À propos ›› Historique d’Ambiances Magnétiques

Des musiques inclassables

1983-1988: Une maison construite sans plan, sans consigne, sans contracteur

Dans la ville nommée Montréal, des hommes et des femmes choisissent et inventent des manières de faire leurs vies par eux-mêmes; des manières de faire leurs musiques; des manières de faire leurs disques. Chacun vit dans des convictions de création et des conditions de vie qui se ressemblent et qui s’assemblent. Un jour qui était donc inévitable, ils se connaissent et se reconnaissent. D’abord René Lussier, Robert Marcel Lepage, André Duchesne et Jean Derome; s’ajoutent ensuite Joane Hétu, Diane Labrosse, Danielle Palardy Roger et finalement Michel F Côté. Des natures indépendantes, des forces de la nature, des naturels créatifs. Des compositeurs et des compositrices qui interprètent et improvisent, qui grattent, triturent, égratignent, abiment, soufflent, cognent et explorent la matière sonore. Ces gens là ont aussi un goût et un plaisir communs, celui de travailler en groupe; ils ont le sens de la collectivité, le sens de l’ensemble. Conventum, Fin du travail, Le temps des bombes, Chants et danses du monde inanimé, Wondeur Brass, Les Granules. Musiques fières, délinquantes, iconoclastes et surtout inclassables par ceux qui désirent tant classer pour vendre, classer pour comprendre, classer pour approuver, pour aimer. Des musiques inclassables faites par des incassables. Des incassables qui décident ensemble de construire une maison pour leurs musiques, une maison pour leurs disques. Maison pour survivre aux anciens naufrages et à l’isolement; maison pour essuyer les refus et les incompréhensions. Une maison faite de leurs disques qui porteront et soutiendront chacun des autres. Une maison qui se définira par leur force implacable, par leur désobéissance. Une maison de disques qui se donnera cette étiquette: Ambiances Magnétiques.

Musiques vivantes, musiques de concerts, musiques de fanfares, musiques de films, musiques improvisées, musiques populaires, théâtrales, rythmées, musiques ludiques, musiques chantées, criées, parlées, musiques synthétiques, acoustiques, électriques, musiques vernaculaires, folklore, rock, jazz et bruitisme fusionnés

Les fondations de la maison sont élevées en 1984, sans plan, sans consigne et sans constracteur. Entreprise audacieuse. Des musiciens producteurs de disques qui se regroupent afin de résister à la loi du marché et poursuivre leur travail de création loin des critères établis par les modes et les académismes. Un regroupement de musiciens producteurs de disques.

La production de vinyles ira bon train et la maison grandira, Les Poules, Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso Bar, La traversée de la mémoire morte, Bruire. Très rapidement se créeront des liens avec les réseaux européens de distribution de disques de musique actuelle. Recommended Records étant le plus fameux et celui dont l’incidence fut la plus marquante pour l’avenir et le développement d’Ambiances Magnétiques.


1989-1990: Le tournant du tournant, Adieu vinyles, bonjour DAME

René Lussier portera le coup. Il sera définitif et radical. Après Le trésor de la langue, il n’y aura plus aucune production de vinyles chez Ambiances Magnétiques. Le courant du disque compact est trop fort, impossible d’y résister. Adieu vinyle. Adieu aussi pochette, objet réalisé avec tant d’amour, d’attention et de soin. Bienvenue disques compacts et nouveaux designs de présentation. Avec le disque compact sont arrivés également d’autres transformations chez Ambiances Magnétiques, de nouvelles collaborations et de nouvelles perspectives. La présence de Robert Langlois du Studio 270, avec sa grande intelligence d’un tel langage musical, deviendra garantie de la qualité des prises de son et des mixages. Les ingéniosités de Jean-François Denis de DIFFUSION i MéDIA allègeront le processus de fabrication des disques et l’arrivée des graphistes Luc Beauchemin, Fabrizio Gilardino et Anna Morelli apportera une constance et une unité dans la présentation des livrets et des jaquettes.

