Blogue ›› Archives ›› Par date ›› 2005 ›› Décembre

29 décembre 2005
Par Sarah Zachrich in Splendid E-Zine (ÉU), 29 décembre 2005

Texte

«Le Quatuor Bozzini a fait un excellent travail en lui redonnant vie.»

Quatuor Bozzini (the Bozzini Quartet) have tackled both experimental and traditional music in their fairly brief career, but for their second recording, they’ve chosen a piece that falls decisively into the former category.

Composed in 1968, Different Trains addresses several themes, all steeped in history both personal and cultural. Experimental composer/icon Steve Reich spent much of his childhood shuttling between his estranged parents on opposite coasts of the US. During the late 1930s and early ‘40s, when he grew up, this meant lots of time on trains. Reich is also Jewish; in addition to travel, distance and the romanticism of train travel, Different Trains is colored by a deep-rooted awareness of World War II and the spectre of the Holocaust. The war is what divides Different Trains into its three movements: America - Before the War; Europe - During the War; After the War.

The Quartet do an amazing job of evoking train sounds, from the inexorable cycles of the wheels to the shrill whistle blasts. Samples of actual trains from the relevant era are layered beneath the strings, and cut-and-pasted voice recordings reminisce disconnectedly about train routes and the war. The vocal samples are wrangled into a truly musical state, mostly by association; the strings echo the voices’ pitch and tone — going strong and staccato for a male’s clipped accents, legato for a softer, slower female.

Different Trains does what any good piece of music should do: addresses the personal in a larger cultural context. Quatuor Bozzini have done an excellent job of bringing it to life.

blogue@press-2960 press@2960
24 décembre 2005
Par Christophe Rodriguez in Le Journal de Montréal (Québec), 24 décembre 2005

Texte

«Du groove il est question, mais aussi de cette particule inhérente qui s’appelle swing et feeling of jazz, selon l’évangile de l’incontournable Duke Ellington

Le feeling est quelque chose qui se ressent mais qui ne s’apprend pas! À une journée de Noël, la petite maison de disques Ambiances magnétiques nous gâte vraiment avec l’un des plus importants trios montréalais. Nos trois compères, Jean Derome, saxophone, Normand Guilbeault, contrebasse, et Pierre Tanguay, batterie, ont puisé avec joie dans les grands classiques du jazz et c’est toute une surprise qu’ils nous offrent. Délaissant presque le saxophone alto, Derome fait revivre au baryton l’âme des Harry Carney, Serge Chaloff et, surtout, Pepper Adams. Du groove il est question, mais aussi de cette particule inhérente qui s’appelle swing et feeling of jazz, selon l’évangile de l’incontournable Duke Ellington. Une petite merveille par des «p’tits gars d’ici». 5

blogue@press-2969 press@2969
24 décembre 2005
Par Christophe Rodriguez in Le Journal de Montréal (Québec), 24 décembre 2005

Texte

«Quatorze plages de compositions originales à offrir sur-le-champ. 5»

Après Derome, le clarinettiste et compositeur Robert Marcel Lepage nous fait redécouvrir un musicien de premier plan: Pee Wee Russell. Associé principalement au style Nouvelle-Orléans, ce clarinettiste caméléon partagea la scène avec le prêtre du be-bop, Thelonious Monk, et le maître des harmonies, Jimmy Giuffre. Sur le mode de la conversation et des inventions, Robert Marcel Lepage a réuni sept clarinettistes, dont le très solide André Moisan, pour faire voguer son trois-mâts à la charpente solide. Quatorze plages de compositions originales à offrir sur-le-champ. 5

blogue@press-2970 press@2970
23 décembre 2005
Par Grisli in dMute (France), 23 décembre 2005

Texte

Dans le livret de The Feeling of Jazz, le saxophoniste Jean Derome écrit: «Je ne sais pas pourquoi des blancs francophones jouent du jazz en 2005 à Montréal.» Plus loin, au lieu de se satisfaire d’un expéditif «Pourquoi pas?», il trouve une réponse d’une simplicité qui le pare de toute attaque critique: «Cette musique est tatouée dans nos cœurs et nous la jouons parce que nous l’aimons et que ça nous rend heureux de le faire.»

