La boutique des nouvelles musiques
Grande vente du Temps des Fêtes!50%30%15% de rabais Cliquez pour voir

Blogue

Review

Ken Waxman, The WholeNote, 1 mars 2018
jeudi 1 mars 2018 Presse

An enthralling sonic landscape encompassing mercurial harshness, unexpected contours and cultivated accents, Boule Spiel is an affirmation of the textural cooperation among German pianist Magda Mayas and two Québécois musicians, electric bassist Éric Normand of Rimouski, where the session was recorded, and Montréal viola da gamba player Pierre-Yves Martel. Those instruments, along with “feedback, snare drum, objects and speaker” are the only sound-makers listed. But the minimalist tones which blend to create this two-track journey, including keening whistles, string plucks, bell peals, percussive thumps, feedback flutters and oscillated hums, not only make individual attribution unlikely, but at the same time highlight the constant unexpected shifts within the understated unrolling sequences.

Emphasizing atmosphere over narrative or instrumental virtuosity, the trio’s blended output, especially on the more-than-30-minute introductory Lancer, contains enough processed drones, electric bass stops, keyboard patterning and inner-piano-string plucks to vary the aural scenery enough to create a sense of harmonic and rhythmic progress, but without jarring interludes. By the time the concluding Spiegelbildauflösung or “mirror image resolution” fades away, the three confirm how carefully each can reflect the others’ cerebral improvisations. An enlightened sound journey has been reflected and completed, but the details of what transpired individually are impossible to accurately analyze.

An enlightened sound journey…

Review

Stuart Broomer, The WholeNote, no 23:6, 1 mars 2018
jeudi 1 mars 2018 Presse

Touching on virtually any sound available in contemporary music, Résistances is a bracing experience.

Critique

Philippe Desjardins, Le canal auditif, 21 février 2018
mercredi 21 février 2018 Presse

L’Ensemble SuperMusique est une formation active depuis une vingtaine d’années dans le milieu des musiques actuelle et improvisée. Une des particularités de cette formation est qu’elle est dirigée par les compositeurs/instrumentistes directement, selon les œuvres au programme. Dans ce contexte, leur nouvel album, Les Porteuses d’Ô (2017), ne fait pas vraiment suite à Jeux de Pistes (2016), et propose plutôt trois nouvelles compositions de Danielle Palardy Roger, Joane Hétu et Lisa Cay Miller; dont le thème met en scène des femmes (porteuses d’eau) qui alimentent le courant musical. L’album propose donc trois compositions jouées à partir de partitions graphiques (comparativement à des partitions écrites) qui mélangent savamment l’interprétation et l’improvisation pour créer trois grandes scènes sonores uniques en leur genre.

En arrivant par le nuage de Oort (Roger, 2014-15), commence sur un crépitement étouffé et quelques coups discrets de cymbales. Les souffles imitent une sorte de fournaise et participe à une trame atmosphérique épaissie par des bruits de combustion. Le passage arythmique mène à un pont plus calme formé de frottements de cordes joués en itérations, comme des moteurs d’embarcations auxquels les cuivres ajoutent des klaxons de différentes grandeurs. La partie rythmique revient à l’avant comme une pluie d’impacts dans la salle des machines, et laisse ensuite l’espace à un dernier passage dissonant, voire strident, qui siffle comme des bouilloires jusqu’à une fin abrupte.

Le roulement de tambour de Préoccupant, c’est préoccupant (Hétu, 2015-17) ouvre sur un ton circassien, les cordes simulant des acrobaties dans les hautes pendant que les percussions et «canard-qui-fait-squeak» mènent à la partie théâtrale, durant laquelle une voix clame comme prise sur une embarcation au milieu de la mer. La scène évolue davantage avec des segments plus denses et percussifs et une performance vocale dont le niveau de folie fait penser à une aile psychiatrique. Les acrobaties musicales sont surprenantes et leur virtuosité rappelle une forme de «mickey-mousing» avec tous les événements sonores virevoltant dans la pièce.

