La boutique des nouvelles musiques

Artistes Réjean Beaucage

Réjean Beaucage

Montréal (Québec), 1961

Résidence: Montréal (Québec)

  • Rédacteur
  • Journaliste
Réjean Beaucage [Photo: Isabelle Gardner, Montréal (Québec), 2010]
Réjean Beaucage [Photo: Isabelle Gardner, Montréal (Québec), 2010]
  • Réjean Beaucage [Photo: Andrée Derome]

Parutions principales

Éditions Varia / VARIA 9782896061198 / 2019

Articles écrits

  • Réjean Beaucage, Voir, 18 avril 2018
    … c’est une grande réussite.
  • Réjean Beaucage, Voir, 22 janvier 2018
    C’est une musique dense, qui se développe par couches, en construisant des espaces gigantesques…
  • Réjean Beaucage, Voir, 15 juin 2017
    On est au cœur du glitch; l’aiguille du tourne-disque de Tétreault est au beau milieu de l’égratignure et le laptop de d’Orion, saturé à souhait, mord la poussière.
  • Réjean Beaucage, Voir, 5 juin 2017
    Un projet à surveiller s’il passe dans votre coin, et dont on espère des suites.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 18 avril 2018

Le musicien Bernard Falaise a joué depuis un quart de siècle avec tout ce que notre scène de musiques nouvelles compte de mieux et c’est un collaborateur tellement recherché que l’on se demande un peu comment il fait pour s’y retrouver. Le voici fin seul, une nouvelle (rare) fois, avec l’envie de faire des musiques vaguement méditatives et la possibilité, grâce à la magie du studio, de se multiplier pour colorer le son de ses guitares d’un brin de mélodica, d’un chouïa de glockenspiel et d’une touche d’électronique. L’homme est un grand guitariste (il ne joue pas avec tout le monde pour rien), mais ici, pas d’explosions de virtuosité, on est plutôt dans l’atmosphérique et le plaisir du son. Et de ce côté-là, c’est une grande réussite.

… c’est une grande réussite.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 22 janvier 2018

Duo formé des électroacousticiens montréalais Félix-Antoine Morin et Maxime Corbeil-Perron, Political Ritual crée des ambiances dont il est peut-être préférable de faire l’expérience en concert, à moins d’avoir des voisins compréhensifs… C’est une musique dense, qui se développe par couches, en construisant des espaces gigantesques, et, comme le disent ses concepteurs: «La seule cause qui importe est celle de mettre le volume à fond». Évidemment, ils ne sont pas les premiers à faire cette recommandation, mais leur musique, toute en textures et large comme un paquebot, bénéficie que l’on porte attention à ce détail. Conçu dans une période «de deuil, d’abus de substances [et] d’inquiétudes géopolitiques», le résultat est assez noir, comme le vinyle qui le supporte.

C’est une musique dense, qui se développe par couches, en construisant des espaces gigantesques…

Chronique disques

Réjean Beaucage, Voir, 15 juin 2017

Poursuivant leur projet amorcé l’année dernière avec le disque 1948 (Kohlenstoff Records), qui saluait le travail des pionniers de l’époque de l’invention de la musique concrète par Pierre Schaeffer, les deux bad boys de la musique actuelle nous arrivent avec un enregistrement en concert à Québec dans le même esprit, c’est-à-dire très noise. On est au cœur du glitch; l’aiguille du tourne-disque de Tétreault est au beau milieu de l’égratignure et le laptop de d’Orion, saturé à souhait, mord la poussière. Ces deux-là ont raffiné le produit depuis un bout de temps et leur noise est épuré; raison de plus pour regretter que le tout ne fasse guère plus de 25 minutes.

On est au cœur du glitch; l’aiguille du tourne-disque de Tétreault est au beau milieu de l’égratignure et le laptop de d’Orion, saturé à souhait, mord la poussière.

Chronique

Réjean Beaucage, Voir, 5 juin 2017

Déjà trois ans que le saxophoniste Pierre Labbé donnait au Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) la création de son projet mêlant trad et musique actuelle avec le concours de Michel Faubert dans le rôle du «conteur électrique». La poésie de ses propos est magnifiée par les mélodies recherchées que tissent autour d’elles les musiciens (le guitariste Bernard Falaise et le batteur Pierre Tanguay appuient le souffleur). Comme en concert, on se laisse prendre tout de suite par l’énergie de l’ensemble, semblable à celle du groupe Papa Boa, auquel Falaise, Faubert et Labbé ont participé et dont Jean Baribeau revient faire un tour de piste ici. Un projet à surveiller s’il passe dans votre coin, et dont on espère des suites.

Un projet à surveiller s’il passe dans votre coin, et dont on espère des suites.

Autres textes

Voir, Voir, Voir no 22:2

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.