La boutique des nouvelles musiques

Artistes Rainer Wiens

Rainer Wiens joue de la guitare préparée et des lamellaphones (des instruments idiophones, typiquement africains, et appelés tour à tour sanza ou piano à pouces, likembe, mbira ou kalimba). Né en Allemagne, il habite à Montréal. Il n’est pas à l’aise avec l’idée d’utiliser les notes biographiques pour ne citer que des noms et impressioner les lecteurs.

[ix-06]

Rainer Wiens

Allemagne

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur
  • Interprète (guitare électrique, guitare préparée)

Ensembles associés

Sur le web

Rainer Wiens, 2013
Rainer Wiens, 2013
  • L’Ensemble SuperMusique, sous la direction de Jean Derome, interprète la pièce Résistances, photo: Céline Côté, Montréal (Québec), 16 mars 2017
  • L’Ensemble SuperMusique interprète la pièce Résistances avec trois chefs: Jean Derome, Joane Hétu et Scott Thomson, photo: Céline Côté, Montréal (Québec), 16 mars 2017
  • Po (John Heward, Sam Shalabi, Alexandre St-Onge, Rainer Wiens) en concert à La Sala Rossa, photo: James Schidlowsky, Montréal (Québec), 25 mars 2003
  • Po (John Heward, Sam Shalabi, Alexandre St-Onge, Rainer Wiens) en concert à La Sala Rossa, photo: James Schidlowsky, Montréal (Québec), 25 mars 2003
  • Po (John Heward, Sam Shalabi, Alexandre St-Onge, Rainer Wiens) en concert à La Sala Rossa, photo: James Schidlowsky, Montréal (Québec), 25 mars 2003
  • Ganesh Anandan, Malcolm Goldstein, Rainer Wiens
  • Rainer Wiens
  • Photomontage: Rippleganger (Rainer Wiens; Maya Kuroki (photo: Karin Benedict, 2017))

Parutions principales

Ambiances Magnétiques / AM 214, AM 214_NUM / 2013
Barnyard Records / BR 0332 / 2013
Ambiances Magnétiques / AM 193 / 2009
Ambiances Magnétiques / AM 118 / 2003
Po
No Type / IMNT 0306i / 2003
II
Ambiances Magnétiques / AM 066 / 1999
Nunca / NUNCA 01 / 1995

Apparitions

Ambiances Magnétiques / AM 235, AM 235_NUM / 2017
Nunca / NUNCA 002 / 2008
3
Ambiances Magnétiques / AM 157 / 2006

La presse en parle

La maturité de L’OFF Festival de jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, 24 mai 2008

Enfin! Bravo! Merci aux organisateurs de L’OFF Festival de Jazz de Montréal d’avoir accompli un retournement temporel. La neuvième édition de cet événement ne se tiendra pas simultanément à l’autre, le «gros», si l’on peut se permettre. Après s’être rendu compte que l’offre musicale se confondait avec hyperinflation au début de l’été, les responsables de l’Off ont décidé de devancer les dates. Bref, il se déroulera du 13 au 21 juin.

La deuxième modification apportée est géographique. Adieu le Patro Vys, bonjour le Dièse Onze, qui a ceci de bien qu’il est un club de jazz à l’année. Jazz et resto situé au 4115 A du boulevard Saint-Denis, pour être précis. Les autres points de chute sont les mêmes que ceux de l’édition antérieure: le Lion d’or et le Pub Saint-Ciboire. Auxquels s’ajoutent cette année…

… La Sala Rossa. Et là, si l’on peut dire, c’est l’autre bonne nouvelle de cette année. Voici de quoi il s’agit: les organisateurs de l’Off se sont associés à ceux du festival Suoni per il popolo, qui se tiendra du 1er au 30 juin. Cette alliance, selon les confidences de Jean-Jules Pilote, cheville ouvrière de l’Off, devrait s’étoffer au cours des prochaines années.

C’est à espérer. Car au cours des prochaines semaines, ce duo d’organisateurs va proposer deux spectacles à La Sala Rossa: le Sun Ra Arkestra, dont on a parlé la semaine dernière, le 14 juin, et le Barnyard Drama, le quartet Lauzier, Myhr, Martel, Tétreault ainsi que Gordon Allen le 15 juin. Prix du billet de Sun Ra: 25$, alors que celui du lendemain se détaille entre 14 et 16$.

Puisqu’on décline les histoires d’espèces sonnantes, il faut insister sur un fait économique fondamental. C’est sérieux, très sérieux même. Le rapport qualité/prix inhérent aux shows de l’Off est REMARQUABLE! Le coût d’entrée des spectacles à l’affiche du Dièse Onze est de 8$. Ceux du Pub Saint-Ciboire sont gratuits. Ceux du Lion d’or: 20$ en prévente ou 25$ à la porte pour deux shows ou 15$ pour celui débutant à 21h30. Pour les détails, on peut se renseigner au lofffestivaldejazz.com

Bon. Après lecture du programme, six des shows au Lion d’or sont à retenir: la Fanfare Pourpour, qui aura l’accordéoniste et chanteur suédois Lars Hollmer pour invité. Cette fanfare à la veine humoristique indéniable est toujours dirigée par l’immense Jean Derome. Quoi d’autre? Il suffit d’écouter leur album paru sur étiquette Ambiances Magnétiques pour s’apercevoir que les membres de cette grande formation excellent dans l’alchimie des folklores du monde.

