La boutique des nouvelles musiques

Artistes Normand Guilbeault

Contrebassiste, compositeur-interprète de jazz et de musique actuelle. Normand Guilbeault est très actif sur la scène québécoise et canadienne et fort estimé dans son milieu. Connu d’abord pour ses associations avec les Jean Beaudet, Yannick Rieu, Nelson Symonds, Bernard Primeau et autres musiciens de jazz établis à Montréal; Normand Guilbeault s’est démarqué avec son Ensemble. Lauréat du Prix de Jazz duMaurier au Festival International de Jazz de Montréal en 1994, il a enregistré avec ce quintet: Dualismus [Red Toucan, 1994], Basso Continuo et Hommage à Mingus avec artiste invité Jean Derome [Justin Time, 1995 et 1996]. Le magazine canadien The Jazz Report lui a décerné le prix «Acoustic Group of the Year» en 1997.

La sonorité, le rythme et le style de Guilbeault l’ont conduit à jouer avec les musiciens les plus créatifs de Montréal (Jean Derome, Pierre Tanguay, Robert Marcel Lepage, Pierre St-Jak…) et à s’associer à d’excellentes chanteuses (Louise Forestier, Lou Babin, Geneviève Letarte). De ses ambitieux projets sont nées des œuvres accomplies, très inspirées et enlevantes, Hommage à Mingus, Riel Plaidoyer musical. De plus, avec les musiciens Pierre St-Jak, François Marcaurelle et Jean Vanasse, il a été instigateur, programmateur et organisateur de l’OFF Festival de Jazz de Montréal où il présente en 2002 le premier volet de son projet ParKerouac, liant poésie et jazz. La suite, Visions de Kerouac a été produites en mai 2003 dans le cadre du Festival international de littérature.

Depuis 1995 il collabore entre autres avec Jean Derome (Canot-Camping, musique de film, de théâtre, de danse, Trio Derome Guilbeault Tanguay), Robert Marcel Lepage (musique de film, théâtre, danse), Pierre St-Jak (en duo avec des poètes dans le cadre du Festival de la littérature mondiale, St-Jak Quartet Off-On, L’Hôtel du bout de la terre), René Lussier (Les Boudines, Le Boeuf Qui Rit, musiques de film), Michel F. Côté (Bruire: Les Chants Rupestres, musiques de danse) et avec le tromboniste Tom Walsh au sein du groupe NOMA. Depuis 2002 il est membre de la formation de l’auteur-compositeur Richard Desjardins et a été récompensé de 2 Félix lors du dernier gala de l’ADISQ (2004) pour l’album et le spectacle Kanasuta. En 2004 paraît Mingus Erectus, un deuxième album du Normand Guilbeault Ensemble consacré à la musique de Charles Mingus.

[iii-06]

Normand Guilbeault

Montréal (Québec), 1958

Résidence: Val-Morin (Québec)

  • Compositeur
  • Interprète (contrebasse)

Ensembles associés

Sur le web

Normand Guilbeault, photo: Léopold Brunet, 1999
Normand Guilbeault, photo: Léopold Brunet, 1999
  • Normand Guilbeault Ensemble (Normand Deveault, Matthieu Bélanger, Normand Guilbeault, Jean Derome, Claude Lavergne, Ivanhoe Jolicœur), photo: Daniel Dufour, Montréal (Québec), 30 mai 2008
  • Normand Guilbeault, photo: Pierre Crépô, 29 juin 2006
  • Normand Guilbeault, photo: Pierre Crépô, 29 juin 2006
  • Trio Derome Guilbeault Tanguay, Jean Derome, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay, photo: Pierre Crépô, 29 juin 2006
  • Trio Derome Guilbeault Tanguay, Jean Derome, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay, photo: Pierre Crépô, 29 juin 2006
  • Trio Derome Guilbeault Tanguay, Jean Derome, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay, photo: Pierre Crépô, 29 juin 2006
  • Trio Derome Guilbeault Tanguay, Jean Derome, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay, photo: Pierre Crépô, 29 juin 2006
  • Trio Derome Guilbeault Tanguay, Jean Derome, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay, photo: Pierre Crépô, 29 juin 2006

