La boutique des nouvelles musiques

Portraits: Songs of Joni Mitchell Marianne Trudel, Karen Young

Marianne Trudel et Karen Young, deux artistes exceptionnelles, entières et attachantes, se joignent ici dans une relecture tout à fait originale et extrêmement touchante des chansons de Joni Mitchell. Un piano, une voix: atmosphérique, intime, et émouvant. Un disque fabuleux qui respire la liberté, la tendresse, et la spontanéité.

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Portraits: Songs of Joni Mitchell

Marianne Trudel, Karen Young

Joni Mitchell

  • CD
    TRUD 2018-01
    Hors-catalogue

La presse en parle

  • Sylvain Cormier, Le Devoir, 5 octobre 2018
    … un album d’un tel raffinement, d’une telle liberté, d’un tel respect, d’une telle qualité…
  • Frédéric Cardin, Ici musique, 5 octobre 2018
    La beauté, la poésie et la richesse des chansons de Joni Mitchell ont trouvé un véhicule d’expression parfait dans le duo formé des Montréalaises Karen Young et Marianne Trudel.

Critique

Sylvain Cormier, Le Devoir, 5 octobre 2018

Aveu terrible: je ne connais pas bien le catalogue de Joni Mitchell, au-delà des évidences: Both Sides Now, Chelsea Morning, Coyote, Woodstock, Help Me, Free Man in Paris, Big Yellow Taxi, l’album Blue. Constat sympa: l’album Portraits: Songs of Joni Mitchell que proposent l’exceptionnelle pianiste Marianne Trudel et la non moins extraordinaire Karen Young me donne fichtrement envie de plonger, oreilles premières, voire corps et âme, dans les dix-huit autres albums de l’illustrissime auteure-compositrice-interprète.

Point de départ

Marianne et Karen rient de bon cœur. Et Karen ne manque pas de compassion: «C’est OK de commencer maintenant, et si c’est un peu à cause de nous, I’m glad! La carrière de Joni Mitchell, c’est tellement vaste, il y a toujours à découvrir et redécouvrir.» Même en cet automne où l’on va célébrer les 75 ans de l’artiste lors d’un grand concert hommage à Los Angeles (les 6 et 7 novembre), il faut croire qu’il n’est jamais trop tard pour se trouver un point de départ. Même s’il s’agit, en l’occurrence, du résultat d’études appliquées et prolongées du répertoire: un album d’un tel raffinement, d’une telle liberté, d’un tel respect, d’une telle qualité ne va pas sans une connaissance approfondie de l’œuvre.

Elles n’ont pu colorer ce Portraits qu’après avoir beaucoup, beaucoup tracé les contours des mélodies, et lu jusqu’entre les lignes cette poésie chansonnière si singulière. «J’ai grandi avec les disques de Joni Mitchell, et je n’ai jamais arrêté de grandir avec elle», résume Karen Young. Pareillement, Marianne Trudel a beau posséder tout le pan jazzy du corpus sur le bout des doigts, l’étonnement l’attendait à tous les détours d’arpèges: «On est encore émerveillées par la richesse de ce qu’elle a créé, une grande partie de notre bonheur dans ce projet a été de passer du temps avec des chansons vraiment moins connues, The Dry Cleaner from Des Moines, par exemple, ou Man from Mars.»

Aller très loin

«L’autre grand bonheur, et le grand vertige aussi, continue-t-elle, c’est l’étendue des possibilités. Ce sont déjà des chansons parfaites et parfaitement interprétées, néanmoins ouvertes: en formule piano-voix, je pouvais aller très loin, et Karen aussi, parce que la poésie de Joni ne peut pas être ailleurs qu’en avant.» Très loin? Achetez l’album et allez écouter ce que devient Shine: le jeu est stupéfiant d’invention, mais sans jamais perdre la chanson de vue. Note: procurez-vous le disque physique, je vous en prie. Le projet n’a bénéficié d’aucune subvention, la campagne de sociofinancement piétine, et c’est franchement injuste: ce Portraits mérite la Lune.