Le 18 juin, le saxophoniste et clarinettiste Chet Doxas va proposer un spectacle propre à aiguiser toutes les curiosités: Le Mur de Jean-Paul Sartre. Doxas a composé une série de thèmes inspirés, donc, de ce chef-d’œuvre littéraire qu’il interprétera en compagnie de Stéphane Allard et Zoé Dumais aux violons, de Jean René à l’alto, de Sheila Hannigan au violoncelle, de Zack Lober à la contrebasse, de son frère Jim à la batterie, tous sous la direction de Jon Sapoway.

Le même soir, mais après Doxas, les musiciens phares des labels DAME et Ambiances Magnétiques vont occuper la scène pour improviser à tout va. Autour de Derome, on retrouvera Joanne Hétu au saxo, Charity Chan au piano, Diane Labrosse à l’échantillonnage, Lori Freedman à la clarinette basse, Guido Del Fabbro au violon, Rainer Wiens à la guitare et l’incontournable Pierre Tanguay à la batterie.

Le 20 juin, le très courageux, le musicien essentiel, le contrebassiste battant Normand Guilbeault va décliner ses compositions retraçant la vie de Louis Riel. Il sera flanqué de quatorze musiciens, narrateurs et projectionnistes. C’est au Lion d’or le 20 juin à 20h. La veille, au même endroit, on aura droit à l’accouplement jazz et poésie avec José Acquelin, Renée Gagnon, Hélène Monette, Carole David et Jean-Marc Desgent.

Enfin, le 21 juin, l’affiche est alléchante parce que… parce que… le saxophoniste Janis Steprans a réuni trois autres saxos autour de lui pour clôturer cette 9e édition. André Leroux sera au soprano, David Bellemare au ténor, Jean Fréchette au baryton et Steprans, bien entendu, à l’alto. Simon Lévesque à la contrebasse et Dave Laing à la batterie vont rythmer le tout.

Les billets sont en vente à L’Oblique, à L’Échange, à L’Articulée ainsi qu’à la Casa Del Popolo et à Cheap Thrills pour les shows du 14 et du 15 juin.

Portrait: Rainer Wiens

François Couture, AllMusic, 15 juin 2002

Although active as a professional guitar player since the end of the 1970s, Canadian Rainer Wiens has constantly been falling through the cracks ofthe recording industry, leaving very little trace of his work and only since he moved to Montréal in the mid-’90s. Except for a couple of free improv records and participations in projects by members of the collective Ambiances Magnétiques, Wiens’ music has been related to the stage (dance, theatre, new opera) and thus remains largely undocumented.

Wiens studied guitar with John Becker, Allan Torak, and Tony Bradan. He also studied improvisation and jazz harmony with New York pianist and noted educator Barry Harris. This private instruction prepared him for every possible work in the jazz business and soon Wiens was working the Toronto club circuit as a sideman for a constellation of local names. In 1978 he formed the left-field jazz group Silk Stockings. It toured throughout the 1980s, making appearances at various jazz festivals in Canada, but also in England and Hungary. During that period the guitarist forged himself a personal form of expression, abstract but with a lot of charm. He makes extensive use of the prepared guitar, often approaching the instrument more like a Gamelan ensemble than something with six strings.

Since the late 1980s, his focus shifted toward a collaboration with artists from other fields. The 1990s saw him writing small-scale operas with librettist Victoria Ward (“Homeless,” “Down Here on Earth”), scoring music for films by Barbara Sternberg (“C’est la Vie,” 1997; “Like a Dream That Vanishes,” 1999), and collaborating with dancer Lucie Grégoire. He co-founded with Jan Komarek the Sound Image Theatre where he supplied music for many productions.

In the mid-’90s he moved to Montréal and hooked up with the musicians of Ambiances Magnétiques. His solo album Bonunca Dream Music, self-released in 1995, was picked up for distribution by the collective’s label. A trio session with longtime partners Malcolm Goldstein and John Heward (Chants cachés, 1999) helped bring some attention to his work. Heco-founded the group NOMA with trombonist Tom Walsh and by 2002 was leading his own group Follow Follow.

Blogue

  • Jean Derome, photo: Jean-Claude Désinor, Montréal (Québec), août 2009

    Le 14 avril 2010, Mercredimusics mettra en vedette Jean Derome, Josh Zubot et Rainer Wiens à la Casa Obscura, à Montréal. De la musique, du silence, de l’écoute, de la musique, des bruits, de l’improvisation, de l’écoute et encore de la…

    mercredi 7 avril 2010 / En concert
  • Nicolas Caloia, photo: Peter Gannushkin, 2012

    Le mardi 16 mars 2010, Rainer Wiens, Jean Derome, Nicolas Caloia, Isaiah Ceccarelli, Pierre-Yves Martel, Joshua Zubot et Gordon Allen seront parmis les nombreux invités au resto-bar Le Cagibi dans le cadre de la série dédiée aux musiques cr…

    lundi 15 mars 2010 / En concert
  • Isaiah Ceccarelli

    Le mardi 9 mars 2010, Amy Horvey (trompette), Jennifer Thiessen (viole), Clinton Ryder (contrebasse), Rainer Wiens (guitare, kalimba) et Isaiah Ceccarelli (percussions) seront au resto-bar Le Cagibi dans le cadre de la série dédiée aux musi…

    lundi 8 mars 2010 / En concert

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.