La maison qui se construisait sans contracteur commence à en ressentir la nécessité; l’ouvrage ne manque pas, le courrier déborde, les envois sont en retard, l’inventaire n’est plus à jour; tâches qu’il faut bien accomplir pour renforcir la charpente, pour que rien ne s’écroule. La coordination devient alors absolument indispensable; c’est alors que DAME apparaît. Joane Hétu décide de prendre la direction des opérations et de répondre aux besoins intérieurs et à la demande extérieure. Il faut préparer la décennie qui commence, consolider les liens avec les réseaux européens, en créer de nouveaux avec l’Asie, le Mexique, les pays scandinaves. Joane vient assurer la base organisationnelle et administrative absolument indispensable dans la jungle commerciale de la surenchêre à l’efficacité. Et ainsi, DAME en totale adhérence avec la création musicale, avec la liberté du sonore, poursuivra allègrement l’entreprise de ses instigateurs, avec la même résistance, la même indépendance, la même persévérance.


1991-1996: La maison se remplit d’amis Etcetera

La maison se remplit de plus en plus de disques, d’amis et de quelques autres étiquettes, Martin Tétreault, Geneviève Letarte, Michel Ratté, Jerry Snell, Pierre-André Arcand, Jocelyn Robert, Lars Hollmer, Fred Frith, Bruit TTV, OHM Éditions, AMIM, Victo. Oui il faut être ami pour entrer dans la maison, il faut y avoir été introduit; car on y préserve ces convictions de création et ces conditions de vie qui se ressemblent et qui s’assemblent. On y conserve jalousement le désir de la même musique fière, authentique et dissidente.

Musiques idées, musiques immédiates, musiques de rencontres, musiques hétérodoxes, musiques approximatives, musiques de récupération, musiques de danses, musiques superposées, turbulences, poésies, onomatopées, calquages, pick-up, bouillons, brouillons, mathématiques, pataphysique, musiques minimalistes, maximalistes, dissonances orchestrées, musiques anarchiques et chaotiques

Les ensembles du début se sont transformés, ils ont grandi, explosé, bougé, Locomotive, Évidence, Justine, Les Dangereux Zhoms, Duo déconstructiviste, Castor et compagnie. Les collaborations se sont précisées, beaucoup de projets solos ont émergé, La légende de la pluie, Les choses dernières, Adieu Leonardo, Face cachée des choses, Le corps de l’ouvrage, les alliés ont été identifiés, les archives dépoussiérées et classées, Muss muss hic, Snipettes, Métamorphoses clandestines, L’oreille enflée.


1997…: Un rêve à poursuivre encore plus éveillés

Aujourd’hui au Québec, Ambiances Magnétiques et DAME sont devenus les rares supports de diffusion de disques autoproduits en musique actuelle. On y conserve toujours aussi jalousement le désir de cette musique vivante, iconoclaste et indépendante. Les musiciens et musiciennes d’Ambiances Magnétiques ont muri leurs discours, raffermi leurs idées, approfondi leurs recherches; et chacun a préservé la conviction que sa musique a son sens, sa fonction, sa beauté, sa bonté, sa vérité.

Musiques polymorphes, musiques savantes et traditions orales, musiques déconstruites et reconstruites, post-modernité et hybridation, urgences, ruptures et réconciliations, musiques immédiates, musiques brutes, art song et chansons éclatées, textures, mosaïques, métissages, musiques engagées, musiques prolétaires, musiques en transformation, tohu-bohu, musiques dans le labyrinthe de l’éclectisme

Et malgré que la musique actuelle soit encore parfois dénigrée, boudée ou ignorée, ses créateurs la font parce qu’elle leur apparait comme une nécessité. Nécessité d’une langue vivante enrichie de tous les métissages possibles, de tous les matériaux présents; nécessité de toute langue qui se développe et cherche sans cesse à s’adapter et à se transformer selon les mutations de l’imagination et de l’entendement des vivants.

Les artistes d’Ambiances Magnétiques et de DAME poursuivent leur rêve de se donner le plus de chances possibles de se maintenir libres et autonomes, responsables et engagés face à la musique d’aujourd’hui.

Soyez vigilants, restez vivants

-Danielle Palardy Roger, 1996


Ambiances Magnétiques: (Suite)

Si la vie était un conte de fées, les efforts des membres fondateurs d’Ambiances Magnétiques auraient été suffisants pour imposer ce qui est convenu d’appeler la musique actuelle comme une forme de recherche musicale commercialement viable. Les artistes qui en font leur raison de créer ne seraient plus ostracisés par les médias, boudés par les festivals et ignorés par les disquaires. Sans nécessairement envahir les ondes radiophoniques, leurs productions seraient écoutées, appréciées par un public grandissant et soutenues avec vigueur par l’État (autant dans leur financement que dans leur diffusion). Et ils vivraient heureux et auraient beaucoup d’enfants.

