La boutique des nouvelles musiques

Blogue

Derome Lussier une longue collaboration

Alain Brunet, La Presse, 14 décembre 1986
dimanche 14 décembre 1986 Presse

Bien connus dans le petit monde de la musique improvisée et progressive (Nébu, Conventum, Jonas, Éboulements, etc. ), Jean Derome et René Lussier n’en sont pas à leur premier travail d’équipe. Pas moins de huit ans de collaboration à leur actif ont conduit à la concrétisation de leur premier 33 tours.

Le flûtiste-saxophoniste et compositeur Derome fait la genèse du duo: «Notre premier atelier de travail remonte à 1978 à la Grande Passe. Depuis lors, on a monté nombre de projets, dont plusieurs musiques de films. Alors on a décidé de développer plusieurs pièces en chantier, sans avoir de véritable projet de disque… pour satisfaire notre simple plaisir. On a fait une liste de 30 pièces; en commun puis on en a chosi 11 pour fins d’enregistrement.». C’est à partir de là que le projet de disque est né; un album double devait sortir cet automne, mais le manque d’argent a retardé la sortie du deuxième… Ce qui n’empêche pas le duo de garder le moral et d’intituler son album Soyez vigilants, restez vivants!

Et la résultante? Pétante de santé. «Parfois, y a des côtés chaotiques, ethniques, traditionnels, jazz ou pop, etc. Chaque pièce est parente avec un style, un esprit, sans toutefois sauter à pieds joints dedans», raconte Lussier, qui exprime assez clairement l’éclectisme de cet album.

Un produit effectivement très varié, qui saute subrepticement d’une recette musicale du boudin de Noël (savoureux!) à un reel ultra-moderne, en passant par les plus contemporaines des structures sonores. La qualité de l’instrumentation y est excellente, révélant un travail compositionnel extrêmement serré. En certains moments, on peut se rappeler quelques textures de feu-Conventum, peut-être à cause de la griffe du guitariste compositeur André Ducbesne, qui y signe une des pièces. On y a aussi invité l’excellent ventiste Robert Lepage, le fin contrebassiste Pierre Cartier, ainsi que le faiseur d’ambiances Claude Beaugrand. En somme, un produit trés intéressant qui manifeste une maturité certaine dans ces élucubrations.

Les contes de l’amère loi

Mark Miller, The Globe and Mail, 23 octobre 1986
jeudi 23 octobre 1986 Presse

"This album," so the liner notes to "The tales of Mother Goose" explain, "was composed with hazards, accidents, imprudence, pleasure, conflicts and synchronicities in midi programs and improvisations."

Midi programs aside, that could describe the processes of jazz. But Les Poules of Montréal—Joane Hétu (saxophone), Diane Labrosse (keyboards) and Danielle Roger (percussion), all of whom also play in Wondeur Brass—are onto something else quite different and quite personal.

Theirs is a kind of kitchen music for the eighties, high-tech but everyday music, very new but very human — midi programs aside. They have ideas aplenty, but simple and effective ideas this time out closer in proportion (than has sometimes been the case with Wondeur Brass) to the musicians’ abilities to execute them. Rudimentary though many of the songs and instrumentals may seem, there’s no denying their passion, flair or imagination.

Rudimentary though many of the songs and instrumentals may seem, there’s no denying their passion, flair or imagination.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.