Les cordes miment des portes en bois qui grincent sur Water Carrier (Miller, 2017), la guitare et la basse établissent en parallèle une discussion entrecoupée de coups de pic et de pizzicatos. Tout s’arrête pour laisser le segment suivant prendre place, d’une façon un peu décousue d’abord, mais ça se clarifie à partir des interactions entre les instruments. Une autre pause brève mène ensuite à un segment jazz très bien rythmé, approfondi dans les basses avec les cordes et accentué par moment aux cuivres. Le mouvement suivant est bien plus ramolli avec une atmosphère dramatique, presque souffrante et fiévreuse. Le rythme reprend progressivement pour finir sur un dernier segment de musique de chambre.

Il y a une dimension théâtrale à ce nouvel album qui donne l’impression que les instrumentistes sont des comédiens et qu’une partie de la mise en scène leur appartient. On reconnaît des inspirations provenant de la musique bruitiste et des dessins animés en noir et blanc, deux éléments qui se combinent parfaitement avec l’improvisation. En ce sens, Les Porteuses d’Ô garde les oreilles captivées à travers les trois pièces, renouvelant l’anticipation un son à la fois.

Les Porteuses d’Ô garde les oreilles captivées à travers les trois pièces, renouvelant l’anticipation un son à la fois.

Le meilleur de LCA (8/10)

Philippe Desjardins, Le canal auditif, 13 février 2018
mardi 13 février 2018 Presse

Jean Derome est un artiste montréalais actif dans le milieu des musiques actuelles depuis plus de quarante-cinq ans. Compositeur, interprète et improvisateur, il est également cofondateur de l’étiquette Ambiances Magnétiques sur laquelle sont publiés ses albums et autres créations expérimentales et avant-gardistes. Vous avez peut-être vu son nom passer durant l’Année Jean Derome (avril 2015 à juin 2016), qui proposait plusieurs événements rendant hommage à sa carrière et sa contribution à la création musicale québécoise, dont la sortie de l’album Musiques de chambres (2015) et du documentaire Derome ou les turbulences musicales (2015), réalisé par Richard Jutras. Derome est de retour avec Résistances (2017), un album basé sur le thème de l’électricité, performé de façon improvisée par l’Ensemble SuperMusique, qui était accordé pour l’occasion sur la fréquence de 60Hz (celle du courant électrique).

Le piano ouvre Tout part du soleil sur un bouillonnement de percussions étouffées et de souffles imitant la combustion à la surface de l’astre et les éruptions solaires. Les cordes apportent une touche humoristique en ajoutant une sorte de guirlande de bienvenue à l’œuvre. Buzz porte bien son nom avec un montage de bruits de tension électrique qui ponctuent des glissandos aux cordes, faisant la transition vers Étagement des fréquences et son tintamarre percussif soutenu par un roulement de tambour. Les cuivres créent une masse dense et scintillante en parallèle aux harmoniques analogiques, et continuent en crescendo pour terminer sur des aigus stridents. L’ensemble s’estompe et se dégonfle en même temps que les cordes se détendent pendant Aurores boréales, seconde pièce transitoire qui semble dégoûter comme une fin de pluie.

Tableau suit avec une boîte à musique et un piano dissonant, la montée en intensité ressemble justement à une séance d’accordement, jusqu’à ce qu’une ponctuation cuivrée vienne entrecouper la partie improvisée. Le violon un peu nerveux ajoute de la tension et mène à un passage monté en vagues de différentes densités, concluant en filaments de cuivres entrecoupés de chutes percussives. Vamp change complètement l’ambiance en proposant un groove jazz irrésistible et une performance vocale située quelque part entre la virtuosité et l’hilarité, ou un rituel tribal et une soirée cabaret. Le contraste fonctionne merveilleusement bien, comme un interlude entre deux mouvements exploratoires. Le plancher des vaches brise la ligne rythmique et se dégonfle lentement, douloureusement même, pour mener à un passage cacophonique, un peu comme si l’ensemble déboulait la colline au ralenti. La suite donne l’impression que chaque instrument fait sa petite affaire, sans égard à la ligne mélodique. Fréquences-métronomes ouvre sur une série de cliquetis approfondie par un déploiement rythmique créant une espèce de grosse machine à bruits dont les voyants rouges s’allument et s’éteignent frénétiquement pour accompagner l’alarme de feu.

