La boutique des nouvelles musiques

Fanfare Pourpour Aussi dans la presse

La presse en parle

La Fanfare Pourpour: pour l’aventure humaine

Alain Brunet, La Presse, 31 mai 2010

Signé Dyane Raymond, un portrait élogieux publié aux éditions Varia a déjà nommé le multi-instrumentiste et compositeur Jean Derome «l’homme musique». Et pour cause, parmi ses innombrables interventions, dont une participation prochaine au Festival international de jazz de Montréal avec ses Dangereux Zhoms, Derome est directeur musical de la Fanfare Pourpour. Cet ensemble d’une vingtaine de musiciens lance aujourd’hui un quatrième album: Danse des breloques.

Rappelons que Pourpour s’inscrit dans une longue tradition contre-culturelle. Dans les années 60 et 70, des musiciens européens et nord-américains avaient entrepris de régénérer le concept de fanfare en lui conférant des répertoires beaucoup plus déjantés que ce à quoi on pouvait s’attendre alors. À Montréal, on ne faisait pas exception à la tendance, qui se prolonge jusqu’en 2010.

«Pour faire la genèse de la Fanfare Pourpour, raconte Jean Derome, il faut remonter à L’Enfant Fort, qui jouait jadis dans les rues du Plateau. Benoît Fauteux et Christine Lajeunesse, qui ont été parmi les fondateurs de la Fanfare Pourpour, étaient de cette première aventure. Dans la même lignée est né ensuite le Pouet Pouet Band, puis la Fanfare Pourpour. Pendant un bon moment, le compositeur principal en était Bernard Poirier, que j’ai remplacé à la direction musicale après avoir été invité spécial de l’orchestre.»

Depuis son accession à la direction musicale de Pourpour, Jean Derome a notamment transposé la musique de l’accordéoniste scandinave Lars Hollmer autour de laquelle la Fanfare a consacré son album précédent.

«Ce qu’il y a de nouveau avec Danse des breloques, souligne notre interviewé, c’est qu’il y a une dizaine de compositeurs qui participent. Pour plusieurs d’entre eux, d’ailleurs, c’est la première composition enregistrée. Ces pièces inédites ont été arrangées par eux-mêmes ou avec l’aide d’autres membres comme le clarinettiste Pierre Emmanuel Poizat (PEP) et le trompettiste Nemo Venba — qui étaient tous deux dans les Faux Monnayeurs de Tomas Jensen.»

Tango, flamenco, reggae, musiques des Balkans et autres genres variés se déploient ainsi dans le répertoire original de la Fanfare Pourpour. Jean Derome complète l’observation: «Nous jouons de plusieurs styles mais nous ne faisons pas dans la reprise. Nous sommes très ouverts même si nous conservons une touche foraine.»

Le directeur musical insiste en outre sur le caractère multigénérationnel de la Fanfare Pourpour.

«On garde nos vieux piliers, mais il y a beaucoup de musiciens plus jeunes. Benoît Fauteux a joué jusqu’à l’âge de 71 ans, il s’est retiré depuis quelques années. Nemo Venba a commencé à l’âge de 18 ans, il en a 29. L’accordéoniste Luzio Altobelli (Sagapool), Guido Del Fabbro (Pierre Lapointe) sont aussi parmi les jeunes de l’orchestre. C’est donc la rencontre de générations et d’horizons musicaux différents. Certains d’entre nous, par ailleurs, ne sont pas professionnels de la musique.

«La performance technique, insiste Jean Derome, n’est pas un objectif important de la Fanfare Pourpour. Les partitions sont taillées sur mesure sur le potentiel de chacun. C’est un projet familial et humain avant tout. Une tribu! Ce qui est frappant avec les années, toutefois, c’est que le groupe s’améliore. L’intonation, le jeu d’ensemble… on arrive à quelque chose de vraiment bien.»

