Blogue ›› Archives ›› Par date ›› 2012 ›› Décembre

26 décembre 2012

Nous vous invitons à découvrir Revue & corrigée #94 par Artistes divers, le plus récent article ajouté à notre boutique.

22 décembre 2012
Par François Couture in Monsieur Délire (Québec), 22 décembre 2012

Texte

«Ensemble Supermusique repousse ses propres limites, poursuivant sa conceptualisation de la musique actuelle. Les œuvres sont déstabilisantes, souvent imprévisibles, et elles méritent réflexion.»

Voici, enregistré en studio à l’automne 2012, le répertoire du plus récent concert de l’Ensemble Supermusique, Bruit court-circuit, créé au FIMAV 2012 puis repris à Montréal en octobre dernier. Six œuvres bruitistes pour un ensemble de neuf musiciens — des compositions impliquant partitions graphiques, opérations aléatoires, techniques étendues de toute sorte. Le bruitisme est ici acoustique, là électronique. Les deux pièces de Martin Tétreault opposent à bon escient rythme et déstructuration. SM: re-trait de l’abjection d’Alexandre St-Onge demeure une chose très étrange (et oui, c’est moi qui dis ça), qui n’arrive pas plus à me convaincre sur disque qu’en concert. Acouphènes en partage de Danielle Palardy Roger se distingue par la qualité de l’écriture et l’exécution soigneuse — du grand art actuel. Les deux autres pièces sont signées Joane Hétu et Jean Derome. Avec ce disque, Ensemble Supermusique repousse ses propres limites, poursuivant sa conceptualisation de la musique actuelle. Les œuvres sont déstabilisantes, souvent imprévisibles, et elles méritent réflexion.

blogue@press-4827 press@4827
20 décembre 2012
Par François Couture in Monsieur Délire (Québec), 20 décembre 2012

Texte

«Un disque d’une beauté troublante»

La femme territoire est à la fois la suite logique de et diamétralement opposé à Filature, l’œuvre précédente de Joane Hétu. Alors que Filature était une production à grand déploiement, avec de nombreux musiciens, beaucoup de rythme, etc., La femme territoire se limite à cinq interprètes et se joue dans un décor spartiate mais hautement conceptualisé. Dans les deux cas, il s’agit d’œuvres multimédia, mais là où Filature en mettait plein la vue, La femme territoire offre moins pour dire plus, intégrant plus avant musique, poésie, danse, projections, scénographie et performance. Évidemment, ce disque ne restitue pas l’ensemble de l’œuvre (bien que le livret laisse voir bien des choses) et c’est pourquoi j’entretenais certaines craintes — j’ai eu le plaisir de voir la production complète de La femme territoire en octobre 2010. Or, la musique survit bien laissée à elle-même. Même qu’elle s’impose. Ces 21 fragments d’humus ne sont pas faciles à absorber, mais au-delà du dépouillement, de la déconstruction, du morcellement des éléments musicaux, on retrouve ce qui fait de Joane… Joane: les dichotomies mélodie/bruit, organisation/improvisation, tendresse/désir, réflexion/folie. Un disque d’une beauté troublante. Avec Susanna Hood, Alice Tougas St-Jak, Jean Derome et Isaiah Ceccarelli.

blogue@press-4826 press@4826
19 décembre 2012
Par François Couture in Monsieur Délire (Québec), 19 décembre 2012

Texte

«Wow»

Ce Wow du titre, quant à moi, vaut aussi pour “wow! Ambiances Magnétiques est toujours en vie!”. Après un silence de plus d’un an, voici que l’auguste étiquette de musique actuelle montréalaise publie trois disques à l’aube de 2013. À commencer par ce Wow!, quatrième album du Trio Derome Guilbeault Tanguay (cinquième si on compte le DVD en concert). Pour cet album, le trio de jazz actuel reprend la recette utilisée sur Danse à l’Anvers, le disque précédent, soit un mélange de standards, presque-standards et compositions originales de Jean Derome. Lennie Tristano et Eric Dolphy s’ajoutent au répertoire du groupe, ainsi que The Best Things in Life Are Free, qui perpétue la tradition qu’ont adopté ces compères et qui consiste à faire chanter Derome une fois par disque. Palestine et La danse de Raphaëlle de Derome sont des moments forts, le medley You Can Depend On Me & Wow aussi. Derome alterne entre un saxo baryton chaud à souhait et une flûte gaillarde — pas d’appeaux et autres objets sur ce disque, on s’en tient à une instrumentation jazz traditionnelle. Le contrebassiste Normand Guilbeault est particulièrement en forme sur cet enregistrement, et Pierre Tanguay fait des miracles pour détourner ses idées au lieu de les suivre. Wow.

blogue@press-4820 press@4820
18 décembre 2012

Nous vous invitons à découvrir 2004-2012 par Trio Derome Guilbeault Tanguay, le plus récent article ajouté à notre boutique.

18 décembre 2012
Par François Couture in Monsieur Délire (Québec), 18 décembre 2012

Texte

«Moins bruitiste, plus électroacoustique que ses albums solo précédents»

…cela dit, ce nouveau disque de St-Onge ne sonne en rien comme celui de Xanthocephalus. Sur Ailleurs, le bassiste montréalais aligne des pièces de basse électrique assistée par ordinateur. Chaque note déclenche une action sonore numérique. Moins bruitiste, plus électroacoustique que ses albums solo précédents. Ailleurs est un album aride, cérébral, et les choix de palettes numériques sont parfois questionnables.

blogue@press-4819 press@4819