La boutique des nouvelles musiques

Artistes Pierre St-Jak

Pierre St-Jak

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur
  • Interprète (piano, piano préparé, synthétiseur)

Ensembles associés

Parutions principales

Apparitions

Ambiances Magnétiques / AM 013 / 1989

Compléments

[Indépendant] / CH 01 / 2000
  • Hors-catalogue
Ambiances Magnétiques / AM 015, AM 015_CAS, AM 015_LP / 1989
  • Hors-catalogue
  • Épuisé
  • Épuisé
Ambiances Magnétiques / AM 000 / 1983
  • Hors-catalogue

Folio

Ambiances Magnétiques / AM 242 / 2018

La presse en parle

  • Serge Truffaut, Le Devoir, 29 juin 2009
    La hausse notable de l’assistance confirme l’appétit d’un public pour un jazz aventureux, propre à aiguiser la curiosité, sensuel, tendance joyeuse et non racoleur.
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 5 juillet 2001

Un OFF très in

Serge Truffaut, Le Devoir, 29 juin 2009

L’OFF Festival de jazz enregistre une hausse de 20% de son assistance

La dixième édition de l’OFF Festival de jazz de Montréal s’est conclue, dans un Lion d’Or archibondé, sous le signe de la chaleur, de la passion et des ponctuations rythmées d’un public captivé par la densité et la verve musicale du contrebassiste Normand Guilbeault et de ses complices. L’OFF s’est conclu également sur une note pleine d’encouragement pour l’avenir: le nombre de spectateurs a enregistré une augmentation prononcée (+ 20%).

Comme cela avait été annoncé, la prestation de Guilbeault s’est déroulée sous le patronage exclusif d’un artiste dont la voix révoltée et sensuelle nous manque toujours. Il s’agit évidemment de Charles Mingus, contrebassiste obsédé par l’essentiel, compositeur obsédé par la pertinence de chaque note, par le poids et la profondeur de celle-ci.

Pour mener à bien son aventure, Guilbeault a formé un groupe stupéfiant: Jean Derome aux saxos, Mathieu Bélanger aux clarinettes, Ivanhoe Jolicœur à la trompette, Jean Sabourin à la trompette basse et au sousaphone, Karen Young au chant, l’énergique Claude Lavergne à la batterie et Normand Deveault au piano. Un Deveault digne héritier de Don Pullen, dernier pianiste de Mingus.

À voir et à entendre Guilbeault, à voir le public, à entendre l’écho qu’il lui renvoyait, on se disait que lui et ses compagnons ont ce quelque chose d’indéfinissable qui est ce quelque chose qu’ils ont en plus et que bien d’autres n’ont pas. Comment dire? Lui et Derome, lui et Jolicœur, le trompettiste trop méconnu, lui et son groupe donnent davantage que ce qui est attendu. Bref, il comble des espérances. Ce qui évidemment n’est pas donné, comme dirait La Palice.

Outre le spectacle Mingus revu par Guilbeault on retient de cette 10e édition, et des spectacles que l’on a entendus parce qu’on n’a pas tout vu, le spectacle d’ouverture Tremblement de Fer. Soit cette suite composée par Pierre Labbé pour une cinquantaine d’instrumentistes et qu’il a présentée dans un lieu inusité: le Hangar n° 16 dans le Vieux-Port. On prie tous les dieux de l’univers, et les grecs en particulier, que ce Tremblement de Fer soit transposé sur un album.

On retient également la prestation intense du pianiste Pierre St-Jak au Dièse Onze. Souvent insaisissable, St-Jak n’a pas son pareil pour surprendre, pour relancer ses accompagnateurs, pour sculpter des moments musicaux dans l’argile de la beauté. (…)

Cela étant, cette dixième édition a rencontré un succès inattendu. Les amateurs sont allés en nombre au Lion d’Or, au Cheval Blanc, au Dièse Onze, au Hangar n° 16 et un peu moins à la Chapelle historique du Bon-Pasteur. Et alors? La hausse notable de l’assistance confirme l’appétit d’un public pour un jazz aventureux, propre à aiguiser la curiosité, sensuel, tendance joyeuse et non racoleur.

La hausse notable de l’assistance confirme l’appétit d’un public pour un jazz aventureux, propre à aiguiser la curiosité, sensuel, tendance joyeuse et non racoleur.