C’est le mot clé: méritoire. Il faut quand même un certain culot et pas mal de caractère pour se frotter à du Joni Mitchell: le niveau d’exigence échappe à la force gravitationnelle tant c’est élevé. «Pour California, on a vraiment bûché, hein Karen?» Rigolade en tandem. «Oh yes, je pense qu’on a tout essayé…» Sans surprise, ce se sont les Both Sides Now, California, Borderline, sans doute les titres les plus célébrés de l’album, qui ont donné aux complices le plus de fil à retordre. Marianne explique: «California, on l’a tellement dans l’oreille, et la rythmique très guitare ne se prête pas trop à la transposition au piano.» Karen est d’autant ravie: «C’était ça qui était le fun. Il y a du plaisir dans la difficulté. On a eu chaud, mais on avait confiance.» Marianne soupire et rit en même temps. «Tu peux pas aller chez Joni Mitchell sans te mettre un peu en danger. Mais pour Karen et moi, c’était ça, le défi. Un défi heureux: je pense que nos carrières disent au moins ça: on n’est pas peureuses.» Ensemble, j’en témoigne, elles sont à la fois redoutables… et magnanimes envers les retardataires.

… un album d’un tel raffinement, d’une telle liberté, d’un tel respect, d’une telle qualité…

Critique

Frédéric Cardin, Ici musique, 5 octobre 2018

La chanteuse Karen Young et la pianiste Marianne Trudel s’associent pour nous offrir l’un des beaux albums de l’année: Portraits: The Songs of Joni Mitchell.

La beauté, la poésie et la richesse des chansons de Joni Mitchell ont trouvé un véhicule d’expression parfait dans le duo formé des Montréalaises Karen Young et Marianne Trudel. La voix de Young a juste ce qu’il faut de fragilité pour entrer en communion avec l’esprit des chansons de Mitchell, qui parlent d’amour, de chute, de perte et de résurrection (de l’amour ou de l’être blessé). C’est l’amour dans toute son inconstance, dans ses petites catastrophes trompeuses sur leur durée (non, la douleur ne dure pas toujours!), dans les victoires imprévues qui s’ensuivent (oui, on se relève).

Le piano de Marianne Trudel est génialement poétique et source de lumières, au pluriel, tellement l’infinie palette de la pianiste est sollicitée pour nourrir de leurs rayons bienfaisants les fragiles pousses des chansons de Joni.

Je dis «fragiles pousses», mais comprenez-moi bien, ces chansons sont d’une puissance évocatrice rare. Le danger pour les artistes, c’est qu’elles sont si raffinées dans leur architecture et dans leur expressivité qu’il suffirait de presque rien pour les rendre insupportablement inintéressantes. Il faut des artistes de premier plan pour leur donner à la fois l’espace et l’attention nécessaires pour qu’elles prennent totalement vie.

On ne peut pas tirer dessus pour les faire grandir plus vite, on ne peut pas trop les arroser, on les noierait. Il faut être ultra-sensible sans être affecté, il faut suggérer la puissance des émotions qui brinqueballent le sujet de ses petits chefs-d’œuvre, et non l’étaler à tout vent, ce qui les rendrait vulgaires.

Trudel et Young ont tout compris. C’est beau, c’est touchant, c’est même poignant, et ce, sans jamais perdre cette note d’ironie, ce regard en coin complice que nous envoie Joni et qui semble nous dire: «OK, c’est sérieux, mais capotez pas non plus.»

Il y a dans la musique de Joni Mitchell (qui plus est interprétée avec autant de panache) comme un quelque chose qui nous rassure. Elle apporte une beauté dont le monde a bien besoin.

Il sera sur ma liste de l’année celui-là, aussi bien vous faire à l’idée.

La beauté, la poésie et la richesse des chansons de Joni Mitchell ont trouvé un véhicule d’expression parfait dans le duo formé des Montréalaises Karen Young et Marianne Trudel.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.