Ce discours, vomitif lorsqu’il est tenu par un musicien dont la médiocrité de l’étoffe est aussi discernable que l’ignorance qu’il a d’un art qu’il s’autorise à transformer en addition de propositions vulgaires et vides, porte ici l’entier album avec conviction. Et trois blancs de Montréal d’investir des standards avec insouciance, animés non par le désir de bien faire, mais par celui de le faire, tant qu’il leur plaira.

Alors, avec Jump for Joy, on entame une sélection ouverte, prônant la diversité la plus libre: Ellington, donc, se trouve ici repris, mais aussi Sonny Clark (le swing brillant de Sonny’s Crib), Misha Mengelberg (A Bit Nervous, Rollo II), ou quelques thèmes issus du répertoire de Dolphy (Jitterbug Waltz) ou Billie Holiday (Getting Some Fun Out of Life). A chaque fois, la section rythmique, assurée par Normand Guilbeault (contrebasse) et Pierre Tanguay (percussions), est irréprochable — classique, certes, mais efficace.

Quant à Derome, il pose sans paraître concéder le moindre effort son saxophone, sa flûte, ou sa voix. Car le jazz n’est pas qu’instrumental, et comme le trio l’apprécie dans sa globalité, il lui faut aborder la sous-section vocale. Faisant peu de cas de ce qu’on pourrait facilement lui reprocher, Derome frotte ses cordes à un thème de Cole Porter (Five O’Clock Whistle), repeint en noir You’d Be So Nice To Come Home To, ou inocule un peu de rock — voire, de punk — au mille fois ressassé I Won’t Dance. Sur les paroles défendues jadis par Billie Holiday, le trio persiste: «May be we do the right thing, May be we do the wrong», répétant qu’il ne sert à rien de chercher à estimer la valeur des résultats.

C’est d’ailleurs dans cette certitude qu’il faut repérer la pièce maîtresse de la mécanique de The Feeling of Jazz, d’où aura découlé toute la qualité. Générant le plus souvent quelques gènes porteurs de tares abîmant l’oreille, la priorité du désir sur tout le reste trouve chez Derome, Guilbeault et Tanguay, l’exception confirmant sa règle dommageable.

blogue@press-3217 press@3217
22 décembre 2005
Par Réjean Beaucage in Voir (Québec), 22 décembre 2005

Texte

«…imaginaire sonore assez touffu…»

Artiste audio, performeur et "installateur", Jocelyn Robert a un imaginaire sonore assez touffu et les quatre disques réunis ici en font une belle démonstration. Traficotages électroacoustiques sur le disque du duo SoukSouk (avec Éric Gagnon), duos de piano aléatoires et virtuels sur 24 exercices de parallaxe (avec Louis Ouellet), explorations bruitistes sur Les scaphandres (avec Laetitia Sonami) ou ethnomusicologie du troisième type sur Slow Sparks from the Split-Voiced Buddha (en solo), le moins que l’on puisse dire est que les ambiances sont variées!

blogue@press-2966 press@2966
20 décembre 2005
Par Dominique Denis in L’Express (Canada), 20 décembre 2005

Texte

«On peut remercier le Quatuor Bozzini d’avoir revisité cette partition à la fois mouvante et émouvante…»

Un des quelques chefs-d’œuvre du minimalisme américain qui sévissait il v a une trentaine d’années, Different Trains illustre le singulier génie de Steve Reich, qui a utilisé les inflections mélodiques de la parole comme point de départ à la composition.

Hypnotique et paradoxale, cette œuvre en trois mouvements se veut une réflexion quasi-documentaire sur l’holocauste (avant, pendant et après) pour quatuor à cordes (à la fois live et pré-enregistré et bandes magnétiques) avec, comme fil conducteur, l’idée et le rythme du train. On peut remercier le Quatuor Bozzini d’avoir revisité cette partition à la fois mouvante et émouvante, qui n’avait jamais été reprise depuis que le célèbre quatuor Knonos l’avait enregistrée en 1988.

blogue@press-2997 press@2997