La boutique des nouvelles musiques

Artistes Martin Arnold

Martin Arnold est un musicien basé à Toronto. Ses compositions écrites ont été jouées sur la scène nationale et internationale. Guitariste et joueur de banjo, de mélodica et d’électronique temps réel, Martin est également un membre actif de la communauté torontoise d’improvisation et de jazz/roots/rock expérimental. Il est chargé de cours à l’Université Trent (études culturelles), à l’Université de Toronto à Scarborough (art, culture et média) et il est le directeur artistique de Arraymusic à Toronto.

[source: www.quatuorbozzini.ca] [ix-17]

Martin Arnold

Edmonton (Alberta, Canada), 1959

Résidence: Toronto (Ontario, Canada)

  • Compositeur

Sur le web

Parutions principales

Collection QB / CQB 1112 / 2011

Articles écrits

Prix du Gouverneur général 2004

Martin Arnold, Conseil des arts du Canada, 3 mars 2004

Il est heureux que le Gouverneur général reconnaisse les réalisations en «arts médiatiques». On ne pouvait trouver de vocable plus absolu que «média» pour désigner l’art si frénétiquement éclectique et si particulier de John Oswald. En anglais, «medium» devient «media» au pluriel; «media» renvoie ainsi à plus d’un «medium». Au sens propre, le mot anglais «medium» signifie un moyen, n’importe lequel, d’effectuer ou de transmettre quelque chose, n’importe quoi. Le mot français médium représente un terme poétiquement approprié pour John Oswald, car il dérive d’un mot latin qui signifie «celui du milieu». Or, Oswald se jette en plein milieu ou, plus précisément, dans de très nombreux milieux. Sa vorace imagination créatrice règne dans les interstices des catégories culturelles traditionnelles. L’objectif de cet état d’entre-deux n’est toutefois pas de créer des œuvres en dehors — ou séparées — des activités habituelles de ces catégories. Au contraire, l’art d’Oswald se veut radicalement inclusif. À ce sujet, il dit: «Je reconnais surtout les catégories comme des distinctions traditionnelles, qui permettent de jeter des ponts de manière originale.» Dans une récente entrevue, il confiait: «On me dit parfois que telle ou telle chose que j’ai faite semble glisser dans les fissures des catégories. Je n’aime pas beaucoup cette idée. Je crois que les ponts que j’essaie de bâtir ont pour but d’enjamber ces fissures.»

Alors, que fait John Oswald? Des plunderphonics, des bandes mystère, des rascali klepitoire, de la lutte artistique, des œuvres de tonie, des spinvolver et autres chronophotics, pour ne nommer que quelques-unes de ses activités. Ces noms et catégories lui appartiennent évidemment et n’illustrent ici que les exemples les plus éloquents de sa manière de jouer avec les catégories. Oswald s’est aussi décrit comme un artiste du son. Toutefois, la danse, la photographie, la performance et les nouveaux médias deviennent tous chez lui des moyens d’expression artistique empreints d’un éclectisme défiant les catégories. Oswald explique ainsi sa démarche:

Après réflexion, j’estime que l’existence de catégories distinctes en art, surtout de catégories irrationnelles, agit comme un stimulus dans plusieurs de mes activités. Ce peut être, par exemple, une réponse à une commande. Si quelqu’un me demande un opéra, je me demande immédiatement: «Qu’est-ce qu’un opéra?» J’ai bien mes propres catégories pour la plupart des choses, car il est difficile de parler de quoi que ce soit si l’on n’est pas prêt à faire des distinctions. Toutefois, je ne veux pas couler ces catégories dans le béton, parce que je crois avant tout qu’il est plus profitable d’investir dans la remise en question de mes propres distinctions. C’est là considérer les catégories comme un processus plutôt que comme un réceptacle.

Pouvait-on s’attendre à un autre discours de la part d’un artiste ayant affirmé que la radio transistor a été son premier instrument.