Jean Derome met de l’avant le caractère autogéré de l’ensemble. «En ce sens, la chanteuse et accordéoniste Lou Babin est l’âme de la Fanfare. C’est elle qui en assume la gestion administrative et la coordination. Tout le monde peut donner son avis et Lou recueille sans cesse les points de vue de chacun. C’est très démocratique comme fonctionnement, mais ça ne marcherait pas si Lou ne faisait pas ce travail formidable. La Fanfare s’engage, d’ailleurs, dans plusieurs causes sociales et humanitaires, comme par exemple l’Action terroriste socialement acceptable. On arrive parfois à générer quelques revenus, mais c’est bien peu par rapport au travail accompli.»

C’est un projet familial et humain avant tout.

La Fanfare Pourpour lance le bal de L’OFF Festival de jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, 13 juin 2008

La joyeuse troupe malaxe les folklores du monde avec les rythmes du globe

Rien de mieux que de donner le coup de pied d’envoi à la 9e édition de L’OFF Festival de jazz de Montréal dans la porte de la bonne humeur, des contrepèteries musicales et des blagues de potaches. Et oui, ce soir, la vingtaine d’Oulipiens du jazz qui forment la Fanfare Pourpour occuperont la scène du Lion d’Or à compter de 20h.

Ces fanfaristes ont poussé l’audace jusqu’à inviter un spécimen unique. Qui donc? Un Suédois qui rigole. Un concitoyen de Ingmar Snif, Snif Bergman, jumeau de Stig Dagerman, auteur du titre de livre le plus tristounet dans l’histoire de la littérature: Notre besoin de consolation est impossible à rassasier. Ah bon? Un verre de rosé ou de pastis, c’est au choix, ça fait amplement l’affaire. S’étant égaré, on se recentre.

Bien. La Fanfare Pourpour a un ancêtre: le Pouet Pouet Band. Lui-même avait plusieurs ancêtres éparpillés entre La Nouvelle-Orléans, le Vieux Continent et celui du milieu. Toujours est-il que les fondateurs de cette phalange ont malaxé les folklores du monde avec les rythmes du globe pour accoucher de cette musique aussi fraîche qu’heureuse. Musique qui s’avère également et surtout une contradiction aux sanglots longs des violons de l’automne qui nous escagassent à la puissance ISO 9000.

À leur actif, des centaines de spectacles et quatre compacts distribués par [DAME / actuellecd.com]. Parmi ses membres les plus anciens, on retiendra les noms des sœurs Babin. Lou est accordéoniste et chanteuse en plus d’être la fondée de pouvoir, la plénipotentiaire de la troupe. En clair, elle est la gérante. Suzanne est également accordéoniste. Elle joue aussi de la clarinette, elle danse, elle récite.

Jean Derome, Claude Vendette, Némo Venba, Jean Sabourin, Marie-Soleil Bélanger, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay et autres maîtres des contes musicaux composent cette troupe unique dans son genre. En un mot, la Fanfare Pourpour, c’est les exercices de style de Raymond la Quenouille revus et peaufinés au son du clairon, de la caisse claire et du solitaire, soit le saxophone basse.

Cela étant, l’autre bonne nouvelle est que… Radio-Canada et CBC Radio vont enregistrer pas moins de cinq spectacles à l’affiche de L’Off. Autre nouvelle significative, la vente des billets va bien, pour ne pas dire mieux que les années passées.

Il est fort probable que si l’Off Festival bénéficie d’une impulsion plus marquée que lors des années antérieures, c’est grâce au changement de dates. Pour la première fois, la tenue de cet événement indispensable à la bonne santé de la scène musicale, celle versée en improvisations, en jazz qui danse et en poésie, est largement attribuable au fait qu’il ne se déroule pas en même temps que le «gros». Espérons que les subventions accordées par le CALQ, Patrimoine canadien, le Bureau des festivals de la Ville de Montréal ainsi que le Conseil des arts de Montréal seront non seulement maintenues, mais augmentées.

