La boutique des nouvelles musiques

Blogue

Le Festival international de musique actuelle de Victoriaville, toujours aussi fort à 35 ans

Philippe Renaud, Le Devoir, 13 mai 2019
lundi 13 mai 2019 Presse

Pour sa 35e édition, débutant jeudi, le Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) réinvite ses vieux amis, parmi lesquels Peter Brötzmann et Keiji Haino, et accueille la relève, comme le trio du jeune guitariste français Julien Desprez. Discussion sur la pérennité de la scène musicale défendue par le FIMAV avec deux générations de musiciens «actuels» d’ici, la défricheuse Joane Hétu et le duo Political Ritual.

Joane Hétu et le FIMAV ont grandi main dans la main, pourrait-on dire. «Je le fréquente depuis sa deuxième édition», note la compositrice, interprète et chef d’orchestre qui a fondé, avec son amie Danielle Palardy Roger, la plus importante structure québécoise consacrée à la musique actuelle, Productions SuperMémé (rebaptisée SuperMusique en 1991), il y a quarante ans — cinq ans plus tard, en 1984, la boîte se dotait d’une étiquette de disques, Ambiances Magnétiques, qui a depuis édité plus de 250 œuvres enregistrées.

«On ne savait pas trop ce qu’on faisait à cette époque, au début des années 1980, raconte Joane Hétu. Cette musique n’avait pas de nom, on pensait qu’on était les seuls au monde à en faire, puis est arrivé le Festival international de musique actuelle de Victoriaville». Le FIMAV, suggère Réjean Beaucage dans son récent livre Musique actuelle — Topographie d’un genre (éditions Varia), a contribué à définir les contours de cette insaisissable musique, dont les «ingrédients fondamentaux» sont «l’improvisation, le jazz et le rock d’avant-garde».

Ingrédients auxquels nous pourrions désormais ajouter les musiques électroniques, à en juger par l’invitation faite par le FIMAV au duo Political Ritual. «Les musiciens de ma génération arrivent [au festival] avec une énergie différente, des influences différentes, une approche aussi différente [face à] la musique improvisée», estime Félix-Antoine Morin, qui forme Political Ritual avec Maxime Corbeil-Perron et qui dirige en parallèle l’éclectique et exploratrice étiquette de disques Kohlenstoff. «L’influence des musiques électroniques est imprégnée et s’entend même si on joue du violon, disons. Ce background électronique avec lequel on a grandi influence notre manière d’improviser.»

«Oui, cette musique a changé» depuis la fondation du FIMAV, abonde Joane Hétu qui proposera dimanche une nouvelle création, Lucioles (coécrite par Jean Derome et Danielle Palardy Roger), interprétée par la «chorale bruitiste» Joker, qu’elle a fondée il y a sept ans en s’inspirant de la démarche de la compositrice torontoise Christine Ducan et de sa Element Choir.

«D’une manière, les étiquettes musicales sont de moins en moins distinctes [aujourd’hui dans la musique actuelle]. Par exemple, de la musique actuelle, il y en a dans la musique contemporaine, il y en a à MUTEK, et à l’inverse, il y a de l’électro dans la musique actuelle. Les genres musicaux se sont davantage mélangés, et tout le monde s’influence mutuellement. Après, il y a des spécificités propres à la musique actuelle: par exemple, je crois qu’il y a la plus grande variété de lutheries, instruments acoustiques, électriques, électroniques. Aussi, cette propension à mettre sur un même niveau le compositeur, le chef d’orchestre et l’interprète.»

Et, encore, l’improvisation. Chez Political Ritual, qui a lancé un album de drone électronique bruyant mais tonal en janvier 2018 et dont le matériel sera revisité jeudi soir, tout commence dans le chaos: «Lorsqu’on commence nos pratiques, chacun de son côté se met à émettre des sons — lui travaille la rythmique, la lutherie électronique, donc des sons plus électroniques, alors que moi je travaille surtout avec des instruments acoustiques dans une approche non traditionnelle. C’est le chaos, le bordel, du bruit, puis tranquillement, y a comme une forme qui se crée là-dedans. On essaie de s’accrocher à elle, puis ça devient quelque chose à partir de quoi on peut continuer à improviser. En résumé, on crée un chaos qu’on tente d’organiser — ou l’inverse, on part de quelque chose d’organisé pour le déconstruire, ce qui est somme toute assez classique comme approche…»

Le tout servi à la puissance maximale: «On aime jouer très fort, on aime ressentir les vibrations dans le corps et les communiquer. Au FIMAV, ils ont la réputation de ne pas décevoir, côté volume, grâce à de bons sonorisateurs et de bons systèmes de son…» Et ce, depuis 35 éditions!

