La boutique des nouvelles musiques

Artistes Lars Hollmer

Membre fondateur du mythique groupe suédois Samla Mammas Manna, l’accordéoniste Lars Hollmer a contribué à réinventer le folklore scandinave dans les années 70. Groupe fou comme un foin, les SMM alliaient mélodisme traditionnel et créativité débridée. La formation a participé au mouvement Rock in Opposition (RIO) qui regroupait quelques ensembles européens particulièrement audacieux (dont Henry Cow et Étron Fou Leloublan) et qui a jeté les bases du premier réseau de musiques actuelles au monde. Lars Hollmer défie toute classification, bien qu’on l’ait déjà comparé à Astor Piazzolla, Nino Rota, Robert Wyatt, Brian Eno, ainsi qu’au Penguin Cafe Orchestra. Cela fait plus de 35 ans qu’il joue et endisque, en Europe, au Japon et au Québec. Sa musique incomparable suscite l’éloge partout où il passe.

[iii-07]

Lars Hollmer

Suède, 1948 – Suède, 2008

  • Compositeur
  • Interprète (accordéon, mélodica, voix)

Sur le web

Lars Hollmer

Parutions principales

Victo / VICTO 024 / 1993

La presse en parle

L’OFF Festival de Jazz de Montréal

Stanley Péan, Voir, 12 juin 2008

[…] En prélude au FIJM, L’OFF Festival de Jazz [de Montréal] propose, pour une neuvième année consécutive, une programmation consistante et plus résolument jazz que celle du grand événement qui privilégie l’éclectisme. Ce «purisme» des programmateurs de L’Off, eux-mêmes musiciens pour la plupart, n’exclut pas un désir de partager avec le public un amour sincère du jazz, sous toutes ses formes, dans quatre lieux propices: le Lion d’Or, le Dièse Onze, La Sala Rossa et le Pub Saint-Ciboire. À surveiller: l’oratorio jazz Riel du contrebassiste Normand Guilbeault, le lancement du nouveau CD du saxophoniste Chet Doxas, le septuor de la pianiste Marianne Trudel, le quintette du saxophoniste Mario Allard, l’accordéoniste et compositeur suédois Lars Hollmer en compagnie de la Fanfare Pourpour et surtout, surtout, le retour à Montréal de la formation-culte Sun Ra Arkestra, une co-présentation avec le festival Suoni Per Il Popolo. Du 13 au 21 juin prochains.

En prélude au FIJM, L’OFF Festival de Jazz [de Montréal] propose, pour une neuvième année consécutive, une programmation consistante et plus résolument jazz que celle du grand événement qui privilégie l’éclectisme […] À surveiller, le septuor de la pianiste Marianne Trudel

La maturité de L’OFF Festival de jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, 24 mai 2008

Enfin! Bravo! Merci aux organisateurs de L’OFF Festival de Jazz de Montréal d’avoir accompli un retournement temporel. La neuvième édition de cet événement ne se tiendra pas simultanément à l’autre, le «gros», si l’on peut se permettre. Après s’être rendu compte que l’offre musicale se confondait avec hyperinflation au début de l’été, les responsables de l’Off ont décidé de devancer les dates. Bref, il se déroulera du 13 au 21 juin.

La deuxième modification apportée est géographique. Adieu le Patro Vys, bonjour le Dièse Onze, qui a ceci de bien qu’il est un club de jazz à l’année. Jazz et resto situé au 4115 A du boulevard Saint-Denis, pour être précis. Les autres points de chute sont les mêmes que ceux de l’édition antérieure: le Lion d’or et le Pub Saint-Ciboire. Auxquels s’ajoutent cette année…

… La Sala Rossa. Et là, si l’on peut dire, c’est l’autre bonne nouvelle de cette année. Voici de quoi il s’agit: les organisateurs de l’Off se sont associés à ceux du festival Suoni per il popolo, qui se tiendra du 1er au 30 juin. Cette alliance, selon les confidences de Jean-Jules Pilote, cheville ouvrière de l’Off, devrait s’étoffer au cours des prochaines années.