Toujours est-il que les fondateurs de cette phalange ont malaxé les folklores du monde avec les rythmes du globe pour accoucher de cette musique aussi fraîche qu’heureuse.

L’OFF Festival de Jazz de Montréal

Stanley Péan, Voir, 12 juin 2008

[…] En prélude au FIJM, L’OFF Festival de Jazz [de Montréal] propose, pour une neuvième année consécutive, une programmation consistante et plus résolument jazz que celle du grand événement qui privilégie l’éclectisme. Ce «purisme» des programmateurs de L’Off, eux-mêmes musiciens pour la plupart, n’exclut pas un désir de partager avec le public un amour sincère du jazz, sous toutes ses formes, dans quatre lieux propices: le Lion d’Or, le Dièse Onze, La Sala Rossa et le Pub Saint-Ciboire. À surveiller: l’oratorio jazz Riel du contrebassiste Normand Guilbeault, le lancement du nouveau CD du saxophoniste Chet Doxas, le septuor de la pianiste Marianne Trudel, le quintette du saxophoniste Mario Allard, l’accordéoniste et compositeur suédois Lars Hollmer en compagnie de la Fanfare Pourpour et surtout, surtout, le retour à Montréal de la formation-culte Sun Ra Arkestra, une co-présentation avec le festival Suoni Per Il Popolo. Du 13 au 21 juin prochains.

En prélude au FIJM, L’OFF Festival de Jazz [de Montréal] propose, pour une neuvième année consécutive, une programmation consistante et plus résolument jazz que celle du grand événement qui privilégie l’éclectisme […] À surveiller, le septuor de la pianiste Marianne Trudel

L’été dans tous ses états: L’OFF Jazz pour l’allergique au FIJM

Patrick Baillargeon, Voir, 29 mai 2008

[…] Pour les nombreux qui estiment que le Festival de Jazz ne donne pas assez de visibilité au jazz local, si ce n’est au jazz tout court, L’OFF vient combler ce manque depuis neuf ans déjà! Cette année, l’événement ne chevauchera pas le FIJM. Ainsi, du 13 au 21 juin, les jazzophiles pourront s’en mettre encore une fois plein les oreilles lors des 32 concerts présentés au Pub Saint-Ciboire, au Dièse Onze, au Lion d’Or ainsi qu’à la Sala Rossa. À retenir: l’accordéoniste suédois Lars Hollmer accompagné de la Fanfare Pourpour, le Sun Ra Arkestra (présenté par le festival Suoni Per Il Popolo), le septuor de Marianne Trudel, le projet Riel de Normand Guilbeault et Chet Doxas qui lancera son nouvel album. […]

Pour les nombreux qui estiment que le Festival de Jazz ne donne pas assez de visibilité au jazz local, si ce n’est au jazz tout court, L’OFF vient combler ce manque depuis neuf ans déjà! […] À retenir […] le Sun Ra Arkestra, le septuor de Marianne Trudel.

La maturité de L’OFF Festival de jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, 24 mai 2008

Enfin! Bravo! Merci aux organisateurs de L’OFF Festival de Jazz de Montréal d’avoir accompli un retournement temporel. La neuvième édition de cet événement ne se tiendra pas simultanément à l’autre, le «gros», si l’on peut se permettre. Après s’être rendu compte que l’offre musicale se confondait avec hyperinflation au début de l’été, les responsables de l’Off ont décidé de devancer les dates. Bref, il se déroulera du 13 au 21 juin.

La deuxième modification apportée est géographique. Adieu le Patro Vys, bonjour le Dièse Onze, qui a ceci de bien qu’il est un club de jazz à l’année. Jazz et resto situé au 4115 A du boulevard Saint-Denis, pour être précis. Les autres points de chute sont les mêmes que ceux de l’édition antérieure: le Lion d’or et le Pub Saint-Ciboire. Auxquels s’ajoutent cette année…

… La Sala Rossa. Et là, si l’on peut dire, c’est l’autre bonne nouvelle de cette année. Voici de quoi il s’agit: les organisateurs de l’Off se sont associés à ceux du festival Suoni per il popolo, qui se tiendra du 1er au 30 juin. Cette alliance, selon les confidences de Jean-Jules Pilote, cheville ouvrière de l’Off, devrait s’étoffer au cours des prochaines années.