L’écoute — ou mieux encore, l’observation, dans tous les sens du mot —, en tant que pratique créatrice menant à l’intervention active et à l’expérimentation, se situe au cœur de toutes les œuvres de John Oswald. On l’imagine bien jouant de la radio: découpant les styles musicaux et les déclarations parlées pour leur permettre de se moduler mutuellement alors que la syntonisation demeure entre les stations, maniant les incursions simultanées du monde des bruits de friture radiophonique toujours fluctuants.

Son jeu de radio préfigure sans doute ses plunderphonics. Ce terme est devenu assez courant au sein de la grande culture populaire; on l’attribue même à des œuvres n’ayant rien à voir avec Oswald. Dans la presse musicale alternative, on l’utilise souvent pour désigner la musique faite à partir d’enregistrements tirés de musiques d’autres personnes. La grande popularité de ce terme s’explique par le phénomène de l’omniprésence des échantillons musicaux dans les appropriations de type collage de la culture disc-jockey/emcee en général. L’œuvre d’Oswald a toujours alimenté avec force les débats qui entourent ce genre de composition musicale, qu’il s’agisse de la question des mythes, de l’originalité dans la création, de la propriété intellectuelle et du droit d’auteur, ou de la politique de différenciation entre les œuvres d’art. La contribution d’Oswald à ces débats d’importance ne peut sous-estimée.

Depuis le début des années 1990, les enregistrements plunderphonics d’Oswald ont été vendus à plus de 100 000 exemplaires dans le monde. Il a fait la couverture du magazine britannique The Wire, et nombre de ses enregistrements ont été classés parmi les dix meilleurs albums de l’année dans des publications telles que Rolling Stone, The New York Times et Spin.

Oswald est une sorte d’alchimiste (son studio s’appelle mLab, avec un «m» pour mystère). On ne peut pas vraiment dire qu’il utilise la musique des autres; on devrait plutôt dire qu’il la transmute en changeant sa nature et sa forme. L’évocation métaphorique de l’alchimie s’effrite quelque peu si l’on examine la transmutation chez Oswald, car contrairement à l’alchimiste qui, en transformant le plomb, rend le métal transformé méconnaissable, Oswald, lui, espère que l’audi-teur reconnaîtra ce qu’il a pillé pour développer ses plunderphonics. Pourtant, en parvenant à insérer des références culturelles implicites dans son matériau source, les transmutations n’en deviennent que plus profondément étranges et magnifiques. Par exemple, sa récente compilation rétrospective de plunderphonics débute par une plage de 56 secondes, btls, qui s’ouvre sur le célèbre accord final de l’album des Beatles Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band. John Oswald décrit ainsi cette expérience musicale:

L’accord original en mi majeur avait été créé, selon le producteur George Martin, en mettant 5 personnes, ou 10 mains, ou dans ce cas 60 doigts, sur 3 pianos, qui ont tous joué simultanément le même accord… C’est la première chose que l’on entend, ce dernier accord. Ensuite, vous entendez à nouveau l’accord, mais un demi-ton plus haut, comme si les 60 doigts, tels des crabes, s’étaient déplacés d’un pas vers la droite du piano. La véracité de cette illusion auditive est très importante pour moi. George Martin, John, Paul, Ringo et Mal ont pu produire presque exactement ce son en faisant ce que je viens de décrire dans le studio en 1967. Une troisième itération de l’accord exigerait 60 doigts de plus… Maintenant que, comme auditeur, vous saisissez probablement comment fonctionnent la transformation et l’accumulation, nous ajouterons un nouvel élément, soit l’ouverture de l’accord de guitare ré7 avec la 4suspendue de A Hard Day’s Night.

L’art de John Oswald se révèle original, particulier, personnel et d’une étrange intimité. Cependant, l’intimité ne se situe pas entre «Oswald offrant une œuvre» et «nous la recevant» (l’idée d’un auteur tentant d’autoriser un sens correct ou d’avancer une réception escomptée paraît ici merveilleusement absente, ou d’une incohérence multiple). L’intimité réside avant tout dans la symbiose entre la relation précaire, souvent fragile, d’éléments qui habitent chaque pièce et le déploiement désordonné d’associations personnelles qui débordent de la relation du spectateur/auditeur avec le matériau source et avec toute résonance biaisée dont il se souvient.

