La boutique des nouvelles musiques

Éric Normand Autres articles écrits

La presse en parle

  • Éric Normand, Mouton Noir, 12 octobre 2010
    Réussite éminente, d’une grande beauté…
  • Eric Normand, JazzoSphère, no 23, 1 octobre 2004
    Sur une balançoire est une suite rêvée qui ne touche pas le sol et qui va librement dans l’air. Un coup de cœur.
  • Eric Normand, JazzoSphère, no 23, 1 octobre 2004
    Entre les pièces de textures et de râlements et les chansons, s’insinue une musique instrumentale riche en trouvailles, en spontanéité.
  • Eric Normand, JazzoSphère, no 23, 1 octobre 2004
  • Eric Normand, JazzoSphère, no 23, 1 octobre 2004
    Ces musiciens sont excellents, étonnamment dans l’aspect le plus associé à la maturité: l’arrangement et la texture.
  • Éric Normand, Mouton Noir, 1 juin 2004

À l’inattendu… chez &records

Éric Normand, Mouton Noir, 12 octobre 2010

Musicien éclectique, Michel F Côté codirige l’étiquette &records avec Fabrizio Gilardino — qui signe le design des pochettes sérigraphiées. & est une étiquette bien de son temps, post-crise du disque. La présentation mince — sans tranche — et soignée des disques nous dit d’emblée que l’objet n’est pas destiné à la vente au détail dans des étagères identifiées à tel ou tel style. Il s’adresse plutôt au mélomane, collectionneur, converti à l’achat en ligne — sans intermédiaire — ou mieux, fureteur de concerts. Les projets défendus par l’étiquette s’inscrivent dans la création vivante, musiques contemporaines sans snobisme qui se nourrissent de free-rock comme de minimalisme, mais jamais d’académisme.

Michel F Côté est un créateur à tiroirs. Compositeur pour le théâtre (Wajdi Mouawad, Robert Lepage), la danse, le cinéma, il est passé maître dans l’art d’amalgamer comme de soustraire. Ses projets d’ensembles nous ont fait voyager entre le country blasé, le jazz primitif, le rock électronique. En solo ou avec l’ensemble Mecha Fixes Clocks, Côté nous propose des musiques méditatives et denses, toutes dédiées à la contemplation de textures fines, d’harmonies complexes qui se déploient lentement, nous portant dans un état de calme et de volupté.

À L’inattendu… poursuit cette recherche de simplicité. Ici, fini les boucles rythmiques qui hantaient le premier opus de la formation; tout nous entraîne dans la lenteur et la largeur des orchestrations. Réussite éminente, d’une grande beauté, cet album s’inscrit dans la lignée des grandes œuvres méditatives des compositeurs tels que Morton Feldman ou Giacinto Scelsi, mais teinté d’un goût aigu pour les textures riches et les formes épurées héritées du rock comme des musiques expérimentales.

Réussite éminente, d’une grande beauté…

Critique

Eric Normand, JazzoSphère, no 23, 1 octobre 2004

Parmi la foisonnante rentrée d’Ambiances Magnétiques, je retiens deux disques particulièrement pertinents au catalogue de l’étiquette qui a définitivement le vent dans les voiles.

Heureuse rencontre entre le pianiste Gianni Lenoci et la contrebassiste Joëlle Léandre, Sur une balançoire est formé de quatorze improvisations savoureuses. Loin des ambiances percussives souvent privilégiées par la contrebassiste, la musique est ténue et dénote une grande finesse d’exécution. Ces quatorze pièces courtes et diversifiées sont une série de petits bibelots sonores où perlent les notes du piano entre les glissandi, la langueur et les coups de la contrebasse. Une musique belle et méditative qui sait réconcilier la musique classique, jazz et l’improvisation libre, subitement et subtilement, en échappant à toutes les étiquettes et en se servant au maximum du potentiel des instruments. Lenoci est pour moi une découverte, un pianiste à part et Joëlle Léandre nous offre ici un aspect délicat de son imposante présence sonore. Sur une balançoire est une suite rêvée qui ne touche pas le sol et qui va librement dans l’air. Un coup de cœur.

Sur une balançoire est une suite rêvée qui ne touche pas le sol et qui va librement dans l’air. Un coup de cœur.

Critique

Eric Normand, JazzoSphère, no 23, 1 octobre 2004

Parmi la foisonnante rentrée d’Ambiances Magnétiques, je retiens deux disques particulièrement pertinents au catalogue de l’étiquette qui a définitivement le vent dans les voiles.

Canevas «+», regroupe des extraits de cinq concerts d’un ensemble à géométrie variable enregistré entre 1998 et 2004. L’ensemble SuperMusique, c’est avant tout l’éternel trinité féminine des productions SuperMusique: Danielle Palardy Roger, Diane Labrosse et Joane Hétu. Connues comme le trio Les Poules, elles fêtent cette année leur 25 ans de création commune. L’ensemble regroupe autour d’elles une dizaine de musiciens habitués ou de passage: Jean Derome, Lori Freedman, Martin Tétreault, Chantal Dumas, Lee Pui Ming, Pierre Cartier, Sam Shalabi, etc. À chaque fois, une formation différente et une musique différente. Entre les pièces de textures et de râlements et les chansons, s’insinue une musique instrumentale riche en trouvailles, en spontanéité. La musique d’un grand ensemble improvisé n’est certes pas parfaite et juste, elle s’inscrit dans des mouvements de masses sonores, de risques individuels et collectifs. Bien qu’elle tisse des ponts entre diverses pratiques contemporaines, la musique d’improvisation pour ensemble ne convint pas encore tous les mélomanes. Elle offre par contre un modèle inégalé, un espoir qui fait croire en certaines formes de démocratie, avec ici un esprit festif réjouissant. Ça fait du bien.