C’est à espérer. Car au cours des prochaines semaines, ce duo d’organisateurs va proposer deux spectacles à La Sala Rossa: le Sun Ra Arkestra, dont on a parlé la semaine dernière, le 14 juin, et le Barnyard Drama, le quartet Lauzier, Myhr, Martel, Tétreault ainsi que Gordon Allen le 15 juin. Prix du billet de Sun Ra: 25$, alors que celui du lendemain se détaille entre 14 et 16$.

Puisqu’on décline les histoires d’espèces sonnantes, il faut insister sur un fait économique fondamental. C’est sérieux, très sérieux même. Le rapport qualité/prix inhérent aux shows de l’Off est REMARQUABLE! Le coût d’entrée des spectacles à l’affiche du Dièse Onze est de 8$. Ceux du Pub Saint-Ciboire sont gratuits. Ceux du Lion d’or: 20$ en prévente ou 25$ à la porte pour deux shows ou 15$ pour celui débutant à 21h30. Pour les détails, on peut se renseigner au lofffestivaldejazz.com

Bon. Après lecture du programme, six des shows au Lion d’or sont à retenir: la Fanfare Pourpour, qui aura l’accordéoniste et chanteur suédois Lars Hollmer pour invité. Cette fanfare à la veine humoristique indéniable est toujours dirigée par l’immense Jean Derome. Quoi d’autre? Il suffit d’écouter leur album paru sur étiquette Ambiances Magnétiques pour s’apercevoir que les membres de cette grande formation excellent dans l’alchimie des folklores du monde.

Le 18 juin, le saxophoniste et clarinettiste Chet Doxas va proposer un spectacle propre à aiguiser toutes les curiosités: Le Mur de Jean-Paul Sartre. Doxas a composé une série de thèmes inspirés, donc, de ce chef-d’œuvre littéraire qu’il interprétera en compagnie de Stéphane Allard et Zoé Dumais aux violons, de Jean René à l’alto, de Sheila Hannigan au violoncelle, de Zack Lober à la contrebasse, de son frère Jim à la batterie, tous sous la direction de Jon Sapoway.

Le même soir, mais après Doxas, les musiciens phares des labels DAME et Ambiances Magnétiques vont occuper la scène pour improviser à tout va. Autour de Derome, on retrouvera Joanne Hétu au saxo, Charity Chan au piano, Diane Labrosse à l’échantillonnage, Lori Freedman à la clarinette basse, Guido Del Fabbro au violon, Rainer Wiens à la guitare et l’incontournable Pierre Tanguay à la batterie.

Le 20 juin, le très courageux, le musicien essentiel, le contrebassiste battant Normand Guilbeault va décliner ses compositions retraçant la vie de Louis Riel. Il sera flanqué de quatorze musiciens, narrateurs et projectionnistes. C’est au Lion d’or le 20 juin à 20h. La veille, au même endroit, on aura droit à l’accouplement jazz et poésie avec José Acquelin, Renée Gagnon, Hélène Monette, Carole David et Jean-Marc Desgent.

Enfin, le 21 juin, l’affiche est alléchante parce que… parce que… le saxophoniste Janis Steprans a réuni trois autres saxos autour de lui pour clôturer cette 9e édition. André Leroux sera au soprano, David Bellemare au ténor, Jean Fréchette au baryton et Steprans, bien entendu, à l’alto. Simon Lévesque à la contrebasse et Dave Laing à la batterie vont rythmer le tout.

Les billets sont en vente à L’Oblique, à L’Échange, à L’Articulée ainsi qu’à la Casa Del Popolo et à Cheap Thrills pour les shows du 14 et du 15 juin.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.