Blogue ›› Archives ›› Par date ›› 1999 ›› Novembre

30 novembre 1999
in L’Express (Canada), 30 novembre 1999

Texte

N’en déplaise à Ferré, la poésie n’à pas foutu le camp. Alors qu’on la croyait noyée sous l’assourdissante vacuité du flot d’images - vidéo ou autres - qui sont devenues nos points de repére communs, dans un monde dont les rapports au livre sont de plus en plus flous, la voilà qui réapparaît têtue, là où on l’attend le moıns, au moment où on en a le plus besoin.

Ceci dit, il en faudrait plus que ça pour troubler Patrice Desbiens lui qui a toujours entretenu des rapports malaisés avec ce métier qui n’en est pas un («Je pousse mon char comme je pousse ce poème/…/Et je pense Fuck la poésie»), avec cette langue fatalement identitaire, même lorsque réduite à l’impuissanœ («Il y a des mots qui ne me reviendront jamais/…/C’est comme si on m’avait fait une vasectomie de la langue/Elle bande toujours mais elle ne fera plus jamais d’enfants/Elle chante comme une boulette de steak haché dans une cage à hamster»). Quand on lit Desbiens - et encore plus quand on l’écoute - on se dt que rien ne doit être plus difficile que de dire les choses simplement. De façonner des images extraordinaires avec des mots parfaitement ordinaires. De refuser toute forme de compromis ou de politesse.

Aux antipodes de l’évasion onirique d’un Raoul Duguay, I’univers de Patrice Desbiens est dur commè de la roche du Nord de l’Ontario~ de cette terre arride dont il a fait le terroir fertile d’une Poésie désespérée, qui fascine et fait peur à la fois. À l’image de l’homme.

C’est Mano Solo qui disait, en parlant de «son» sida, que les gens l’aimaient bien parce qu’il mourait à leur place. D’une façon, nos rapports a Patrice Desbiens sont de cet ordre: il nous offre l’aliénation et la révolte, I’extase et le caniveau, dans un grand geste impudique dont on se grise par procuration,’ tandis que le poète devient indissociable de son oeuvre. Comme Kerouac avant lui, ou Villon, si on~ veut remonter aux sources vives de la révolte.

Couchés sur la page, ces mots-, là sont déjà puissants. Mais quand Desbiens se les met en bouche, avec l’accent de rocaille - ou de racaille - de Sudbury, en parfaite symbiose avec les canevas discordants de René Lussier, qui a orchestré ce projet, la poésie devient un être vivant, grouillant, bagarreur. Et forcément génial.

Difficile de croire qu’aprés une dizaine de bouquins et une cassetté audio (le tout chez Prise de parole), Patrice Desbiens et les moyens du bord soit son premier disque de poésie. Quant à l’accueil critique et populaire exceptionnel qu’il a reçu depuis sa sortie en octobre, on y verra la confirmation que Ferré avait tort: il y a encore de l’espoir - même pour les poètes du desespoir.

blogue@press-1686 press@1686
27 novembre 1999
Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 27 novembre 1999

Texte

«Il s’agit là de la plus vibrante et plus accomplie des musiques jamais composées par Guilbeault…»

Le combat de Louis Riel pour son peuple aux sangs mêlés demeure l’un des plus spectaculaires de l’histoire canadienne. Le contrebassite Normand Guilbeault s’est pris de passion pour ce chapitre déterminant, ce qui l’a conduit à imaginer une musique résolument métisse. Ainsi, il s’est inspiré de chants autochtones, de rigodons francophones ou autres formes populaires résolument américaines qu’il a injectés dans son jazz contemporain. Il s’agit là de la plus vibrante et plus accomplie des musiques jamais composées par Guilbeault mais… comme je l’avais noté Iors de la création de Riel (en mai 1998 au festival de Victo, le livret de ce «plaidoyer musical» à tout le moins romantique, fort bien documenté au demeurant, ainsi que la qualité discutable de la narration, alourdissent la livraison musicale. Un double CD néanmoins essentiel. 3,5

blogue@press-1127 press@1127
23 novembre 1999
Par Catherine Perrey in Ici Montréal (Québec), 23 novembre 1999

Texte

«Un remarquable travail d’arrangements musicaux… 8,5 sur 10»