Ce n’est pas le cas. Encore aujourd’hui, les acteurs de la scène des musiques actuelles doivent créer envers et contre les médias, les gouvernements et la complaisance d’un public obnubilé par la musique pré-mâchée qui sature les ondes. Mais il y a, malgré tout, de l’espoir. D’abord, Ambiances Magnétiques existe toujours, présentant, bon an mal an, une sélection de disques qui provoquent et enchantent. Ensuite, l’auditoire de cette musique grandit effectivement et se fidélise. On le constate dans les concerts, dans les événements, mais aussi à travers les autres petites étiquettes qui se sont mises à foisonner, à Montréal et ailleurs, et qui publient des musiques nettement en marge du goût du jour. On le constate aussi dans cette génération montante de créateurs qui désignent les premiers «magnétiseurs» comme sources d’inspiration.

Et c’est pourquoi, pendant la période 1997-2004, l’entité qu’est Ambiances Magnétiques s’est retrouvée devant un choix: devenir une institution vénérable et respectable ou continuer à ruer dans les brancards.


1997-2000: Ouverture et redéfinition

Ambiances Magnétiques est née du désir partagé par un noyau d’artistes de s’unir pour faire face à l’adversité — «l’union fait la force!». Pendant les premières années d’activité, seuls les membres du collectif (en 1997: Jean Derome, René Lussier, Robert Marcel Lepage, André Duchesne, Joane Hétu, Diane Labrosse, Danielle Palardy Roger, Michel F Côté et Martin Tétreault) pouvaient publier des disques sur l’étiquette. En retour, ces mêmes membres mettaient l’épaule à la roue des opérations, limitant ainsi les frais et s’assurant d’un véhicule de diffusion solide. Mais quelques artistes ne peuvent pas soutenir et nourrir le catalogue à eux seuls, de façon constante et indéfinie.

Ainsi, la période 1997-2000 a vu les portes s’ouvrir, d’abord à des noms familiers, ceux des musiciens souvent présents aux côtés des membres du groupe, les électrons gravitant autour du noyau. On a donc vu les noms de Pierre Tanguay, Tom Walsh, Pierre Cartier et Normand Guilbeault imprimés sur la tranche de disques Ambiances Magnétiques. Certains de ces projets étaient profondément intimes (Midi tapant, La musique de mon disque), d’autres présentaient des fresques à grand déploiement (Chansons de Douve, Riel: Plaidoyer musical).

En parallèle à cette première vague «d’expansion», certainement la plus évidente ou du moins la plus immédiate, de nouveaux noms ont commencé à apparaître, ceux de nouveaux arrivants à Montréal et d’amis internationaux: Fred Frith, Otomo Yoshihide, Malcolm Goldstein, Rainer Wiens, Mirko Sabatini, et un guitariste fougueux du nom de Bernard Falaise. Introduit par Michel F Côté via le trio Klaxon Gueule, celui-ci est rapidement devenu un facteur clé du renouveau de l’étiquette. En quelques années, on le retrouve aux côtés de Robert Marcel Lepage (Joue Free), mais aussi dans Papa Boa, Les Projectionnistes et bien sûr Klaxon Gueule.

Ce dernier groupe marquera l’aboutissement d’une recherche musicale et le début d’une ère nouvelle chez Ambiances Magnétiques. Les premières parutions de l’étiquette montraient, en plus d’une créativité débordante, un grand sens de la fantaisie, voire de l’humour, accompagnés d’un amour du rock déconstruit. Cette conception de la musique actuelle, partagée dans les années 80 par des étiquettes comme Cuneiform, ReR Megacorp, Rec Rec et No Man’s Land, a été graduellement supplantée par le courant bruitiste et ce qui sera bientôt appelé l’improvisation électro-acoustique.

Les albums Île bizarre de Diane Labrosse, Ikue Mori et Martin Tétreault, Dur Noyau Dur de Lussier et Tétreault, de même que Solos de guitare électrique de Lussier, représentent tous des efforts majeurs dans cette direction, mais c’est Muets de Klaxon Gueule, paru en 1999, qui aura le plus d’impact et replacera Ambiances Magnétiques sur l’échiquier international. Il repositionne également l’étiquette dans la nouvelle mouvance montréalaise, puisque le contrebassiste du groupe, Alexandre St-Onge, deviendra rapidement un des jeunes créateurs les plus audacieux de la métropole. Ce dernier tissera aussi les premiers liens avec le réseau expérimental des milieux anglophones, alors en plein foisonnement, dans le sillage du groupe Godspeed You Black Emperor!, des étiquettes Constellation et alien8, des projets du guitariste Sam Shalabi et, bientôt, du café La Casa del Popolo.