Parutions principales

La presse en parle

Un OFF très in

Serge Truffaut, Le Devoir, 29 juin 2009

L’OFF Festival de jazz enregistre une hausse de 20% de son assistance

La dixième édition de l’OFF Festival de jazz de Montréal s’est conclue, dans un Lion d’Or archibondé, sous le signe de la chaleur, de la passion et des ponctuations rythmées d’un public captivé par la densité et la verve musicale du contrebassiste Normand Guilbeault et de ses complices. L’OFF s’est conclu également sur une note pleine d’encouragement pour l’avenir: le nombre de spectateurs a enregistré une augmentation prononcée (+ 20%).

Comme cela avait été annoncé, la prestation de Guilbeault s’est déroulée sous le patronage exclusif d’un artiste dont la voix révoltée et sensuelle nous manque toujours. Il s’agit évidemment de Charles Mingus, contrebassiste obsédé par l’essentiel, compositeur obsédé par la pertinence de chaque note, par le poids et la profondeur de celle-ci.

Pour mener à bien son aventure, Guilbeault a formé un groupe stupéfiant: Jean Derome aux saxos, Mathieu Bélanger aux clarinettes, Ivanhoe Jolicœur à la trompette, Jean Sabourin à la trompette basse et au sousaphone, Karen Young au chant, l’énergique Claude Lavergne à la batterie et Normand Deveault au piano. Un Deveault digne héritier de Don Pullen, dernier pianiste de Mingus.

À voir et à entendre Guilbeault, à voir le public, à entendre l’écho qu’il lui renvoyait, on se disait que lui et ses compagnons ont ce quelque chose d’indéfinissable qui est ce quelque chose qu’ils ont en plus et que bien d’autres n’ont pas. Comment dire? Lui et Derome, lui et Jolicœur, le trompettiste trop méconnu, lui et son groupe donnent davantage que ce qui est attendu. Bref, il comble des espérances. Ce qui évidemment n’est pas donné, comme dirait La Palice.

Outre le spectacle Mingus revu par Guilbeault on retient de cette 10e édition, et des spectacles que l’on a entendus parce qu’on n’a pas tout vu, le spectacle d’ouverture Tremblement de Fer. Soit cette suite composée par Pierre Labbé pour une cinquantaine d’instrumentistes et qu’il a présentée dans un lieu inusité: le Hangar n° 16 dans le Vieux-Port. On prie tous les dieux de l’univers, et les grecs en particulier, que ce Tremblement de Fer soit transposé sur un album.

On retient également la prestation intense du pianiste Pierre St-Jak au Dièse Onze. Souvent insaisissable, St-Jak n’a pas son pareil pour surprendre, pour relancer ses accompagnateurs, pour sculpter des moments musicaux dans l’argile de la beauté. (…)

Cela étant, cette dixième édition a rencontré un succès inattendu. Les amateurs sont allés en nombre au Lion d’Or, au Cheval Blanc, au Dièse Onze, au Hangar n° 16 et un peu moins à la Chapelle historique du Bon-Pasteur. Et alors? La hausse notable de l’assistance confirme l’appétit d’un public pour un jazz aventureux, propre à aiguiser la curiosité, sensuel, tendance joyeuse et non racoleur.

La hausse notable de l’assistance confirme l’appétit d’un public pour un jazz aventureux, propre à aiguiser la curiosité, sensuel, tendance joyeuse et non racoleur.

