La boutique des nouvelles musiques

Blogue

Le risque selon Jean Derome

Serge Truffaut, Le Devoir, 22 juin 2019
samedi 22 juin 2019 Presse

Le trio que forme depuis une vingtaine d’années le saxophoniste, flûtiste, arrangeur et compositeur Jean Derome avec le contrebassiste Normand Guilbeault et le batteur Pierre Tanguay est sans l’ombre d’un doute l’une des formations les plus passionnantes du continent. Il en est ainsi parce que Derome n’a pas son pareil pour jongler avec le risque avec doigté. À preuve, son nouvel album, intitulé Somebody Special — 9 chansons de Steve Lacy, sur Ambiances magnétiques. Avant de poursuivre, soulignons que les 22 et 29 juin, ce trio se produira au Cheval blanc.

Avec ce Somebody Special, on vous assure que le risque pris par nos amis était au diapason de «l’énorme, pesant, très lourd». Car cet album n’est pas seulement musical, il est également littéraire. Très littéraire même. Il se trouve, comme disait l’autre, qu’en fait de chansons, Lacy avait emprunté des poèmes et des textes à des auteurs variés, mais surtout à Brion Gysin, avec lequel il se produisit d’ailleurs régulièrement et enregistra même un disque.

De citoyenneté canadienne, le peintre et poète Gysin a beaucoup étudié et vécu, pour faire vraiment court, à Paris. Il fut un des surréalistes avant qu’André Breton n’exerce à son endroit sa personnalité de père Fouettard en le renvoyant du groupe comme il l’avait fait avec Raymond Queneau. Qu’importe. Après eux, Gysin fut une des figures de proue des beatniks, admiré notamment par William Burroughs, pour le hier, et John Zorn, pour l’aujourd’hui. Bien.

Dans le volumineux catalogue de chansons confectionnées par Lacy — environ 500, précise Derome —, le trio en a choisi trois dont Gysin a écrit les textes, un de Herman Melville (Yes!), un de Lao-Tseu, un de Thomas Gainsborough, un de Po Kiu-yi et enfin un de Judith Malina. On l’aura compris, cet album propose une façade ONU.

Pour mener à bien son aventure, Derome a «exploité» les talents de la chanteuse Karen Young et du pianiste Alexandre Grogg. La clarté d’expression de la première, le dynamisme et l’attention du second, combinés au brio et à l’intensité de Guilbeault, au savoir-faire en multiples nuances de Tanguay, sans oublier l’ingéniosité de Derome, font de cet album… quelque chose!

C’est ce qu’on se dit, après écoute: «C’est quelque chose, cet album.» Il est à l’image du titre: spécial. Car on a l’impression que Derome et ses camardes sont passés entre les mailles ou les filets, c’est au choix. Parfois, on a le sentiment que le saxophoniste a fait de l’exploration sonore entre Eric Dolphy et Jackie McLean.

Parfois, on a l’impression que l’ensemble au complet évolue dans un territoire voisin d’Alban Berg d’un côté, de jazz de stricte obédience de l’autre. En fait, ce que cet album confirme, ou plutôt ce qu’il a de passionnant, est à mettre sur le compte de la surprise. À l’évidence, chacun des protagonistes cultive une inclination prononcée pour la curiosité.

Depuis le temps que Derome, Guilbeaut et Tanguay nous régalent, ils pourraient fort bien verser dans la mortifère gestion du fonds de commerce. Au lieu de ça, ils s’appliquent à nous étonner dans le sens le plus noble de ce verbe. C’est énorme.

… ils s’appliquent à nous étonner dans le sens le plus noble de ce verbe.

Review

Mike Borella, Avant Music News, 8 juin 2019
lundi 10 juin 2019 Presse

This baritone sax / viola duet is another 2018 release that blipped the radar then got unjustly buried under 100 subsequent albums. Nonetheless, The Space Between Us serves as a high point of that year’s recordings, and provides some superb listening.

Toninato’s baritone drones and growls, producing rough textures and a shifting foundation over which Thiessen improvises with drones of her own, motifs and brief solos. But that is not to say that Toninato remains in the background — both members of this duet contribute to the complex, ululating melodies.

