La boutique des nouvelles musiques

Blogue

Critique

Serge Truffaut, Le Devoir, 5 décembre 2018
lundi 8 avril 2019 Presse

Mine de rien, Jean Félix Mailloux et Normand Guilbeault partagent beaucoup de points communs. Les deux appartiennent à la catégorie gros calibres de la contrebasse. Les deux sont constamment ou presque dans la prise de risques. Ils sont des aventuriers. Par exemple, là où Guilbeault creuse le sillon des musiques autochtones, Mailloux s’applique à retourner les us et coutumes de la musique classique, l’exécution de celle-ci, avec un rare souci pour la… beauté!

Oui, ce que Mailloux et ses complices font se conjugue avec la beauté. C’est bête, n’est-ce pas? Oui, mais c’est comme ça. C’est ainsi: c’est beau, tout simplement. Tellement, qu’on vous propose une garantie à faire sursauter tous les actuaires, ces manitous du risque, de la planète: si, à la suite de l’acquisition de Debussy Impressions publié par l’étonnant label qu’est Malasartes, vous êtes insatisfait, on vous rembourse! Rubis sur l’ongle, comme l’observa Queneau. Bon. Reprenons.

L’architecture instrumentale arrêtée par Mailloux lorsqu’il a fondé Cordâme emprunte davantage à l’orchestre de chambre qu’à la formation de jazz traditionnelle. Ainsi, il y a un violon entre les mains de Marie Neige Lavigne, un violoncelle entre celles de Sheila Hannigan, une harpe entre celles d’ Éveline Grégoire-Rousseau, des percussions entre celles de Mark Nelson et un piano sous celles de Guillaume Martineau. Chacun d’entre eux fait preuve d’une extraordinaire maîtrise, d’une agilité remarquable quand on songe au coefficient de difficulté que suppose ici l’ambition musicale de Mailloux. Pour dire les choses très platement, les membres de Cordâme sont formidables. Bravo!

On sait peu, trop peu d’ailleurs, que bien des musiciens de jazz entretiennent une relation passionnelle avec la musique classique. Mingus était fou de Stravinsky, Coleman Hawkins de Brahms, mais la plupart d’entre eux, bizarrerie parmi d’autres, apprécient avant tout les compositeurs français du XXe siècle: Maurice Ravel, Erik Satie, Gabriel Fauré, Darius Milhaud, Olivier Messiaen et bien évidemment Debussy.

En règle générale, l’alchimie tentée par les jazzmen sur le territoire de la musique classique a tourné au vinaigre la plupart du temps. L’exemple par excellence étant cet enregistrement réalisé par Charlie Parker avec des cordes au début des années 1950. Avec Cordâme, il en va autrement.

Pour mener à bien son aventure par ailleurs singulière, Mailloux n’a pas «repris» du Debussy. Il s’en est inspiré. En d’autres mots, il a composé et arrangé à l’enseigne de la mélodie, de la douceur. Puis, il a greffé un trio à cordes à une formation rythmique classique. Note qu’on osera qualifier d’importante: il n’y a pas d’instruments à vent, à pistons. On dirait que notre homme a tenu à ce que toutes ses musiques se déclinent dans la fluidité.

Noël étant à l’horizon du court terme, la conclusion est d’une grande simplicité, pour ne pas dire incontournable: si vous souhaitez offrir un disque à quelqu’un ou quelqu’une qui aime la musique en général et pas nécessairement le jazz ou le «hip-hop-rap-machin-truc», achetez ce Debussy Impressions. Le plaisir est au début de l’écoute, pendant et à la fin.

Le plaisir est au début de l’écoute, pendant et à la fin.

Critique

Benjamin Goron, La Scena Musicale, 11 février 2019
jeudi 4 avril 2019 Presse

Cette récente parution rassemble des œuvres de la compositrice canadienne établie à Londres Cassandra Miller, écrites entre 2008 et 2015. Le Quatuor Bozzini, qui en a créé la plupart, est sans doute le mieux placé pour nous ouvrir la porte de cet univers délicat. Les quatre œuvres au programme révèlent la manière de Cassandra Miller qui, à l’image de l’écrivain puisant son inspiration dans des coupures de journaux, est à l’affût du matériau musical ambiant comme base de son travail de composition. Ainsi, Warblework part de chants d’oiseaux pour nous offrir un univers aux textures changeantes avec un traitement du silence et des intervalles justes d’une remarquable efficacité. About Bach, qui a remporté le prix Jules-Léger en 2016, reprend des motifs d’une chaconne à travers une évolution linéaire empreinte de nostalgie, superposition d’une lente plainte au violon dans les suraigus et d’un socle stable et durable dans les graves.

Si la compositrice appose son empreinte grâce à ses emprunts, elle nous propose un univers aéré, méditatif et sensible. Elle arrive, en peu de notes, à capter toute notre attention et à nous plonger dans sa perception du temps. Le Quatuor Bozzini épouse cette musique avec un naturel déroutant. La subtilité des nuances et la cohésion du groupe sont des éléments essentiels pour traduire fidèlement le discours de Cassandra Miller. Si l’absence de livret est regrettable dans une optique de transmission et de médiation, Just So reste une très belle réussite et une invitation à repenser le temps et l’écoute musicale.

Le Quatuor Bozzini épouse cette musique avec un naturel déroutant.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 119, 1 mars 2019
mercredi 3 avril 2019 Presse

Just So permet de plonger l’auditeur dans une musique relativement déroutante…

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 119, 1 mars 2019
mercredi 3 avril 2019 Presse

La multiplication des pistes […] permet aux quatre musiciens du quatuor de renforcer l’effet drone de la pièce.

Critique

Claude Colpaert, Revue & Corrigée, no 119, 1 mars 2019
mercredi 3 avril 2019 Presse

On en redemande.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.