Incredible 10. The musician-organized OFF Festival de Jazz celebrates a decade of success without excess

Mike Chamberlain, Hour, 11 juin 2009

“When we started the OFF Festival in 2000,” bassist Normand Guilbeault says, “we ran concurrently with the Montréal Jazz Festival. It was a statement that we local musicians are here, and this is what we do. But now, we don’t need to do that. The festival has found its place. Each year, many more musicians apply to play in the festival than can be accepted.” Indeed, the OFF has found its place. This year’s edition of the OFF is, incredibly, its 10th, its longevity a testament to the dedication of the musicians who organize the festival. They do it because they feel, rightly so, that it is vital to showcase both emerging and established local (and sometimes not-so-local) jazz musicians in contexts that are more amenable to an intimate music like jazz than a stage beside Ste-Catherine St. The focus is on the music, not on the amount of beer and hot dogs sold to tourists (not that they’re against selling beer and hot dogs to tourists, mind you). The OFF will run from June 18 to 27, presenting more than 30 performances, beginning with a piece for 50 musicians composed by Pierre Labbé in honour of the founders of the festival. It is a special event to be presented at Hangar 16 of the Quais du Vieux Port at 8:30 p.m. on June 18.

The next 10 days will see performances at the Cheval Blanc, Lion d’Or, Chapelle Historique du Bon- Pasteur and Dièse Onze by artists including Miriodor, the John Roney Trio, Marianne Trudel, Pierre St-Jak and Frank Lozano. The festival will close with a special two-set performance by Guilbeault’s large ensemble doing rarely performed works by Charles Mingus such as Black Saint and the Sinner Lady at the Lion d’Or on June 27.

This seems fitting, given the mercurial Mingus’s predilection for lecturing audiences who weren’t paying sufficient attention to the music. These musicians are making music that deserves attention, and they’ll do their best to make sure that you can experience it under the best possible conditions.

This year’s edition of the OFF is, incredibly, its 10th, its longevity a testament to the dedication of the musicians who organize the festival.

Aut’Fréquences. En vedette: Normand Guilbeault

Antoine Léveillée, Voir, 29 avril 2009

Le contrebassiste Normand Guilbeault continue sa “quête”, et elle se nomme Charles Mingus. Avec un troisième disque consacré au contrebassiste et compositeur américain, le musicien montréalais nous confirme encore une fois qu’il a une compréhension unique de ce répertoire. Il suffit de l’entendre parler de cette musique pour comprendre à quel point il y voue un respect sans faille. En formule sextuor (à laquelle se joint Karen Young), le disque Hommage à Mingus, Live at Upstairs 2008 réunit le saxophoniste Jean Derome, le clarinettiste Mathieu Bélanger, le trompettiste Ivanhoe Jolicœur, le batteur Claude Lavergne et, un nouveau venu celui-là, le pianiste Normand Deveault. “Lui, je l’ai attendu! s’exclame-t-il. C’est le seul pianiste que je voulais pour cet ensemble. Mais il travaillait en Guadeloupe… Alors, pas de pianiste. Maintenant, quand tu écoutes ce disque, tu peux comprendre pourquoi ça valait le coup d’attendre!” Plus qu’un simple exercice de transcription, Guilbeault a voulu monter un ensemble qui correspond en tous points à l’état d’esprit qu’impose cette musique. Une véritable confrérie. “Avec ce projet, on respecte l’évolution et l’histoire de Mingus, explique-t-il. C’est un travail gigantesque qu’il nous a légué. Il est aussi important qu’Ellington et Coltrane. C’est plus d’une centaine de disques; un héritage extraordinaire. Nous voulons respecter sa philosophie. C’est une façon d’interpréter qui rejette toute forme de confrontation. Dans cet ensemble, il n’y a pas de superstar. Sinon, ça ne pourrait pas marcher. C’est ça, l’esprit de Mingus. On entend cette générosité dans les interprétations originales.” Pas question non plus de déterminer un répertoire fixe et d’en faire un hommage standard qui se cultive dans une routine accessible. Non, l’ensemble tente plutôt de garder sa fluidité en renouvelant sans cesse son répertoire avec de nouvelles transcriptions. “Il faut garder une certaine fraîcheur. Être sur le qui-vive et conserver un esprit ludique. Pour cet album: quelques pratiques, à peine, et on monte sur scène ensuite. Deux prises en deux soirs et c’était fait.” Bien sûr… Rien de plus simple.