C’est à espérer. Car au cours des prochaines semaines, ce duo d’organisateurs va proposer deux spectacles à La Sala Rossa: le Sun Ra Arkestra, dont on a parlé la semaine dernière, le 14 juin, et le Barnyard Drama, le quartet Lauzier, Myhr, Martel, Tétreault ainsi que Gordon Allen le 15 juin. Prix du billet de Sun Ra: 25$, alors que celui du lendemain se détaille entre 14 et 16$.

Puisqu’on décline les histoires d’espèces sonnantes, il faut insister sur un fait économique fondamental. C’est sérieux, très sérieux même. Le rapport qualité/prix inhérent aux shows de l’Off est REMARQUABLE! Le coût d’entrée des spectacles à l’affiche du Dièse Onze est de 8$. Ceux du Pub Saint-Ciboire sont gratuits. Ceux du Lion d’or: 20$ en prévente ou 25$ à la porte pour deux shows ou 15$ pour celui débutant à 21h30. Pour les détails, on peut se renseigner au lofffestivaldejazz.com

Bon. Après lecture du programme, six des shows au Lion d’or sont à retenir: la Fanfare Pourpour, qui aura l’accordéoniste et chanteur suédois Lars Hollmer pour invité. Cette fanfare à la veine humoristique indéniable est toujours dirigée par l’immense Jean Derome. Quoi d’autre? Il suffit d’écouter leur album paru sur étiquette Ambiances Magnétiques pour s’apercevoir que les membres de cette grande formation excellent dans l’alchimie des folklores du monde.

Le 18 juin, le saxophoniste et clarinettiste Chet Doxas va proposer un spectacle propre à aiguiser toutes les curiosités: Le Mur de Jean-Paul Sartre. Doxas a composé une série de thèmes inspirés, donc, de ce chef-d’œuvre littéraire qu’il interprétera en compagnie de Stéphane Allard et Zoé Dumais aux violons, de Jean René à l’alto, de Sheila Hannigan au violoncelle, de Zack Lober à la contrebasse, de son frère Jim à la batterie, tous sous la direction de Jon Sapoway.

Le même soir, mais après Doxas, les musiciens phares des labels DAME et Ambiances Magnétiques vont occuper la scène pour improviser à tout va. Autour de Derome, on retrouvera Joanne Hétu au saxo, Charity Chan au piano, Diane Labrosse à l’échantillonnage, Lori Freedman à la clarinette basse, Guido Del Fabbro au violon, Rainer Wiens à la guitare et l’incontournable Pierre Tanguay à la batterie.

Le 20 juin, le très courageux, le musicien essentiel, le contrebassiste battant Normand Guilbeault va décliner ses compositions retraçant la vie de Louis Riel. Il sera flanqué de quatorze musiciens, narrateurs et projectionnistes. C’est au Lion d’or le 20 juin à 20h. La veille, au même endroit, on aura droit à l’accouplement jazz et poésie avec José Acquelin, Renée Gagnon, Hélène Monette, Carole David et Jean-Marc Desgent.

Enfin, le 21 juin, l’affiche est alléchante parce que… parce que… le saxophoniste Janis Steprans a réuni trois autres saxos autour de lui pour clôturer cette 9e édition. André Leroux sera au soprano, David Bellemare au ténor, Jean Fréchette au baryton et Steprans, bien entendu, à l’alto. Simon Lévesque à la contrebasse et Dave Laing à la batterie vont rythmer le tout.

Les billets sont en vente à L’Oblique, à L’Échange, à L’Articulée ainsi qu’à la Casa Del Popolo et à Cheap Thrills pour les shows du 14 et du 15 juin.

