La boutique des nouvelles musiques
Grande vente du Temps des Fêtes!50%30%15% de rabais Cliquez pour voir

Artistes Damián Nisenson

Musicien, compositeur et comédien argentin, Damien Nisenson débute sa carrière professionnelle en Suisse, où il habita entre 1977 et 1984. Il arrive à Montréal en 2004. Artiste polyvalent, il souffle dans toute la famille des saxophones, joue de la guitare, chante, compose de la musique instrumentale et des chansons, et, quand l’occasion se présente, travaille comme comédien au théâtre et à la télévision. Il dirige ses propres ensembles, dédiés à l’interprétation des musiques aux frontières du jazz moderne et des musiques du monde. Sa discographie comprends une trentaine de titres, du jazz au klezmer, en passant par la musique improvisée, la chanson, le rock et le tango. En 2006 il crée Malasartes, compagnie de création, festival de musique et étiquette de musique spécialisée, dont il est le directeur artistique.

[ix-15]

Damián Nisenson

Buenos Aires (Argentine), 1958

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur
  • Interprète (saxophones alto, ténor, soprano et sopranino)

nisenson@videotron.ca

Ensembles associés

Damián Nisenson
  • Damián Nisenson [septembre 2007]
  • Damián Nisenson [septembre 2007]
  • Damián Nisenson [Photo: Herb Greenslade, septembre 2007]
  • Damián Nisenson, Denis Plante, Isaiah Ceccarelli [Photo: Herb Greenslade, 2007]
  • Damián Nisenson
  • Damián Nisenson
  • Damián Nisenson
  • Damián Nisenson

Parutions principales

Sit
Malasartes musique / MAM 030 / 2018
Malasartes musique / MAM 024 / 2016
  • Rupture de stock temporaire
Malasartes musique / MAM 017 / 2013
Malasartes musique / MAM 011 / 2009
Malasartes musique / MAM 008 / 2008
Malasartes musique / MAM 001 / 2006
[Indépendant] / DN 01 / 2004
Los Años Luz Discos / LAL 015 / 2002
Future / FR 51661 / 2000

La presse en parle

Damian Nisenson, le polyglotte du jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, 11 août 2018

S’il fallait prêter un visage actuel à l’opiniâtreté, voire au courage, alors Damian Nisenson conviendrait à merveille. Quel parcours que celui de ce saxophoniste et compositeur installé à Montréal depuis 2004! Quel destin que celui de cet homme qui propose aujourd’hui un album intitulé Sit sur l’étiquette Malasartes. Qu’on y songe: sa vie a été faite de la poésie juive des ghettos d’Ukraine et de Moldavie à la verdeur fiscale de la Suisse, en passant par le culte des kibboutz en Israël et surtout l’inclination pour l’horreur des généraux argentins. Détaillons. Du moins essayons.

À la fin du XIXe siècle pour certains ou au début du XXe pour les autres, ses grands-parents ont fui, jeunes, les pogroms qui rythmaient la vie des ghettos d’Ukraine et de Moldavie. Destination? L’Argentine. L’un des grands-pères était un poète qui parlait une langue aujourd’hui rare: le yiddish. Il récitait et chantait non seulement ses poèmes, mais aussi ceux écrits ici et là dans l’Empire austro-hongrois ou en Russie. Les autres? Ils aimaient la musique quand ils n’en jouaient pas. Du klezmer, il va sans dire.

De ces personnages dont les vies empruntent aux légendes se démarqua un grand-oncle. «En Argentine, il était un troubadour qui jouait du klezmer, mais aussi du tango et du jazz. Chez nous, la musique était toujours présente. Mes premiers souvenirs sonores, au début des années 1960, c’est Getz avec Gilberto et Mulligan avec Brookmeyer. À l’âge de sept ans, j’ai commencé à suivre des cours de flûte. Puis j’ai étudié pendant des années au conservatoire de Buenos Aires le violoncelle, la guitare classique.»

Au milieu des années 1970, les généraux argentins, si convenables aux yeux de Kissinger et de la cohorte des politiciens ivres de sang, imposent une manière de faire et bien des lois calquées sur le régime qui avait servi de modèle à Juan Perón. Inutile de préciser. Chacun aura deviné lequel. Alors Damian, âgé de 18 ans à ce moment-là, sachant que les étudiants étaient particulièrement visés, prit la route de l’exil à la vitesse grand V. Direction: la Suisse.

«Je me suis installé à Fribourg, où j’ai étudié le saxophone classique. J’ai commencé à jouer un peu partout ici et là, surtout à Genève. Lorsque la dictature des généraux a été renversée, je suis retourné en Argentine. Dans les années 1990, je jouais dans un groupe rock-pop qui avait pas mal de succès. Mais voilà, j’ai détesté ça. En 1997, j’avais quatre filles, j’ai décidé de quitter ce pays.»

«Peu après mon arrivée au Québec, j’ai fait la rencontre de Denis Leblanc, un excellent joueur de bandonéon, qui a écrit deux noms sur une feuille de papier. Celui de Joane Hétu [l’admirable fondatrice d’Ambiances magnétiques] et du batteur Pierre Tanguay. C’est Joane qui m’a conseillé de fonder un label. C’est comme ça qu’est né Malasartes.»