Still, there is a rich ponderousness to their approach. Thiessen and Toninato are in no hurry to get anywhere in particular, as the journey seems more important than the destination. Along the way, they explore melancholy and thoughtful themes. While not overly dark, each is imbued with a sense of foreboding and a subtle intensity. The Space Between Us is not so much about creating space, but instead exploring a space that is filled with ideas and emotions.

The Space Between Us serves as a high point of that year’s recordings, and provides some superb listening.

Review

Ken Waxman, The WholeNote, 30 mai 2019
jeudi 6 juin 2019 Presse

While electronics are now accepted as instruments, some musicians have accelerated the search for innovative sounds further, creating programs from collages of already existing material. For instance, Martin Tétreault’s Plus de Snipettes!!, is a sprawling 77-minute program in which the Montréaler constructs a wholly original recital from audio cassettes, tape reels, short-wave static, radio soundchecks and excerpts of untouched or cut-up vinyl. With each of the 31 [!] tracks lasting from about seven seconds to around seven minutes, the collages captivate with sheer audacity. Entertaining while sometimes making sardonic comments, this homage and burlesque of recorded sound is satire mixed with love. Not adverse to snipping French or English narrations from educational or instructional discs to foreshadow subsequent noises, Tétreault’s mashups are free of cant. Snippets of a Varèse or Boulez composition are slotted next to a flute improvisation, a snatch of disco sounds or a piano picking out Polly Wolly Doodle. Crunching noises created by train movement can fuse into a drum instruction record and then the flanges of backwards-running tape. At point his manipulations make succinct inferences, as when Dave Holland’s bass solo on Emerald Tears is juxtaposed with the sounds of a man crying. Other times connection leads to spoof, as when a ponderous lecturer’s voice outlining a complex phrase with the word “basis” in it is cut to become “bass” and later “mace” and repeated numerous times, becoming an electronic-dance rhythm in the process. Manipulations in speed and pitch turn juxtaposition of Sidney Bechet’s soprano saxophone and a Dixieland drum solo into frantic microtones. And if that isn’t enough, Tétreault creates abstract sound collages by cutting several LPs into many sections, gluing together the parts and recording the results so that a chorus of Soviet military singers fades into jazz piano chording and unknown speechifying, with the entire exercise surmounted by the crackles from divided and sutured vinyl.

Entertaining while sometimes making sardonic comments, this homage and burlesque of recorded sound is satire mixed with love…

Review

Stuart Broomer, The WholeNote, 30 mai 2019
jeudi 6 juin 2019 Presse

From Nimmons ‘N’ Nine Plus Six to Vancouver’s NOW Orchestra, despite the economics, Canadians have somehow produced highly creative big bands. Montréal’s Ratchet Orchestra was a quintet in 1993; today its founder-composer-bassist-conductor Nic Caloia leads a 19-member ensemble with the breadth and force of Sun Ra’s Arkestra or a Charles Mingus big band. Like them, it invokes Duke Ellington’s legacy of rich textures and intense turbulence while emphasizing distinctive solo voices. It has a traditional big band’s power, with five reeds and five brass, but expands its palette with violin, two violas and the eerie profundity of bass reeds and tuba.

Caloia’s compositions range from the traditionally modernist to the avant-garde, with a band composed of individuals who define Montréal’s free-jazz community. The opening Tub features the brilliant alto saxophonist Yves Charuest, as abstractly evasive as Lee Konitz. The rousing Raise Static Backstage, fuelled by Isaiah Ciccarelli’s rampaging drum solo, might appeal to any fan of Dizzy Gillespie’s legendary bebop big band, while Blood, an atmospheric setting for Sam Shalabi’s distorted guitar, touches on the later works of Gil Evans.

Caloia’s most personal and ambitious work is saved for the conclusion, the six-part Before Is After, a weave of compound rhythms and evasive fragments knit together with unlikely matchings of instruments and forceful soloists, including violinist Joshua Zubot and bass saxophonist Jason Sharp. Ratchet Orchestra is both a distinctive Montréal institution and national standard bearer for a creative tradition.

Ratchet Orchestra is both a distinctive Montréal institution and national standard bearer for a creative tradition.