L’OFF Festival de jazz: beaucoup plus qu’une tapisserie de jazz local

Alain Brunet, La Presse, 22 mai 2008

À son tour, L’OFF festival de jazz de Montréal a dévoilé sa 9e programmation: la Fanfare Pourpour, le projet de Normand Guilbeault consacré à Louis Riel, les improvisateurs d’Ambiances Magnétiques, le quatuor de saxophones mené par Janis Steprans, Chet Doxas inspiré par Jean-Paul Sartre ou encore le doué jeune bassiste Rémi-Jean Leblanc s’inscrivent dans cette plus que trentaine de concerts.

Du vendredi 13 au samedi 21 juin, donc plus tôt que les années précédentes, ces concerts de l’Off se déclineront quotidiennement dans quatre salles: le pub Saint-Ciboire, le Lion d’Or, le Dièse Onze et La Sala Rossa.

«Ce festival est mené par une équipe de bénévoles musiciens. Chaque année, nous essayons de représenter le plus fidèlement possible la scène montréalaise dans le milieu du jazz et de la musique créative. Nous portons une attention particulière à la présentation de projets originaux, tous d’une grande qualité artistique», explique le contrebassiste Christophe Papadimitriou, président de l’Off.

«Également, poursuit-il, nous avons la grande joie d’accueillir des musiciens étrangers et des musiciens canadiens issus de plusieurs provinces qui viennent collaborer avec les musiciens québécois. Nous aimons beaucoup cette dimension de l’échange.» L’Off, aurons-nous déduit, n’est pas une simple tapisserie de jazz local. On y fait des choix artistiques bien au-delà d’une simple idéologie de représentativité.

Au Lion d’Or, donc, la Fanfare Pourpour y présente son projet réalisé de concert avec l’accordéoniste suédois Lars Hollmer, le «quartetski» du contrebassiste Pierre-Yves Martel (prix François-Marcaurelle l’an dernier) s’y consacre à Érik Satie, le quartette de la trompettiste torontoise Lina Alemano s’amène avec notamment le très singulier saxophoniste Brodie West.

Aussi au menu principal, on retient l’ambitieux sextuor du contrebassiste Miles Perkins, un concert du trio du saxophoniste Chet Doxas avec quatuor à cordes (et inspiré par ses lectures de Jean-Paul Sartre), une soirée Ambiances Magnétiques consacrée à l’improvisation (sous la direction de Jean Derome). On suggère aussi Cantouque du contrebassiste Joel Prenovault qui évoque l’œuvre du violoneux Louis «Pitou» Boudreault, on reprend le concept jazz et poésie (animé par l’écrivain José Acquelin), on emprunte La 5e route bleue (arabo-occidentale) de la compositrice Katia Makdissi-Warren avec notamment le contrebassiste autrichien Peter Herbert, on relance le Projet Riel du contrebassiste Normand Guilbeault, sans compter le quintette du contrebassiste Dave Watts, le septuor de la pianiste Marianne Trudel ou le Quatuor du Nord, ensemble de saxophones de Janis Steprans.

À la Sala Rossa, l’Off se joint aux Suoni per il Popolo pour y coproduire le Sun Ra Arkestra, le groupe Barnyard Drama (mis de l’avant par le batteur Jean Martin et la chanteuse Christine Duncan), le jazz électroacoustique du saxophoniste Philippe Lauzier, le trio du trompettiste Gordon Allen.

Au Dièse Onze, on compte attirer les nuitards avec le Soundclash du saxophoniste Eric Hove, l’ensemble Ka Noo du saxophoniste Jason Sharp, le quartette du contrebassiste Alex Bellegarde, les Jazz Warriors du batteur Adam Miller, le sextuor du batteur Isaiah Ceccarelli, l’ensemble de la chanteuse Sonia Johnson et du contrebassiste Frédéric Alarie, le groupe du jeune bassiste Rémi-Jean Leblanc (prochain Alain Caron?), le quintette du contrebassiste Dave Watts.