Récemment, Oswald s’est concentré sur les arts visuels. Ce nouvel intérêt demeure cependant cohérent avec ses autres pratiques artistiques et dérive naturellement de ses expériences de plunderphonics. Ses manipulations informatiques de musique existante et sa prise de conscience des possibilités dans le monde du traitement numérique des images découlent naturellement de son intérêt croissant pour l’utilisation de l’ordinateur dans la création artistique. (De la radio transistor au découpage, au montage avec touche d’enregistrement, à la bande à plusieurs pistes, aux échantillonnages et à l’ordinateur, il s’agit là d’une évolution remarquable.) Certaines de ses premières images ont été des amalgames de caractéristiques de vedettes pop: Prince a été mélangé avec Annie Lennox, Elvis avec Paul McCartney, et ainsi de suite. À première vue, ces images semblent bien être analogues à ses procédés de plunderphonics, soit une combinaison-transformation de matériaux reconnaissables dans leurs nouveaux formats hybrides. Il y a cependant une différence significative: si la reconnaissance d’une vedette pop se rattache à une construction publique et commerciale, celle d’une chanson populaire est très différente. C’est quelque chose d’intime, qui appartient à l’auditeur, car chaque chanson crée des références précises, immuables, à une époque de la vie de l’auditeur. Oswald a toujours affirmé que ses plunderphonics n’avaient jamais été de la parodie, de la critique péjorative ou des juxtapositions surréelles. Il avoue s’être particulièrement intéressé à trouver des manières nouvelles d’écouter la musique qu’il aime en créant de nouvelles relations intimes.

Ses dernières œuvres visuelles, ses chronophotics (le temps plus la lumière), proposent un même niveau d’intimité sur le plan de l’expérience visuelle. Pour ces créations, Oswald prend des photos numériques de sujets, d’abord habillés puis nus, qui adoptent plus ou moins la même pose. Ensuite, il combine numériquement ces images pour constituer une vidéo ou une image projetée par vidéo, qui semble montrer une foule regardant l’observateur. À la projection, la composition de la foule change, car quelques personnes s’estompent tandis que d’autres apparaissent lentement et, au même moment, les vêtements de certains sujets disparaissent ou apparaissent. Ce qui fluctue devant les yeux de l’observateur est donc une communauté de relations physiques et sociales. Il est à noter que l’œuvre a été créée en réunissant des images de membres de la communauté à laquelle l’œuvre a été présentée. Le fait qu’Oswald ait pris des photos des participants avec et sans leurs vêtements est aussi important. Leur nudité évoque, encore une fois, autre chose que la simple représentation de leur intimité. Lorsqu’on choisit de se faire photographier sans vêtements, et qu’on accepte que la photo soit montrée, on s’engage dans une relation très particulière et, pour la plupart des gens, assez rare avec la prise de photo, avec le photographe et avec l’observateur potentiel. En même temps, ce choix met en relief la particularité des vêtements portés. Oswald, qui a travaillé en danse expérimentale pendant près de 30 ans, montre, d’une certaine façon, une conscience propre à ce domaine.

Tant dans les plunderphonics que dans l’ensemble de l’œuvre d’Oswald, le travail de l’artiste ne porte pas simplement sur les relations intimes, il cherche aussi à découvrir des relations intimes qui soient nouvelles, étranges et merveilleuses.

----------------------------

Établi à Toronto, Martin Arnold est musicien (plus précisément compositeur et improvisateur).

----------------------------

http://www.conseildesarts.ca/nouvelles/communiques/2004/qb127235918565781250.htm

Sa vorace imagination créatrice règne dans les interstices des catégories culturelles traditionnelles.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.