Normand Guilbeault, contrebassiste et compositeur, a commencé à travailler sur ce que l’on a longtemps appelé le «projet Riel» en 1995. Ce double disque représente quatre années de dur labeur. Des recherches historiques et musicologiques ont été menées pour tracer l’épopée des dernières années de Louis Riel, métis, singulier personnage pendu en 1885 et dont la trouble histoire a toujours empoisonné la mémoire historique canadienne. Le résultat: une œuvre en 20 tableaux enregistrée live au Lion d’Or en février 1999. Un remarquable travail d’arrangements musicaux, mêlant musique moderne, jazz et musique traditionnelle, soulevée par 14 musiciens (dont deux narrateurs) littéralement soudés par la foi de Guilbeault. Une œuvre empreinte d’émotions fortes malgré une narration quelquefois flottante. Ajoutons une mention speciale pour le livret, épais et très fouillé, rassemblant textes de chansons d’époque et documents historiques. 8,5/10

blogue@press-1125 press@1125
20 novembre 1999
Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 20 novembre 1999

Texte

«Patrice Desbiens et les moyens du bord… n’a absolument rien d’opportuniste ou de racoleur. L’écriture de Desbiens n’a rien à envier à la musique de Lussier, et vice-versa. Voici l’histoire d’une soudure parfaite.»

La poésie se serait-elle fait fourrer… par la chanson? Par les véhicules de la chanson, à tout le moins. Au cours de ce siècle, 78 tours, 33 tours, CD, AM, FM, télé ou MP3 ont contribué à la propagation d’une énorme confusion: on a emprisonné le poète: dans une chapelle d’initiés, l’auteur de chansons est devenu le poète.

Heureusement, il y a des plumes comme celle de Patrice Desbiens pour ramener les pendules à l’heure, mais… Pour gagner de nouveaux adeptes, pour retrouver sa noblesse, la poésie doit-elle se souder à la musique? On soumet l’amusant paradoxe au poète qui vient d’endisquer, il le désamorce illico.

«Je pourrais lire trois heures tout seul en public, sans musique derrière moi. Que Jean-Marc Parent se tasse, j’ai autant de boutons et de barbe que lui. Et je suis pas mal moins plate!» Tiens toi.

Patrice Desbiens, 50 ans. La fleur de peau de cet homme bellement usé (alcool, cigarette, nuits folles «où les bons vivants deviennent des médiums saignants», demeure splendide, son esprit ne semble pas avoir perdu un iota de sa vivacité. En direction de sa tasse, coule de la piquette comme si un fleuve d’émotions débordait juste un peu de son lit.

— Être associé aux poètes sur la brosse, ça t’énerve?

— Oui. Le poète maudit, c’est pas mon bog. Je ne suis ni Bukowski ni Brautigan, je ne peux m’empêcher de faire du Desbiens. Je sais qu’on essaie déjà de me confiner à cette catégorie, on ne se géne pas pour montrer sa petitesse et son ignorance.

Les clichés sont balayés, causons disque. Musique actuelle et poésie, donc. Patrice Desbiens et les moyens du bord, enregistré sous la direction du guitariste, compositeur et Improvisateur René Lussier, n’a absolument rien d’opportuniste ou de racoleur. L’écriture de Desbiens n’a rien à envier à la musique de Lussier, et vice-versa.

Voici l’histoire d’une soudure parfaite. «C’était il y a dix ans, se rappelle Lussier. Quelqu’un m’avait praposé d’accompagner des poètes au festival de Trois-Rivières. J’y étais allé avec Zeena Parkins, on avait improvisé pendant trois heures non-stop derrière des poètes qui se relayaient. Est venu un moment où ça portait plus à terre: Patrice Desbiens était en train de lire. J’avais eu le coup de foudre pour la poésie. Ça avait frappé solide.»

Originaire du nord de l’Ontario (région de Timmins), Patrice Desbiens vivait alors à Québec. Une peine d’amour l’avait fait déguerpir. «Aussitôt arrivé à Montréal, raconte l’écrivain, j’ai téléphoné à René —qui m’avait impressionné pas à peu près—, je lui ai dit: "Si jamais t’as quelque chose avec de la poésie et de la musique, moi, j’aime ça lire devant le monde." Quinze minutes plus tard, il me rappelait. "Envoye, amène tes claques, j’te paye un spaghetti, pis on joue à soir au Cheval Blanc"» Une décennie plus tard, un disque a été lancé- à la même brasserie. En octobre dernier, on y a célébré des années d’ambiance et de lectures publiques ponctuées par Les moyens du bord, ensemble de musique improvisée à géométrie variable sous la gouverne de Lussier —et l’on ne compte pas la participation de Desbiens comme narrateur du Trésor de la langue, œuvre maîtresse de Lussier. Et voici le disque, qui rassemble autour du poète des improvisateurs d’expérience et de talent —outre Lussier, on retrouve Jean Derome, Gulllaume Dostaler et Pierre Tanguay.

Grâce à cet album lancé par l’étiquette Ambiances Magnétiques, plusieurs néophytes de la poésie moderne d’Amérique francophone pourront s’y frotter. Si l’effet s’avère boeuf, ils exploreront peut-être les recueils de Desbiens, ceux écrits de 1977 à 1997 dans lesquels on a puisé les poèmes endisqués. Sans compter deux autres recueils publiés depuis lors. Sans compter les écrits d’autres poètes.