Prévue de 17h à 19h, la série du pub Saint-Ciboire privilégie les jeunes loups de la scène locale, sauf exception: le quartette de la saxophoniste Anna Weber, le quintette du saxophoniste (alto) Mario Allard, l’ensemble CLH, le quartette du pianiste Malcolm Sailor, le trio du violoniste Robin Bouliane, le quartette du guitariste Carlos Jimenez, le trio du guitariste Greg Amirault, le trio Turtle Boy.

Biography

Dave Lynch, AllMusic, 1 juin 2007

Quebec’s circusy big band Fanfare Pourpour have their roots in a number of musical and artistic groupings dating back to the mid-’70s through the early ‘80s, including L’Enfant Fort, a Saturday-afternoon Montréal street band; the Pouet Pouet Band, which incorporated theatrical and cabaret elements into their mix; and Montréal Transport Limité, an underground cabaret and progressive pop group. The musicians all went their separate ways until the summer of 1995, when their love of playing and performing brought them together as the Fanfare Pourpour. Their street band attitude gives the Fanfare Pourpour a ramshackle charm, and their open and friendly embrace has seemingly welcomed to the fold any friend or family member who can toot on a horn or whack a caisse claire, as long as the proper spirit is maintained. Since the band’s “formal” founding in 1995, however, the Fanfare have grown into a tight and formidable outfit, with no diminution of the raucous spirit that has always been central to their, well, raison d’être.The band’s first album, released in 1999 on their Monsieur Fauteux m’entendez-vous? label, was entitled Tout le monde — the CD featured an 11-piece core ensemble, notably featuring Montréal singer/accordionist Lou Babin, supplemented by a handful of high-profile guest musicians from Quebec’s jazz and musique actuelle scenes on selected tracks, including saxophonist Jean Derome and guitarist René Lussier. On follow-up CD Le Bal from 2004, the group’s ranks had swelled to 15 with an additional six guest musicians scattered here and there; by now Derome had taken on musical direction responsibilities and penned five of the album’s 16 tracks. On these two releases the ensemble members proved highly capable on practically any and every musical instrument imaginable, including accordion, clarinet, saxophones, violin, flute, guitar, banjo, trumpet, euphonium, sousaphone, harmonica, darbouka, bass, drums, and percussion, playing exuberant music that blended brass band and New Orleans classic jazz traditions with elements of Québécois folk and avant-garde musics.In 2004 Swedish composer, accordionist, and keyboardist Lars Hollmer (Samla Mammas Manna, Accordion Tribe) was invited to Quebec to appear with the Fanfare Pourpour at the Festival International de Musique Incroyable, and this successful encounter was followed up with additional rehearsals and a second festival appearance at the Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville in 2005. The following year Hollmer was back in Quebec with the Fanfare yet again, this time to record the album Karusell Musik in a Montréal studio. By now it would appear that the distinction between full-fledged Fanfare bandmembers and invited guests had been erased, and the 19-piece ensemble supporting Hollmer included such notable Montréal and Quebec artists as Babin; other longstanding Fanfare members such as violinist Guido Del Fabbro and trumpeter Némo Venba (also members of avant-proggers Rouge Ciel), guitarists Luc Proulx and Roy Hübler, saxophonists Claude Vendette and Stéphane Ménard, clarinetist Pierre Emmanuel Poizat, and euphonium player Christine Lajeunesse; musical director/orchestrator/multi-instrumentalist Derome, bassist Normand Guilbeault, and percussionist Pierre Tanguay from the swinging Trio DGT and numerous other jazz/musique actuelle projects; sousaphonist Jean Sabourin from the impossibly tight brass band L’Orkestre des Pas Perdus; and violinist Marie-Soleil Bélanger, former member of the long-lived and ever-challenging Miriodor. So when it came to negotiating Hollmer’s sometimes tricky rhythms, emphatic backbeats, and multi-layered arrangements with the proper balance of roughness and precision, it would prove hard to top the Fanfare Pourpour. Karusell Musik was released in March 2007, with a CD launch concert by Hollmer and the band held that month at Montréal’s Lion d’Or.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.