La boutique des nouvelles musiques

Billet

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 51, 1 mars 2002
vendredi 1 mars 2002 Presse

L’auditeur éventuel ne s’attend bien sûr pas à une compilation des meilleurs tangos. Peut-être et plus sûrement pense-t-il à un détournement de cette musique? Ou alors à une vision sonore de la déconfiture argentine, un peu premonitoire, certes?

En fait, il n’y a pas réellement de rapport avec le tango. Ou alors de manière très fortuite, si le récepteur de radio accroche dans sa recherche un émetteur branché sur ce langage musical.

Le Tango de Martin Meilleur est en effet un montage sonore réalisé à partir de sons bruts captés sur les fréquences en ondes courtes, au moyen de divers récepteurs. Ces captations ne sont pas retraitées - le lecteur se rappelle peut-être Devil’s music de Nicolas Collins retraitant, lui, la matière sonore captée - mais collées, juxtaposées, quelquefois amplifiées. Le résultat en est un enorme patchwork radiophonique mondial: l’auditeur passe d’une émission culinaire ou d’un bout de musique à une radiodiffusion d’un spectacle ou à une retransmission d’informations diverses, intégrant tous les sons parasites, naturels (genre perturbation météorologique) ou inherents à la qualité du récepteur. La mondialisation à domicile, en somme.

… un enorme patchwork radiophonique mondial…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.