Le contrebassiste Normand Guilbeault continue sa “quête”, et elle se nomme Charles Mingus. Avec un troisième disque consacré au contrebassiste et compositeur américain, le musicien montréalais nous confirme encore une fois qu’il a une compréhension unique de ce répertoire.

Métis sage

Stanley Péan, Voir, 19 juin 2008

Pour son 10e anniversaire, le spectacle Riel: Plaidoyer musical de Normand Guilbeault se refait une jeunesse à L’Off Festival de jazz de Montréal.

Il y a une couple de sujets sur lesquels Normand Guilbeault est intarissable: en l’occurrence, le destin de Louis Riel et la musique de Charles Mingus. Et en un sens, le spectacle qu’il reprend au Cabaret Le Lion d’Or dans le cadre de L’Off Festival de jazz est à la croisée de ces deux passions. «Je n’oserais pas dire que Riel, c’est mon Fables of Faubus, mais c’est vrai qu’il y a une parenté», opine le contrebassiste-compositeur, dont on sait l’admiration pour le réquisitoire de son mentor contre les politiques racistes du gouverneur Orval Faubus d’Arkansas, par ailleurs intégré depuis belle lurette au répertoire de l’ensemble de Guilbeault, qui d’ailleurs enregistrait au Upstairs, ce printemps, un troisième album-hommage à Mingus.

Mais pourquoi Riel? «Ça faisait plusieurs fois que j’allais jouer dans l’Ouest canadien, toujours aussi surpris d’y entendre parler français, rappelle le compositeur. En 1995, je suis tombé sur un livre sur l’histoire de la nation métisse canadienne et j’ai été touché au cœur par cette histoire.» Pour mémoire, rappelons que Louis David Riel, chef du peuple métis des Prairies et fondateur du Manitoba, a dirigé deux mouvements de résistance contre le gouvernement fédéral dans le but de protéger les droits et la culture des Métis dans les Territoires du Nord-Ouest. En 1885, cette ‘Rébellion’ s’était conclue avec l’arrestation, le procès expéditif puis la pendaison de Riel pour ‘trahison’, une mort qui eut des répercussions durables sur les relations entre le Québec et le Canada anglais.

Après trois ans de recherche intensive avec la précieuse collaboration de Bob Olivier, Guilbeault accouche du libretto et des partitions de ce qu’il reconnaît comme son opus le plus ambitieux. Créé au Festival de musique actuelle de Victoriaville, en 1998, et repris à quelques occasions depuis, Riel: Plaidoyer musical réunit sur scène pendant deux heures une dizaine d’improvisateurs chevronnés (parmi lesquels le percussionniste Pierre Tanguay, le trompettiste Ivanhoe Jolicœur, le guitariste Sylvain Provost, le multisouffleur Jean Derome et le clarinettiste Matthieu Bélanger) et deux récitants, Fortner Anderson et Paul Chaput dans la nouvelle version. Peut-on parler d’un oratorio jazz? «Comme me l’avait fait remarquer je-ne-sais-plus-qui quand on l’a fait pour la première fois à Victo, c’est comme un opéra où les deux chanteurs ne chantent pas.»

Revampée et réorchestrée pour cette re-création qui coïncide avec son dixième anniversaire, l’œuvre n’a rien perdu de sa pertinence et de son actualité. «Un martyr, Riel l’a été, c’est sûr; mais à mes yeux, il incarne aussi le gouffre qui sépare les cultures fondatrices du Canada: la française, l’anglo-saxonne, l’autochtone et la métisse.» Gouffre que Guilbeault s’évertue à combler en musique, avec sagesse.

… l’œuvre n’a rien perdu de sa pertinence et de son actualité.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.