L’influence des musiques électroniques est imprégnée et s’entend même si on joue du violon, disons. Ce background électronique avec lequel on a grandi influence notre manière d’improviser.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 1 mai 2019
lundi 6 mai 2019 Presse

La caractéristique première du Ratchet Orchestra, ce n’est pas tant d’être un big band que d’être un groupe d’improvisateurs. Le nombre de musicien-ne-s (17 ou 18 selon les pièces) sert surtout à colorer la sonorité de l’ensemble et à produire des trames texturées. En ce sens, on est plus près d’une musique contemporaine abstraite que du jazz auquel on pourrait s’attendre de ces émules de Sun Ra. Petit who’s who de la scène de musique actuelle montréalaise, l’orchestre compte parmi ses membres Lori Freedman (clarinettes), Jean Derome (sax), Joshua Zubot (violon), Isaiah Ceccarelli (batterie) et Sam Shalabi (guitare), entre autres, ainsi que le contrebassiste Nicolas Caloia, qui en est le chef et qui compose les canevas desquels sort la musique, comme une brume diaphane.

La caractéristique première du Ratchet Orchestra, ce n’est pas tant d’être un big band que d’être un groupe d’improvisateurs.

Review

Dolf Mulder, Vital, 29 avril 2019
mercredi 1 mai 2019 Presse

Lori Freedman is a very profiled Montréal-based clarinettist, improviser and performer of contemporary composed material, by others as well by her own hand. She worked over the years with diverse composers and performers like Maurice Kagel, Joëlle Léandre, Ab Baars, etc. Excess is her latest recording and documents her solo program The Virtuosity of Excess and has Freedman performing six compositions by Richard Barrett, Brian Ferneyhough, Paul Steenhuisen, Paolo Perezzani, Raphaël Cendo and one by herself. In 2016 she toured eleven cities in North America, and I guess the recording took place afterwards. Besides bass clarinet and contrabass clarinet, freedman plays kick drum, electronics and voice. Thematically this turns is about excess: ‘With this project, I wanted to discover the beauty of the extremes, exploit them and embody them in the music’, Freedman explains. With these, she is pushing the limits of what is possible on the low clarinets. In all its virtuosity there is also pure rawness in her performance that is loaden with her emotional energy. By far the oldest composition is Time and Motion Study I composed in 1977 by New Complexity composer Brian Ferneyhough. Maybe most close the theme of excess is the opening work Interference composed by Richard Barrett in 2000. This work starts with very expressive vocals by Freedman screaming, growling and shrieking, that after a while a changed for equally growling, etc. playing of the contrabass clarinet, supplemented with some kick drum. Also, the closing work Décombres by Raphaël Cendo is a very dramatic and extravagant work for contrabass clarinet and disturbing electronic noise. Her own composition Withwhatbecomes (2016) is in contrast with the above-mentioned works in the sense that we stay more in calm and quiet regions of the contrabass clarinet, with parts that are almost of a lyrical nature.

In all its virtuosity there is also pure rawness in her performance that is loaden with her emotional energy.

Review

Dolf Mulder, Vital, 29 avril 2019
mercredi 1 mai 2019 Presse

Jean Derome, composer and improviser from Montréal is one of the most active forces in the Ambiances Magnétiques-scene, that was co-founded by him in the early 80s scene. Sudoku pour Pygmées is his most recent release in a series of uncountable releases over the decades. This one has Derome as a composer. The CD counts three compositions for a large ensemble. Composed for different occasions over a period of 20 years. The title piece was composed in 2010, 7 danses (pour «15») in 1989 and 5 pensées (pour le caoutchouc dur) in 2001. They have been re-orchestrated by Derome for an extended line up of Dangerous Zhoms: Jean Derome (flute, baritone saxophone, composer), Guillaume Dostaler (piano), Pierre Cartier (double bass), Pierre Tanguay (drum set), Jean Rene (conductor), Guido Del Fabbro (violin), Lori Freedman (bass clarinet, clarinet), Andre Leroux (tenor saxophone, clarinet), Craig Pedersen (trumpet), Julie Houle (tuba), Bernard Falaise (electric guitar) and Olivier Maranda (percussion). For the title piece, Derome took inspiration from the Sudoku puzzle, a square of 45 units that Derome divided into 5 groups of 9. He composed nine canons and created a polyphonic whole, which is a very musically complex and enjoyable work that started with playing with a non-musical game. 7 Danses (1989) is a work that plays with contrast in styles and genres. Seven short miniatures, moving between one and four minutes, are dressed in different musical styles: rock, jazz, shuffle, waltz, etc. Concluding composition 5 pensées (pour le caoutchouc dur), was originally composed for Vancouver’s Hard Rubber Orchestra in 2001, is likewise a journey through different moods en thoughts. The second part refers to Monk, the third one to Ellington. Derome is well known as an improviser and jazz musician. But it is really a joy to have him here as a composer of very well constructed, though not renewing chamber music.

Derome is well known as an improviser and jazz musician. But it is really a joy to have him here as a composer…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.