fantôme») (extrait)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m05s
    • 9
      Nocturne à 20h17 (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m04s
    • 10
      La Valse de la rue Laurier (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m08s
    • 11
      Deuxième Fantôme (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m37s
    • 12
      Le Diable (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m31s
    • 13
      Nocturne à 20h17 (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      37s
    • 14
      Les décombres (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m32s
    • 15
      Sur la montagne (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m05s
    • 16
      Chez-nous (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m44s
    • 17
      Sonate pour piano et violon no 5 en fa majeur «Le Printemps», op 24 (extrait)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m32s
    • 18
      Maniwaki (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m06s
    • 19
      Le noyé (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m15s
    • 20
      La Valse de la rue Laurier (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m04s
    • 21
      Troisième Fantôme (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m47s
    • 22
      Y’a plus d’air… (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m45s
    • 23
      Nocturne à 20h17 (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m05s
Durée totale: 46m50s