La boutique des nouvelles musiques

Artistes Kim Myhr

Kim Myhr est musicien et compositeur en musique contemporaine et improvisée. Il a étudié au Berklee College of Music de Boston (2003-05). Depuis, il s’est engagé dans une carrière internationale d’improvisateur. Il a joué en Europe, en Australie, au Japon, au Canada et aux États-Unis. Parmi ses projets, on compte présentement un trio du nom de Mural avec l’Australien Jim Denley et son compatriote norvégien Ingar Zach; le groupe Silencers avec le pianiste Benoit Delbecq, ainsi qu’un duo avec l’électronicien français Sébastien Roux. Il a également collaboré avec Anthony Pateras, Robbie Avenaim, Toshi Nakamura, Tetuzi Akiyama et Christian Wallumrød, entre autres. Kim est l’organisateur de Fri Resonans, un festival de musique nouvelle et improvisée à Trondheim, en Norvège.

Le rien est une considération importante dans sa musique: ne rien tenir pour acquis et construire la musique à partir de rien, à l’aide de blocs simples. Autrement dit, Myhr saisit l’importance de questionner les fondements mêmes de sa réflexion sur la musique. Déconstruire, puis construire. Pourquoi y a-t-il la musique, plutôt que rien?

Myhr est récipiendaire du prix JazZtipend 2008-2009 du Festival de jazz de Molde. Il s’agit de la plus importante récompense norvégienne dans le domaine du jazz. Conséquemment, il sera de retour à Molde en 2009, avec une nouvelle pièce pour grand ensemble, mettant en vedette Sidsel Endresen, Christian Wallumrød, Jim Denley, Clare Cooper, Ingar Zach et plusieurs autres.

Kim Myhr

Oslo (Norvège), 1981

Résidence: Oslo (Norvège)

  • Compositeur
  • Interprète (guitare, guitare préparée)

Ensembles associés

Sur le web

Kim Myhr, photo: Mayu Kanamori, 2007
Kim Myhr, photo: Mayu Kanamori, 2007
  • Ensemble SuperMusique; Quatuor Bozzini  et Kim Myhr; à l’arrière: Jean Derome; Isaiah Ceccarelli; Danielle Palardy Roger; Joane Hétu, à l’avant: Clemens Merkel; Stéphanie Bozzini; Kim Myhr; Isabelle Bozzini; Alissa Cheung, photo: Céline Côté, Montréal (Québec), 23 avril 2015
  • Ensemble SuperMusique et Kim Myhr; Jean Derome; Isaiah Ceccarelli; Kim Myhr; Danielle Palardy Roger; Joane Hétu, photo: Céline Côté, Montréal (Québec), 23 avril 2015
  • Ensemble SuperMusique; Quatuor Bozzini  et Kim Myhr; de gauche à droite: Clemens Merkel; Jean Derome; Stéphanie Bozzini; Isaiah Ceccarelli; Kim Myhr; Danielle Palardy Roger; Isabelle Bozzini; Joane Hétu; Alissa Cheung, photo: Céline Côté, Montréal (Québec), 23 avril 2015
  • Kim Myhr, photo: Robin Pineda Gould, Montréal (Québec), 4 novembre 2014
  • Amy Horvey, Terri Hron, Pierre-Yves Martel, Ben Grossman, Kim Myhr, photo: Élisabeth Alice Coutu, 3 décembre 2011
  • Terri Hron, Amy Horvey, Pierre-Yves Martel, Ben Grossman, Kim Myhr, photo: Céline Côté, 3 décembre 2011
  • Terri Hron, Amy Horvey, Pierre-Yves Martel, Kim Myhr, photo: Céline Côté, 3 décembre 2011
  • Kim Myhr, photo: Céline Côté, 3 décembre 2011

Parutions principales

La presse en parle

On Location: Open Frame Festival (Brisbane, Australia)

Andy Hamilton, The Wire, no 298, 1 décembre 2008

Kim Myhr from Norway was more leftfield, though that wasnt evident at first from the haunting, spare guitar which bookened his set. His little instruments - an egg whisk with motor attached, comb, metal bowl and plate, and what sounded like a toy dulcimer - produced a compelling pattern of tiny percussive and vaguely-pitched sounds, with echoes of Harry Partch. Myhr has recorded with Jim Denley among others, but brought no CDs with him - so, a true artist, but maybe he needs to develop more of that entrepreneur spirit.

… a true artist…

Barnyard Drama (Suoni / L’Off Festival)

David Ryshpan, Panpot, 3 juillet 2008

… The evening started off with Philippe Lauzier and Pierre-Yves Martel of Quartetski, turntablist Martin Tétreault and Norwegian guitarist Kim Myhr in three quiet and textural improvisations. The set started with Lauzier playing his alto saxophone with a plunger mute affixed on his bell, creating a muffled and distant sound. The blend of Tétreault’s turntables, Myhr’s guitar effects and Martel’s viola da gamba was impressive. It was difficult to determine where the sounds were coming from. Martel, unamplified, would bow furiously, unleashing streams of harmonics, and even thump his bow against the body of the instrument. Myhr and Lauzier used their instruments more as resonators for external objects and vocalizations. Myhr many times moved a spinning toy across the body of his classical guitar, which he alternately played lying flat on his lap or in normal playing position. Lauzier also played bass clarinet, emphasizing the overtones of the instrument, and pulled out a plastic tube through which he circular breathed. At that moment, with Lauzier playing the tube, the whole group combined to sound like a massive vacuum cleaner, or that noisy radiator from down the hall — a sound full of airy noise, feedback and harmonics…

The blend of Tétreault’s turntables, Myhr’s guitar effects and Martel’s viola da gamba was impressive.