Si quelques-uns de ces disques déstabilisent (pour ne pas dire: inquiètent) certains des plus fervents supporters de l’étiquette, ils démontrent un fervent désir de poursuivre les recherches et de secouer les idées reçues. Et en parallèle, l’esprit festif de l’étiquette survit dans le 1er disque de Papa Boa, les 2e albums de Orkestre des pas perdus et de Castor et compagnie, Compil zouave de Côté et Les clarinettes ont-elles un escalier de secours? de Lepage, tous parus entre 1997 et 2000.


2001-2004: Une nouvelle génération, une plus grande reconnaissance

Le nouveau millénaire débute sur fond de célébration: les 10 ans de DAME (Distribution Ambiances Magnétiques, etc.). Petite ruche où l’on s’occupe d’amener au public le miel des artistes, la maison de distribution se porte de mieux en mieux, forte d’une boutique sur Internet (www.actuellecd.com) et d’un catalogue qui grossit à vue d’œil, au fur et à mesure que de petites étiquettes locales et internationales s’y ajoutent. Parmi ces nouvelles venues s’en trouve une au nom particulier: Monsieur Fauteux, m’entendez-vous? Dirigée par des amis de longue date d’Ambiances Magnétiques, l’étiquette a vu le jour en 1999 avec la parution du premier disque de la Fanfare Pourpour, mais elle prend réellement son envol à partir de 2001. Elle apporte au catalogue de DAME un certain nombre de jeunes musiciens qui collaborent aussi avec les membres d’Ambiances Magnétiques, dont les musiciens de Rouge ciel et d’Ipso Facto, ainsi que les auteurs-compositeurs-interprètes Tomás Jensen et Frank Martel.

Pendant ce temps, chez Ambiances Magnétiques même, la famille s’élargit. Alors qu’il fut un temps où le noyau dur du collectif produisait la très large majorité des disques sur l’étiquette, les nouveaux venus occupent maintenant de plus en plus de place. En 2002, seuls 5 des 11 disques publiés sont attribuables aux «membres» du collectif; en 2003, c’est seulement 3 sur 12. Parmi les nouveaux venus, on trouve d’abord de jeunes musiciens d’ici: le groupe Interférence Sardines, le saxophoniste Pierre Labbé (de Papa Boa), le percussionniste Ganesh Anandan, le guitariste Antoine Berthiaume, le violoniste Guido Del Fabbro (de Rouge Ciel), la violoncelliste Mélanie Auclair.

À côté de cette nouvelle génération s’alignent des créatrices et des créateurs aguerris: Lori Freedman, Marilyn Lerner, Lee Pui Ming, Sylvie Chenard, Pierre Langevin et Tim Brady; ce dernier ayant produit trois de ses albums les plus audacieux au cours de ses trois premières années chez Ambiances Magnétiques.

Au milieu de ce fourmillement, les pionniers de l’étiquette publient certains de leurs disques les plus accomplis. C’est 10 Compositions du Trio Derome Guilbeault Tanguay, La vie c’est simple de Nous perçons les oreilles, Musique d’hiver de Joane Hétu, Parasites de Diane Labrosse et Martin Tétreault. Le duo Parasites et Les Poules, récemment reformées, jouent en Europe et aux États-Unis en s’attirant les éloges de la critique, alors que Jean Derome endisque chez CIMP, Diane Labrosse chez No Type et Martin Tétreault un peu partout (Audiosphere, Vand’œuvre, Erstwhile, Textile), élargissant ainsi leurs publics et leurs rayonnements.

Nous sommes en juin 2004 et Ambiances Magnétiques vient de lancer Canevas «+» de l’Ensemble SuperMusique. Mélange de compositions et d’improvisations, mélange d’approches et d’esthétiques, cet album semble lancer un pont vers un autre disque collectif, celui-là paru en 1992: Une théorie des ensembles. Ici encore, on nous propose un état des lieux de la grande famille d’Ambiances Magnétiques, capté sur scène pour la postérité. Une famille qui s’agrandit, qui change, qui rue. Le renouveau dans la continuité, de la part d’un collectif et d’une étiquette qui réussissent encore et toujours à nous surprendre et à nous émouvoir.

-François Couture, 2004