Aujourd’hui, notre saxophoniste propose donc Sit réalisé en compagnie de Jean-Félix Mailloux, qui est l’exemple parfait de ce que solidité à la contrebasse signifie, de Bernard Falaise, aussi tranchant et vif qu’un Marc Ribot, et du batteur Tanguay, qui a ceci de littéralement prodigieux, il n’y a pas d’autre mot, qu’il a fait l’alchimie entre Joey Baron, Shelly Manne et Billy Higgins.

Le résultat fait naturellement penser à John Zorn, celui de Masada, celui des associations avec divers cantors. En un mot, Nisenson a réussi quelque chose de très singulier: remonter le fil d’une vieille et lointaine culture avec un souci pour la finesse, la subtilité, qui fait de Sit un grand disque.

… avec un souci pour la finesse, la subtilité, qui fait de Sit un grand disque.

L’Off Festival de Jazz de Montréal: SoCalled/Nozen. The Beauty and the Beat

Julie Berardino, La Scena Musicale, 2 décembre 2011

Le saxophoniste Damian Nisenson et la coqueluche montréalaise SoCalled (voix, claviers, accordéon et échantillonneur) ont foulé les planches du Lion d’Or avec un bonheur palpable et une musique à la croisée du jazz, du hip-hop et du klezmer, afin de célébrer le Yom Kippur faisant, selon Nisenson, «ce qu’ils font de mieux: de la musique», et ce, au grand plaisir d’une foule essentiellement jeune et particulièrement enthousiaste. Les artistes, accompagnés de Bernard Falaise à la guitare électrique, Jean-Félix Mailloux à la contrebasse et, une fois de plus, Pierre Tanguay à la batterie ont fait preuve d’une bonne humeur et un charisme si fou qu’on ne peut leur pardonne d’avoir trop usé de tape-à-l’oreille, de progressions trop peu variées, augmenté d’une sonorisation élevée aux limites de l’ouïe humaine. La virtuosité de Nisenson, qui maniait deux instruments à la fois, en mettait malgré tout réellement plein les yeux. Certains moments étaient toutefois d’une sensibilité remarquable, notamment une ballade que SoCalled a interprété en yiddish, ou le rappel où les musiciens sont descendus dans la foule.

Certains moments étaient toutefois d’une sensibilité remarquable, notamment une ballade que SoCalled a interprété en yiddish, ou le rappel où les musiciens sont descendus dans la foule.

Journal de bord de l’OFF: Trio Derome Guilbeault Tanguay + Socalled / Nozen

François Dunlop, CISM, 8 octobre 2011

Trio Derome Guilbeault Tanguay

Qu’il n’y ait qu’un seul jazz ou plusieurs, que son existence même soit remise en question ou pas, personne ne pourrait réunir plus de consentement que le trio de force de Jean Derome, Normand Guilbeault et Pierre Tanguay sur le sujet. Difficile donc de commenter un concert où les parrains de notre scène ne font que le plus naturel des gestes: étaler leur art dans sa plus pure version. Poursuivant dans l’élan du magnifique Danse à l’Anvers (Ambiances Magnétiques Jazz, 2011), le trio a doucement navigué entre les compositions de maître Derome et celui de la grande histoire du jazz, déconstruisant au passage le classique de Ray Henderson, The Best Things In Life Are Free. Autre moment phare de la prestation fut celui où ce même Derome fredonna doucement les paroles d’un You Can Depend On Me, sous le délire d’une foule décidément bien heureuse par la surprise. Inutile de le répéter, mais faisons-le tout de même, Normand Guilbeault commanda sa contrebasse comme seul lui sait le faire et Pierre Tanguay n’a que réitéré son titre de premier batteur de la nation.

Socalled / Nozen

Rappelons-nous de cette première mouture du Tremblement de fer de Pierre Labbé et ses 50 musiciens, une commande de l’OFF qui, après un départ un peu éparpillé, a pris beaucoup de gallon en se réorientant vers une (inévitable) formation plus réduite et plus concise. Un projet de la sorte n’aurait jamais vu le jour sans le support de l’OFF. La même conclusion pourrait être tirée de cette fusion entre le projet du multi-instrumentiste Socalled et la formation free-klez (bah, utilisons ce terme au dépit d’un autre…) Nozen de Damian Nisenson. Gravitant généralement autour du répertoire du quartet et de quelques mélodies hébraïques, le concert s’est lentement dirigé vers une finale plus socalledienne au plaisir des quelques disciples de la star montréalaise qui n’hésitèrent pas à improviser un petit plancher de dans dans un Lion d’Or confortablement assis. Alors que l’intégration des échantillons laissait à désirer par une cohésion brouillonnant les rythmes de Pierre Tanguay (batterie) et Jean-Félix Mailloux (basse et contrebasse), celle des piano et claviers relevait d’un cran le jeu d’ensemble des musiciens. L’histoire saura nous dire si Nozen retentera l’expérience avec un Socalled délaissé à ses simples pianos et accordéons. Preuve fut d’ailleurs servie lors d’une très jolie finale tout en acoustique où saxophone, accordéon, et contrebasse défilèrent en plein milieu d’un public conquis par un esprit festif n’ayant jamais manqué au rendez-vous.

Qu’il n’y ait qu’un seul jazz ou plusieurs, que son existence même soit remise en question ou pas, personne ne pourrait réunir plus de consentement que le trio de force de Jean Derome, Normand Guilbeault et Pierre Tanguay sur le sujet.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.