La maturité de L’OFF Festival de jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, 24 mai 2008

Enfin! Bravo! Merci aux organisateurs de L’OFF Festival de Jazz de Montréal d’avoir accompli un retournement temporel. La neuvième édition de cet événement ne se tiendra pas simultanément à l’autre, le «gros», si l’on peut se permettre. Après s’être rendu compte que l’offre musicale se confondait avec hyperinflation au début de l’été, les responsables de l’Off ont décidé de devancer les dates. Bref, il se déroulera du 13 au 21 juin.

La deuxième modification apportée est géographique. Adieu le Patro Vys, bonjour le Dièse Onze, qui a ceci de bien qu’il est un club de jazz à l’année. Jazz et resto situé au 4115 A du boulevard Saint-Denis, pour être précis. Les autres points de chute sont les mêmes que ceux de l’édition antérieure: le Lion d’or et le Pub Saint-Ciboire. Auxquels s’ajoutent cette année…

… La Sala Rossa. Et là, si l’on peut dire, c’est l’autre bonne nouvelle de cette année. Voici de quoi il s’agit: les organisateurs de l’Off se sont associés à ceux du festival Suoni per il popolo, qui se tiendra du 1er au 30 juin. Cette alliance, selon les confidences de Jean-Jules Pilote, cheville ouvrière de l’Off, devrait s’étoffer au cours des prochaines années.

C’est à espérer. Car au cours des prochaines semaines, ce duo d’organisateurs va proposer deux spectacles à La Sala Rossa: le Sun Ra Arkestra, dont on a parlé la semaine dernière, le 14 juin, et le Barnyard Drama, le quartet Lauzier, Myhr, Martel, Tétreault ainsi que Gordon Allen le 15 juin. Prix du billet de Sun Ra: 25$, alors que celui du lendemain se détaille entre 14 et 16$.

Puisqu’on décline les histoires d’espèces sonnantes, il faut insister sur un fait économique fondamental. C’est sérieux, très sérieux même. Le rapport qualité/prix inhérent aux shows de l’Off est REMARQUABLE! Le coût d’entrée des spectacles à l’affiche du Dièse Onze est de 8$. Ceux du Pub Saint-Ciboire sont gratuits. Ceux du Lion d’or: 20$ en prévente ou 25$ à la porte pour deux shows ou 15$ pour celui débutant à 21h30. Pour les détails, on peut se renseigner au lofffestivaldejazz.com

Bon. Après lecture du programme, six des shows au Lion d’or sont à retenir: la Fanfare Pourpour, qui aura l’accordéoniste et chanteur suédois Lars Hollmer pour invité. Cette fanfare à la veine humoristique indéniable est toujours dirigée par l’immense Jean Derome. Quoi d’autre? Il suffit d’écouter leur album paru sur étiquette Ambiances Magnétiques pour s’apercevoir que les membres de cette grande formation excellent dans l’alchimie des folklores du monde.

Le 18 juin, le saxophoniste et clarinettiste Chet Doxas va proposer un spectacle propre à aiguiser toutes les curiosités: Le Mur de Jean-Paul Sartre. Doxas a composé une série de thèmes inspirés, donc, de ce chef-d’œuvre littéraire qu’il interprétera en compagnie de Stéphane Allard et Zoé Dumais aux violons, de Jean René à l’alto, de Sheila Hannigan au violoncelle, de Zack Lober à la contrebasse, de son frère Jim à la batterie, tous sous la direction de Jon Sapoway.

Le même soir, mais après Doxas, les musiciens phares des labels DAME et Ambiances Magnétiques vont occuper la scène pour improviser à tout va. Autour de Derome, on retrouvera Joanne Hétu au saxo, Charity Chan au piano, Diane Labrosse à l’échantillonnage, Lori Freedman à la clarinette basse, Guido Del Fabbro au violon, Rainer Wiens à la guitare et l’incontournable Pierre Tanguay à la batterie.

Le 20 juin, le très courageux, le musicien essentiel, le contrebassiste battant Normand Guilbeault va décliner ses compositions retraçant la vie de Louis Riel. Il sera flanqué de quatorze musiciens, narrateurs et projectionnistes. C’est au Lion d’or le 20 juin à 20h. La veille, au même endroit, on aura droit à l’accouplement jazz et poésie avec José Acquelin, Renée Gagnon, Hélène Monette, Carole David et Jean-Marc Desgent.

Enfin, le 21 juin, l’affiche est alléchante parce que… parce que… le saxophoniste Janis Steprans a réuni trois autres saxos autour de lui pour clôturer cette 9e édition. André Leroux sera au soprano, David Bellemare au ténor, Jean Fréchette au baryton et Steprans, bien entendu, à l’alto. Simon Lévesque à la contrebasse et Dave Laing à la batterie vont rythmer le tout.

Les billets sont en vente à L’Oblique, à L’Échange, à L’Articulée ainsi qu’à la Casa Del Popolo et à Cheap Thrills pour les shows du 14 et du 15 juin.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.