Depuis la fin des années 50, beat generation et culture black ont pratiqué cette hybridation entre musiques et poésie d’avant-garde. Mais l’alliage demeure délicat. Avec Desbiens qui a déjà joué de la batterie dans les clubs de Sudbury,tout baigne: «Peut-être est-ce parce que je respecte les musiciens, réfléchit-il. J’ai toujours voulu entendre. Un respect mutuel s’est établi. Les musiciens voyaient venir la parole, pis là ça partait. Incroyable!»

«En studio, reprend Lussier, Pat était installé dans une autre pièce. On jouait et bang! Le poème arrivait. Dans cette partie, le joueur de centre était toujours le poète, la musique était à son service.»

blogue@press-1129 press@1129
13 novembre 1999
Par David Cantin in Le Devoir (Québec), 13 novembre 1999

Texte

«Avec la rigueur qu’on lui connaît, Lussier a su rester derrière les mots du poète, tout en imposant un univers sonore adéquat. […] Une expérience concluante, à répéter avec d’autres poètes.»

Il y a des poètes qu’on préfère entendre plutôt que lire. D’autres imprègnent le vers d’une voix rugueuse et physique. On imagine mal la poésie de Patrice Desbiens et celle de Normand de Bellefeuille cohabiter au sein d’une même chronique. Pourtant, ces trajets se croisent dans une approche très musicale du poème. L’un récite ses textes sur disques, avec une joyeuse bande d’improvisateurs. L’autre brise le vers afin d’en multiplier les sens. Rythmes, bruits et douleurs se rejoignent vers un souffle imprévu.

Il me semble que la meilleure façon d’apprécier la poésie de Patrice Desbiens est de l’entendre réciter. Cette voix lourde et traînante va de pair avec l’humour dramatique, aux accents loufoque, du Franco-Ontarien. Avec l’aide du talentueux René Lussier et trois autres musiciens, l’auteur de Poèmes anglais s’abandonne à un projet de lectures et d’improvisations des plus réussis.

Sous le titre de Patrice Desbiens et les moyens du bord, ce disque représente, en quelque sorte, une brève anthologie de poèmes qui va de L’espace qui reste (Prise de parole, 1979) à Un pépin de pomme sur un poêle à bois (Prise de parole, 1995). En premier lieu, il faut saluer l’excellent travail des Jean Derome, René Lussier, Pierre Tanguay et Guillaume Dostaler. Avec la rigueur qu’on lui connaît, Lussier a su rester derrière les mots du poète, tout en imposant un univers sonore adéquat. Les improvisations se mêlent aux bruits, pour rejoindre le phrasé de Desbiens. Le choix des poèmes reste judicieux et apporte une cohérence à l’ensemble. Du poème long à la strophe minimale, Desbiens semble des plus à l’aise sur ce disque. Mentionnons au passage un livret des plus détaillés, avec photos et textes à l’appui. On constate d’ailleurs le chemin parcouru depuis l’audiocassette La cuisine de la poésie, qui date de 1985. Une expérience concluante, à répéter avec d’autres poètes.

blogue@press-1132 press@1132
12 novembre 1999
Par Pierre-Paul Noreau in Le Soleil (Québec), 12 novembre 1999

Texte

«Personne n’aura jamais rien entendu de pareil. Et pour tout dire, moi non plus!»

Vous vous auto-flattez le rebondi d’avoir l’esprit aussi ouvert! Vous ne dédaignez pas non plus une petite épate à susciter de sincères: “Jamais entendu ça C’est bon c’técoeurant” Et vous avez le cœur résolument festif. Voici l’incontournable de votre prochaine soirée “Moi-même and friends”. Promesse de souverain pontife, la compil zouave va tous les laisser gaga et bouche la bée. Personne n’aura jamais rien entendu de pareil. Et pour tout dire, moi non plus! Le percussionniste Michel F Côté qui a l’insigne honneur d’avoir signé avec Bernard Falaise l’incroyable Encore un peu de saké?, japonaiserie extraite de la bande sonore du film (Robert Lepage), s’est offert le plus insolite bric-à-brac de musiques éthyliques, question de trouver un prétexte pour s’amuser avec une vingtaine de musiciens parmi les plus actifs de la scène zouaviste québécoise! Du boulot de pros qui percute tout azimut, passant du cosmic-jazz, au lo-fly, au néo-reggae et autres indescriptibles modes d’expression dont le point commun d’ancrage est le bonheur de sa rythmique et le plaisir épidermique suscité!

blogue@press-1341 press@1341