St-Jak Monk

Serge Truffaut, Le Devoir, 5 juillet 2001

Pierre St-Jak doit être un surnom. Un paravent identitaire utilisé pour mieux camoufler la réalité, celle qui gravite entre l’âme et le coeur. Ce diable d’homme a ceci de faussement étrange qu’il ne porte pas son nom. Il n’est pas Pierre St-Jak, simple pianiste et bon citoyen, mais bel et bien Pierre Monk. Mieux! À l’image…

À l’image de la poupée russe, il a l’identité éclatée, donc très riche. Question droit de vote et devoir fiscal, il est St-Jak, Pierre; ceci précisé, passons à l’essentiel, aux vérités qui composent ou habitent le poète des trottoirs musicaux. Il est Pierre Monk et Pierre Mingus, «Felonious» Monk et Art Ensemble of Montréal, il est faussement chef pour mieux être l’habile alchimiste des émotions musicales des autres. Évidemment, il possède le sens de l’histoire des notes noires, mais n’en abuse pas. Il n’est pas tout et rien, mais bien tout sans être rien.

Lors de la nuit du Off, la nuit de L’Alizé, point de chute par excellence, et occupée, du Off Festival de jazz, il a signé une prestation magique. L’ennui avec ce mot, c’est que son utilisation abondante lui a ôté bien de cette sève qui faisait son sens. Toujours est-il que l’on a eu de la magie. À preuve, on s’est pincé. Non pas pour ralentir le processus de lévitation que ne manquent pas de provoquer les musiques de Ayler St-Jak, mais bien pour s’assurer que l’on n’était pas sous l’emprise de la berlue.

St-Jak Chaplin a amorcé le tout sous l’égide de l’humour, l’éclaté et non le timide. Puis peu à peu, lui et ses prodigieux complices… L’ennui avec ce mot, celui qui constate le prodige, c’est que… Oùkonez? Ah oui… Ses complices? Jean Derome aux saxes et à la flûte, Claude Vendette au ténor, Némo Venba, le fils de ce dernier, à la trompette, Francis Grandmont à la guitare, Normand Guilbeault à la contrebasse et Pierre Tanguay à la batterie.

Peu à peu donc, Soul St-Jak a introduit le gospel. Lequel? Euh… celui que Mingus composa dans l’heure qui suivit l’annonce du décès du président Young, celui qui s’appelle Goodbye Pork Pie Hat. Si ce n’était pas exactement celui-là, mettons que c’était son jumeau, soit ce gospel cher à Mahalia Jackson mais encanaillé par Albert Ayler.

En fait, pendant deux fois plus d’une heure, le capitaine St-Jak a décliné tout ce qui fait la richesse de cette musique qu’on nomme d’une béquille baptisée jazz. Il lançait un coup de bluespunk là qu’aussitôt Derome prolongeait et que Vendette, l’homme au son plein, l’homme qui a du savant en lui, achevait. Il, lorsqu’il était BuenaVista St-Jak, proposait une gamme de communiste infidèle que Grandmont reprenait à son compte et que Tanguay détaillait dans des rythmes tribaux.

Lorsque Buena Vista St-Jak décidait de tuer les Besame Mucho, c’était pour mieux plonger dans la liberté la plus totale. Là, Guilbeault, par contrebasse interposée, poussait les autres dans leurs moindres retranchements pour mieux marquer cet attachement aux valeurs exposées et mises à jour par les Coltrane, Dolphy, Bley et autres libertaires des années 60 à l’origine de la October Revolution.

Quand ce n’était pas ceci, quand c’était blues, alors c’était blues pas à peu près. C’était blues sans fioritures. C’était très profond et donc très touchant. En fait, ce show fut à l’image de son principal animateur: une mosaïque musicale conçue par un bonhomme qui a ceci de singulier qu’il est un touche-à-tout aussi ingénieux que courageux.

Ce spectacle a eu ceci de magique qu’il nous a remis sur le droit chemin, celui des traverses. À preuve, une fois rentré on s’est empressé d’écouter les contes ouverts de l’Art Ensemble of Chicago, notamment le Charlie M, pour maintenir l’état de lévitation en éveil.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.