Entre les pièces de textures et de râlements et les chansons, s’insinue une musique instrumentale riche en trouvailles, en spontanéité.

Critique

Eric Normand, JazzoSphère, no 23, 1 octobre 2004

Parmi les improvisateurs, il y en a pour qui l’instrument est le corps: chanteurs, poètes sonores, bruiteurs, etc. Malheureusement, il est plutôt rare de les voir se réunir, travaillant souvent des projets solos difficiles ou s’intégrant à des ensembles instrumentaux. C’est donc une excellente idée qu’a eu Michel Levasseur de réunir sur scène (et sur disque) ces cinq virtuoses de la bouche et de l’appareil respiratoire. Five men singing est un véritable festin pour les oreilles, un moment rituel fantastique rempli d’émotion et de poésie. Force est de constater que le tout diffère de la somme des parties: la musique du groupe est plus accessible que celle des individus pris un à un. Elle donne l’impression d’une grande écoute mutuelle, de constructions très précises, et puissantes. Les possibilités quasi-illimitées de ces voix nous font songer à certaines musiques électroniques, tant la diversité des textures sonores est grande. Ici, la musique se développe autour de mantras, saccades ou chants de gorge, physique, prenante et inventive. Après tout, l’improvisation n’est-elle pas une musique de tradition orale?

Ce disque que l’on pourrait considérer comme une «bizarrerie» se révèle comme l’un des plus beaux et des plus touchants disques que Victo nous ait offert dans les dernières années. Ce qui n’est pas peu dire.

Critique

Eric Normand, JazzoSphère, no 23, 1 octobre 2004

Ambiances Magnétiques lançait cet automne une nouvelle étiquette consacrée au jazz. Leur première parution mise sur l’Ensemble en pièces, jeune groupe jazz montréalais, travaillant des compositions originales du saxophoniste Philippe Lauzier et du très doué pianiste Alexandre Grogg. Le jeune groupe prometteur, nous offre un album doux et calme aux arrangements originaux, alliant lyrisme, fanfare et improvisations risquées. Ce sont surtout les thèmes et les arrangements qui sont frappants, conférant au groupe un son chaud et particulier. La musique est posée et les solistes y sont un peu trop discrets. Malgré tout, ce disque comporte un large spectre d’influences qui lui confère une originalité certaine et qui le place bien loin des jeunes néo-boppers. Ces musiciens sont excellents, étonnamment dans l’aspect le plus associé à la maturité: l’arrangement et la texture. Ils devraient maintenant laisser davantage jaillir la fougue de leur jeunesse, une étincelle qui nous ferait oublier les quelques maladresses. Personne n’est parfait.

Ces musiciens sont excellents, étonnamment dans l’aspect le plus associé à la maturité: l’arrangement et la texture.

Le Noir compact

Éric Normand, Mouton Noir, 1 juin 2004

Jean Derome et Pierre Tanguay sont des collaborateurs de longue date. Musiciens polyvalents, ils ont touché à tous les styles, mais leurs principaux faits discographiques, les plus personnels du moins, documentent l’aspect le plus radical de leur démarche.

Pourtant, leur amour du jazz ne se dément pas. Avec Normand Guilbeault à la basse, les deux musiciens étiquetés «actualistes» forment un trio culte du jazz à Montréal, avec raison. Guilbeault est plus facilement associé à la scène jazz, bien qu’il aime faire des détours par d’autres musiques, traditionnelles ou actuelles, ou accompagner le chanteur Richard Desjardins.

10 compositions de Jean Derome, réunit des pièces que le trio a progressivement intégrces à son répertoire constitué aussi de morceaux d’Ellington, de Mingus, comme de Lee Konitz. Ludique et enjouée, cette musique se laisse d’abord entendre comme un jazz plus conventionnel, mais dangereusement imprégné de l’esprit tordu de ses créateurs. Sobre, mais généreux, le trio nous entraîne dans les contrées du swing, là où le plaisir est contagieux. Les trois instrumentistes font encore une fois preuve de leur grande subtilité, se jouant sans cesse des dynamiques et des timbres dans la prétendue linéarité du jazz qui coule légèrement. Derome, en avant, est irréprochable; jouant sax baryton et flûte, c’est à l’alto qu’il se montre le plus convaincant. Son jeu, à la fois sensible et calculé, mesure l’excès et dose ses effets comme jamais, évoquant tantôt Sonny Rollins par son emphase rythmique, tantôt Ornette ou Dolphy, mais conservant avant tout ses caractéristiques propres. Sachant contrôler parfaitement les inflexions de son instrument sans jamais chercher à en mettre plein la vue, Derome est fascinant, drôle et touchant tout au long de l’enregistrement. Derrière ce souffle de fraîcheur, la batterie de Tanguay, comme toujours, répand la joie et la liberté avec une désinvolture et une musicalité unique pendant que Guilbeault tient la barre et parfume le tout d’une rondeur qui voudrait nous faire croire que tout arrive si facilement. Disque de maturité pour trois musiciens exceptionnels, 10 compositions est un grand disque de jazz. Tout sauf conventionnel, en fait.

Autres textes

Mouton Noir

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.