Review

Stuart Broomer, The WholeNote, 30 mai 2019
jeudi 6 juin 2019 Presse

Saxophonist/composer Jean Derome’s work ranges from explorations of modernist masters like Monk and Mingus to his own conceptual epics like Résistances, his orchestral homage to the North American electrical grid. Here he explores the work of Steve Lacy (1934-2004), a key influence on Derome who advocated strongly for Thelonious Monk’s compositions and developed the foundations of free jazz with Cecil Taylor. Lacy also created a large body of art songs unique in modern jazz. Derome explores the range of them here, including settings of works from ancient China to the Beat Generation.

Derome brings his regular trio partners to the project, bassist Normand Guilbeault and drummer Pierre Tanguay, masters of propulsive and varied grooves. They’re joined by pianist Alexandre Grogg and the singer Karen Young, whose eclectic background matches the varied demands of Lacy’s music. The text settings include surprising authors like Lao Tzu, Thomas Gainsborough and Herman Melville; the latter’s Art initiates the program with a minimalist setting that suggests Japanese court music.

While those lyricists are as famous as they are unlikely, several of the highlights here come from Lacy’s association with the relatively little-known Canadian expatriate Brion Gysin, a literary collaborator with William S. Burroughs. Gysin’s playful, vibrant, hipster verses fall naturally on modern jazz inflections: when Derome joins his voice with Young’s on Blue Baboon, the group creates a witty update on the scat vocal group of the 1950s who rarely found lyrics this germane.

Derome explores the range of them here, including settings of works from ancient China to the Beat Generation…

Critique

William Paulhus, Mes enceintes font défaut, 3 juin 2019
mardi 4 juin 2019 Presse

Ça y est, le Suoni Per Il Popolo s’entame officiellement demain à Montréal et il s’étendra jusqu’au 23 juin prochain. Afin de réellement débuter notre couverture de ce très éclectique événement, nous croyons qu’une sortie à l’extérieur de notre ligne éditoriale s’impose pour refléter la richesse de la programmation qui nous est offerte. C’est en vous présentant la plus récente parution du Quatuor Bozzini que nous espérons vous donner l’envie d’assister aux premiers jours du festival. La raison derrière cette sélection est bien simple, nous avons adoré l’écoute de leur album Phil Niblock: Baobab paru en début d’année et avons très hâte de les voir à l’œuvre lors de la semaine de lancement du Suoni. Même si ce que nous analyserons dans les prochaines lignes ne correspond pas à ce qui sera reproduit sur scène, nous espérons vous mettre l’eau à la bouche et surtout piquer votre curiosité.

Avec cette ambitieuse création du compositeur Simon Martin, l’imprévisibilité et la fragilité du son jongleront avec votre perception. Très confrontant par moments, le quatuor est particulièrement fascinant sur Musique d’art pour quintette à cordes: B. Cette fresque auditive de haute voltige nous chavire aux quatre coins de notre corps, jouant avec notre confort, tiraillant nos méninges. La suite nous propose une certaine forme d’accalmie, se voulant toutefois inquiétante et sournoise. Les sonorités virevoltent avec méfiance dans la pièce, s’appropriant instantanément le lieu d’écoute. Nous faisons face à un album absorbant qui nous attrape dans sa toile et nous observe sans empressement. Cette musique vivante est empreinte d’un trait incontestablement dramatique, penchant plutôt vers le cauchemar que le rêve inoffensif. La dernière composition en est le parfait exemple avec ses pulsions rythmiques déroutantes. Musique d’art est une escapade sonore intransigeante, défiant son public à plonger au plus profond de lui-même.

Si l’écoute de cette pépite vous a aussi chaviré que moi, alors n’hésitez aucunement à répéter l’expérience les 4 et 5 juin prochain dans le cadre du festival. Vous aurez l’opportunité de voir le Quatuor Bozzini collaborer avec la talentueuse Andrea Young lors de la soirée d’ouverture et de les voir présenter la composition Agréable, désagréable, neutre d’André Cormier le lendemain.

Musique d’art est une escapade sonore intransigeante, défiant son public à plonger au plus profond de lui-même.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.