Le piano dissonant prend toute la place sur Tableau-combat, laissant chaque note s’évanouir dans la pièce jusqu’à ce que les cordes commencent à mimer le grésillement électrique et les cuivres à jouer un (dés-) accord comme un orchestre de klaxons. Piétinements enchaîne naturellement sous forme de trame bourdonnante s’intensifiant à partir d’un passage plus rythmique, qui semble imiter la marche d’une tribu se rendant au combat. Les cordes glissent en différents trémolos sur Trois orchestres, texturés par des itérations électroniques et un tintamarre de plus en plus frénétique à la batterie et aux percussions. Le rythme s’ordonne à mi-chemin pour permettre à tous les instruments d’enchaîner à un passage jazz. Moteur deux temps, moteur trois temps fait débouler une suite d’événements sonores en jouant sur la vitesse de réaction et le niveau d’intensité de chaque impact; très comique.

Turbine, virgule passe comme un torrent emportant tous les silences sur son passage, coupant abruptement pour reprendre sa respiration et replongeant dans un tourbillon sonore. Les cris et complaintes vocales rappellent l’incantation tribale pendant que les instruments génèrent un rythme rapide et dense. Mélodie 2 nous ramène à la soirée cabaret et au groove jazz, la guitare rythmique accentue les contretemps pendant que les cuivres étirent les temps pour les rendre élastiques. Danse finale garde le rythme comme un big band sur lequel les solos de violon, trompette et guitare électrique sautillent simultanément sur leurs arpèges respectifs. Orage grésille avec bruits de cordes et ronflement vocal, le frottement assourdissant tombe dans un sommeil à la respiration qui cille.

Résistances de Jean Derome confirme que tout est possible avec un niveau de créativité comme le sien. La richesse de la palette sonore est captivante, intrigante; on se demande quel instrument a bien pu jouer tel bruit. En ce sens, ça sonne moins jazz que sur son album précédent, et plus expérimental avec ses éléments inspirés de la musique bruitiste et du «mickey mousing». L’œuvre est très amusante, et on dira ce que l’on voudra de la musique actuelle, cette fois-ci, elle est aussi accessible qu’un dessin animé pour enfant.

Résistances de Jean Derome confirme que tout est possible avec un niveau de créativité comme le sien.

Review

Stuart Broomer, Musicworks, 12 février 2018
lundi 12 février 2018 Presse

Political Ritual, the eponymous release by the Québécois electronic music duo of Maxime Corbeil-Perron and Félix-Antoine Morin, presents itself as a mystery, white print on a grey cover, a series of lighter, vertical oscilloscope intrusions appearing almost possibly accidental. The roles of the two performer / composers — here improvisers — are not distinguished. Each side of the LP presents a piece about twenty minutes in length. Each is almost monolithic, made up of electronic and electronically altered layers.

Specific textures emerge intermittently, through fields of static and waves of droning sound that sometimes move with the inevitability of lava, that flux of molten stone, metal, and ash, or perhaps an oil spill or an approaching tsunami. While the LP itself is free of annotation, there are brief hints in the press release, including a description of the group’s music and the titles of the two sides. Field recordings and instruments come upon by chance enter the fold.

The first side, Cérémonie, is strongly rhythmic, whether the beats are heard as patterns of static or feedback. There are two marked shifts in the work. The first is an extended keyboard improvisation beginning around the seven-minute mark, perhaps “a wedding harmonium bought from an old, hungry man in an Indian village improvises modal lines,” mentioned in the online text. The second is a sudden break and bass-ward glissando at the eighteen-minute mark that suddenly shifts the whole forward movement of the music. That doesn’t sound like much, but it’s a major event in this context, a wholly new plane.

The second side, Projection_cathodique, begins with chant amidst the static and drones. Its developing rhythms are oscillations, pulses rather than beats. The piece repeatedly cycles towards a crescendo, its materials echoing, the texture thickening; when the patterns change, there’s a sudden turn from tension to repose.

These pieces are genuine experiences — penetrating, insistent, necessary works that fully occupy the time of their realization and hearing. Repeated listening changes them: they literally sound different, richer, more complex, with new elements and relationships emerging, transitions becoming more (and sometimes less) dramatic. Searching this music for answers to what politics and ritual share, only the commonalities of mystery, form, and duration emerge — politics and ritual indistinguishable from one another and from consciousness itself.

These pieces are genuine experiences — penetrating, insistent, necessary works that fully occupy the time of their realization and hearing. Repeated listening changes them: they literally sound different, richer, more complex, with new elements and relationships emerging, transitions becoming more (and sometimes less) dramatic.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.