La boutique des nouvelles musiques

Artistes Alexandre Pierrepont

Alexandre Pierrepont

  • Journaliste
Alexandre Pierrepont

Parutions principales

RogueArt / ROG 0017 / 2008

Articles écrits

  • Alexandre Pierrepont, ImproJazz, no 71, 1 janvier 2001
    Mais, «ce qu’il y a de plus beau dans tout ça». c’est la manière douce et friande avec laquelle Pierre Tanguay use de ces ingrédients …
  • Alexandre Pierrepont, ImproJazz, no 62, 1 février 2000
  • Alexandre Pierrepont, Jazz Magazine, no 485, 1 octobre 1998
  • Alexandre Pierrepont, Jazz Magazine, no 475, 1 novembre 1997

Critique

Alexandre Pierrepont, ImproJazz, no 71, 1 janvier 2001

L’énumération des accessoires dont Pierre Tanguay s’est servi pour faire son disque et la musique qui va avec est tout un poème, comme en ces listes à la Prévert où n`intervient que le plus farfelu et le plus complice des hasards. Par ordre d’apparition: 3 verres à vin passés dans le ralentisseur (ultérieurement ils ne seront plus que 2 et ils seront accordés); 1 orgue a bouche thaïlandais, lui aussi passé dans le ralentisseur; 1 tambour marocain; 1 derbouka; la branche à Malcolm; le balafon et le ghatam; grognements de Pierre Tanguay; sifflement du même; beua, guimbarde, voix, petite vache (qui reviendra) et tourniquet-oiseau; tuyau périscope et flûte dans le tissu bleu; 3 bols à salade en acier; 2 petites boîtes à musique arrangées pour jouer ensemble; 1 poignée de cocottes de pin; 2 flûtes marocaines à anche incorporée, dont une est passée dans le ralentisseur (la seconde fois: les 2 «normalement»); 1 floor tom; 1 vrombissement de mixette à cocktail; 2 papiers sablés, un dans chaque main et on frotte (ce papier deviendra japonais sur un autre morceau); harpe brésilienne, boulier, 3 sonnettes d’alarme (employées 2 fois), un petit bois à katja, des craquements et des froissements de balais préalablement maganés; voix de Pierre dans le tuyau ti que nana, 2 fois; 2 pistes d’anche de bombarde bretonne sans la bombarde; 1 appeau à moineau; 1 tuyau tourné avec voix; 1 brassée de rideau de bambou; rack à 4 cloches; 2 bâtons de pluie, en shaker (ils seront 3 plus tard, mais sans shaker), 1 tama; clochettes à Dodik; 1 tôle en cuivre, ondulée; l’accordéon diatonique; des tablas; cloches à vache dans le ralentisseur; 1 Winnie the Pooh; du lead gazou; le tambour à Katia; le gros Kalimba de Pierre; 2 boîtes de balles de tennis en 2 contre 3; sac de récupération; plusieurs grillons de Saint-Jacques-le-Majeur-de-Wolfstown; 2 pistes de caxixis; la théière de la grand-mère de Pierre; 1 slap surprenant; 1 bouteillophone; 2 crécelles jouets; graines d’un arbre d’Amérique centrale; gréement de métal et balles de ping pong dans la machine à bingo; flûte locomotive, 2 fois; boite à café avec un spring; 3 grosses cymbales enregistrées de très prés; grincements de cymbale; petit bois; pieds et petit réel. Mais, «ce qu’il y a de plus beau dans tout ça», c’est la manière douce et friande avec laquelle Pierre Tanguay use de ces ingrédients pour fabriquer de toutes pièces, pour mijoter cette musique qui reste joueuse.

Mais, «ce qu’il y a de plus beau dans tout ça». c’est la manière douce et friande avec laquelle Pierre Tanguay use de ces ingrédients …

Critique

Alexandre Pierrepont, ImproJazz, no 62, 1 février 2000

Il y a cinquante ans. César Moro. poète d’ailleurs péruvien moquait Ie Dieu «pourrissant de beauté absent dans sa présence à la tête des bruits». Depuis, Ies improvisateurs ont repris la tête des bruits, ces bruits comme Ies écailles du Léviathan, ou Ies ligaments d’un homme. Aujourd’dhui que Ies chromos tsiganes n’épatent plus que la galerie (je ne parle pas de l’irréelle concertation des originaux, de Django à Boni), I’association guitare et violon, surtout quand la guitare est préparée (Tammens, Wiens} ou tourbillonnaire (Morris) et Ie violon dégrafé, quand Ies cordes des uns et des autres (j’y reviens) sont desserties, Ioin des lointaines intensités de vent mais tracassées par des percussions fouisseuses, est des plus soulageantes. On dirait sur ces trois disques. à plus forte raison sur Ie bien nommé Chants cachés, que la musique se trame, qu’elle se tresse souterrainement, qu’elle grouille dc vie. Chacun y perd et y retrouve sa propre trace, son inscription, ses impulsions. Des milliers de frictions corpusculaires s’appâtent, se décapent, se creusent. s’endiguent et s’assemblent encore pour finalement fleurir, sauvagement.

Critique

Alexandre Pierrepont, Jazz Magazine, no 485, 1 octobre 1998

Chez les Contemporains (une ethnie), on connaissait le goût de John Zorn pour les musiques de films ou celui de Fred Frith pour les pas et figures des chorégraphes. L’étroite collaboration du saxophoniste, flûtiste et homme à tout faire Jean Derome avec la compagnie du Théâtre Ubu basée à Montréal agrandit ce cercle d’équilibristes. Au cours des dernières années, trois collages de textes ont donné lieu à autant de pièces et de musiques qui, sans tout à fait se soumettre à l’écrit, au jeu de scène, les relancent peut-être, généralement par annotations, précisément par morceaux, comme elles le feraient avec un partenaire supplémentaire et irrésistible Cantate grise s’inspire de Beckett et prête à ses divulgations oppressantes les miroirs tournants et les effacements d’un basson, d’un trombone, d’un violon et de flûtes. Luna Park reprend les chamboulements méthodiques des constructivistes russes du début du siècle et leur fait faire quelques tours de manège musical sous les commandes du trio Derome-Lussier-Tanguay, de leur ménagerie musicale, de leurs munitions bruitistes. Les Ubs, se mesurent inévitablement à l’innommable Jarry et à son très grotesque très mauvais et très ressemblant tigre de papier. Le sextette envoyé sur scène par Derome pour jouer les musiciens et les soldats des armées russe et polonaise fait le choix logique de la grandiloquence: il badine, fanfaronne et prend aux cheveux. L’irrévérencieuse «musique actuelle» serait-elle le meilleur souffleur que l’art dramatique ait connu?

Terres de feu

Alexandre Pierrepont, Jazz Magazine, no 475, 1 novembre 1997

Autres textes

Jazz Magazine

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.