Blogue ›› Archives ›› Par catégorie ›› Presse

1 juin 2017
Par Ken Waxman in The WholeNote #22:9 (Canada), 1 juin 2017

Coupure de presse

blogue@press-5706 press@5706
1 mai 2017
Par Ken Waxman in The WholeNote #22:8 (Canada), 1 mai 2017

Coupure de presse

blogue@press-5693 press@5693
12 avril 2017
in The Squid’s Ear (ÉU), 12 avril 2017

Texte

«Fascinating.»

Patterned after Canadian physician and author Jacques Ferron's book Gaspé Mattempa, where he postulated a character whose creation fantasy stems from a purely acoustic phenomenon. The rustling of the trees on the mountain, takes the form of a mythical creature: satan-mattempa or the squalling of the Madeleine, half voodoo character, half-Nordic, Barron's cousin Saturday, holed up in the cold mountains of the Gaspésie imaginary. In the book he wrote: “Creature noise, always present and absent at the same time, his singing blurs the horizon, the boundary between land, water and air.”

Éric Normand works with that material into these 8 musical works, imaginative and complex pieces for improvisation. Though purely acoustic, the works have the feel of bridging worlds into the electroacoustic improv realm, much like the literature they reflect bridges worlds into the mythological. Fascinating.

blogue@press-5685 press@5685
1 avril 2017
Par Stuart Broomer in The WholeNote #22:7 (Canada), 1 avril 2017

Coupure de presse

blogue@press-5683 press@5683
1 avril 2017
Par Ken Waxman in The WholeNote #22:7 (Canada), 1 avril 2017

Texte

«Tropical Fun & General Lightness easily proves that the trio members are experts in creating the musical equivalent of Instagram photos or pointed tweets.»

Don’t be fooled by the tile of this album by Montréal band Pink Saliva (PS). The two-CD set is anything but light and fun. That’s because the 24-tracks consist of moderato-paced oscillating drones, percussion pivots and brass squeals that in a (Morton) Feldman-like fashion unfold slowly while squirming forward. On the other hand, band members Alexandre St-Onge who plays electric bass and electronics; Michel F Côté, whose skill encompasses percussion, steel guitar and all manner of electronics; and Ellwood Epps, who varies his trumpet sound with a series of mutes; are canny enough to limit their compositions to between two and four minutes.

Overall, the tunes’ appeal is in how precisely like light bulbs in a socket, the musicians’ ideas adhere and subsequently illuminate. For instance a track such as Mario & Salvio is measured out in double bass thumps, making rhythmic sense of brass squeaks and hamster-wheel-like cranks, while (J. von P.) transforms from doom-laden drumming, as it’s opened up with molecule-sized brass bites to reach a theme of satisfying nonchalance. Like its subject matter, Nixon à la television shows that the band can be down and dirty in its exposition but by its conclusion use focused string pulses and relaxed drum pops to direct the narrative to soar sympathetically upwards.

Tropical Fun & General Lightness easily proves that the trio members are experts in creating the musical equivalent of Instagram photos or pointed tweets. But without appearing to be too old-fashioned, longer tracks with more extensive solos would demonstrate how well PS stacks up against the wok of earlier, innovative improvisers.

blogue@press-5684 press@5684
1 avril 2017
Par Marc Chénard in La Scena Musicale (Québec), 1 avril 2017

Texte

«Armé d’une contrebasse et d’une viole de gambe, [Pierre-Yves Martel] s’est pleinement intégré dans notre scène, son succès reposant sur sa polyvalence.»

Depuis son arrivée à Montréal en 2004, Pierre-Yves Martel a fait un son chemin. Armé d’une contrebasse et d’une viole de gambe, ce fils de la capitale nationale s’est pleinement intégré dans notre scène, son succès reposant sur sa polyvalence. D’une part, il s’est donné de la visibilité comme membre permanent de la formation Constantinople des frères Tabassian, groupe tous azimuts à la confluence de la musique persane et celles d’autres traditions. D’autre part, Martel s’est inséré dans le monde des musiques créatives, autant chez nous - par sa présence au sein du collectif Ambiances Magnétiques - que par ses associations avec des partenaires étrangers (v. référence discographique ci-dessous).

Autre corde à son arc, il dirige une formation au nom singulier, Quartetski, spécialisée en relectures audacieuses d’œuvres de ­compositeurs classiques. Au fil des ans, lui et ses complices se sont attaqués à des musiques de toutes les époques, commençant en 2006 par Prokofiev (le nom du groupe étant donc un clin d’œil à ce compositeur), puis suivis par Éric Satie, Henry Purcell, Tobias Hume, Igor Stravinski et, le dernier en date, Bela Bartók.

Début avril, il propose de présenter des extraits de Mikrokosmos, grand opus pour piano solo du célèbre Hongrois. Le concert reprendra les 29 miniatures figurant sur le disque le plus récent, retravaillées considérablement par l’ensemble. Mais Martel nous réserve deux surprises pour cette occasion.

«J’avais eu l’idée du concert pour marquer les dix ans de Quartetski, explique Martel, avant de faire une mise en garde: j’aurais bien pu reprendre mon premier projet, les Visions fugitives de Prokofiev, pour faire la boucle avec le Bartók, mais cela me semblait trop évident. Je me suis fixé sur une autre œuvre du compositeur russe, Pierre et le loup. Cependant, je vais utiliser le texte littéraire plutôt que la partition comme matière à créer une musique originale, démarche inédite pour mon groupe.»

Réservée pour la seconde partie de la soirée, cette pièce suivra une autre première avant l’entracte, celle-là intitulée Makrokosmos. Toujours selon Martel: «Après avoir repris Le sacre de Stravinski en 2013 à l’occasion du centenaire de sa création, je voulais me tourner vers quelque chose de moins massif, d’où mon choix des miniatures de Bartók. À celles-ci, je vais ajouter cette autre première, une pièce de plus longue durée et assez minimaliste dans ses matériaux, question d’explorer une autre avenue.»

Pour l’automne, Martel et ses acolytes reviendront à la charge avec leur projet le plus jazzistique: la musique de Duke Ellington, étirée dans tous les sens avec le concours de Martin Tétreault aux tables tournantes et vinyles assortis. On en reparlera sûr et certain.

Dernière heure: Josh Zubot, résidant désormais à Vancouver, sera remplacé par un autre violoniste, Guido del Fabro.

blogue@press-5686 press@5686