Blogue ›› Archives ›› Par date ›› 2010 ›› Juillet

29 juillet 2010
Par Yves Steinmetz in La Voix de l’Est (Québec), 29 juillet 2010

Texte

«Pourpour, je vous aime.»

Pourquoi Pourpour et pas Flonflon? Ou Tsointsoin? Ou Boumboum? Je n’ai pas voulu le leur demander. Peut-être pour garder un petit jardin secret entre nous. Un petit coin de mystère. Pour le reste, je suis tombé sous le charme de Pourpour, dont je suis désormais un fan inconditionnel.

Qu’ont-ils fait, ces gens-là, pour conquérir mon vieux cœur désabusé? Samedi dernier, ils ont secoué Saint-Césaire, mon très sage village dont rien ne vient jamais bousculer la tranquillité. Pourpour est arrivé. Pourpour est descendu dans la rue. Là où se trouvent les gens. Quelle belle idée! Aller chercher le monde pour ensuite le convier au concert. La parade a remué le village, les gens se massaient sur son passage. C’est qui, ça? On leur répondait: Ça? C’est Pourpour. Venez les écouter ce soir.»

C’est quoi, au fond, une fanfare? De la musique bruyante? Du bruit musical? Les deux, et bien plus. La fanfare, c’est un des rares points de rencontre entre le talent artistique et le plaisir populaire. La fanfare, c’est la musique d’orchestre rendue incontournable à ceux et celles qui n’ont peut-être pas envie de savoir ce qu’est la musique d’orchestre. La fanfare, c’est une forme d’art immédiate. Destinée à celles et ceux qui n’y connaissent rien. Ce qui est mon cas.

Je suis romancier. Donc intello. Bon. Ça, c’est le matériel de base. Le métier, lui, consiste à écrire pour que tout le monde puisse me lire.

C’est comme le docteur: il ne t’explique pas la rencontre entre une bactérie et un antibiotique. Il te soigne, point. Et c’est ça, rien que ça, que tu attends de lui.

Et dans la Fanfare Pourpour, c’est exactement ce qui se passe. Les 16 musiciens que j’ai vus sur scène étaient tous des virtuoses. Et, ce qui ne gâte vraiment rien, ils riaient et s’amusaient autant que le monde dans la salle. La musique passait d’eux à nous sans intermédiaire.

Ouf! Quelle soirée! Des tangos qui donnaient des fourmis dans les jambes, de suaves bossanovas, des valses, des cha-cha-cha échevelés et, de temps à autre, un petit goût ashkénaze d’Europe centrale, ou de musique country.

Je devais prononcer un discours de remerciement lors du cocktail VIP, à l’intermission. En tant que président de la Maison de la Culture du Cœur de la Montérégie. Je l’ai réduit à: «Pourpour, je vous aime.» Ce qui était le fond de ma pensée.

La gérante du groupe, Lou Babin, m’a dit: Viens répéter ça sur scène à la reprise. Je l’ai fait. Ce fut mon meilleur discours.

blogue@press-4232 press@4232
26 juillet 2010
Par Étienne Fortin-Gauthier in La Voix de l’Est (Québec), 26 juillet 2010

Texte

«C'est joyeux, c'est festif, c'est extraordinaire!»

La Fanfare Pourpour a défilé dans les rues de Saint-Césaire, samedi, à la surprise de bien des citoyens. Fidèles à leur réputation, les dix-sept musiciens de ce joyeux orchestre ont brassé la cabane et en ont fait danser plusieurs.

«C’est joyeux, c’est festif, c’est extraordinaire! Ça fait plusieurs années que je les connais et quand j’ai su qu’ils venaient à Saint-Césaire, j’ai trouvé que c’était un beau cadeau», a confié Lucie Trottier, de Granby. À l’image d’une quarantaine de curieux, elle a suivi le défilé qui a entre autres traversé le centre-ville.

«L’objectif est de faire la fête avec des gens qu’on aime!», a lancé Lou Babin, l’âme de la fanfare, pour expliquer ce qui anime le groupe. «On joue surtout sur scène, mais parfois pour faire plaisir aux gens, on sort dans la rue. Le contact avec les gens est bien intéressant. On voit les gens sortir sur les balcons, c’est spontané», s’est-elle réjouie.

C’est Suzanne Provencher, de la maison de la culture Au cœur de la Montérégie, qui a eu l’idée d’inviter la fanfare à Saint-Césaire. «Je la connais depuis toujours, a-t-elle dit. Elle devait venir dans le cadre du festival Rythmes du monde et percussions et lorsqu’on a su qu’il ne pourrait avoir lieu, je n’ai pas osé l’annuler. C’était un trop beau projet», dit-elle en ajoutant qu’elle souhaite maintenant mettre sur pied un festival de la fanfare dans la municipalité.

blogue@press-4231 press@4231
23 juillet 2010
Par Bruce Lee Gallanter in Downtown Music Gallery (ÉU), 23 juillet 2010

Texte

«In search of the miraculous? You can find it here.»

Nothing like traditional instruments played in new ways and that’s what we have here. Since I haven’t heard the setar or shuranguiz before this, it is hard to tell what they sound like without any manipulations. The results are most mesmerizing and exotic nonetheless. Swirling acoustic strings and percussion woven into a handful of interconnected layers. The subtle bowing and bending of strings is done carefully and creates a constant aura of mystery. Superbly recorded with attention to detail and nuance. In search of the miraculous? You can find it here.

blogue@press-4230 press@4230
22 juillet 2010

Nous vous invitons à découvrir Nerf par Les yeux de la tête, le plus récent article ajouté à notre boutique.

13 juillet 2010
Par François Couture in Monsieur Délire (Québec), 13 juillet 2010

Texte

«De la classe. Et un enregistrement simple mais efficace.»

Un concert solo enregistré en juillet 2008, à Toronto (au Somewhere There, incidemment). Une très belle prestation constituée d’une improvisation libre lumineuse de 48 minutes, typique d’un William Parker en pleine forme. Puis, une courte pièce plus jazz, avec mélodie, dédiée à Don Cherry. Et enfin une courte pièce à la flûte en guise de final. De la classe. Et un enregistrement simple mais efficace.

blogue@press-4224 press@4224
13 juillet 2010
Par François Couture in Monsieur Délire (Québec), 13 juillet 2010

Texte

«Très bon.»

Un trio d’avant-jazz trompette-contrebasse-batterie. Très vif, la musique bondit au visage, elle brille, elle tourne. Pourtant ce n’est pas dansant! Tout de même, Groove en a justement un, et Fourteen, à travers ses contorsions, esquisse quelque chose d’entraînant. De l’impro soutenue et parfois mordante, livrée à petites et moyennes doses (entre 2 et 10 minutes la portion). Très bon.

blogue@press-4225 press@4225