La boutique des nouvelles musiques

Lézardes et zébrures Bernard Falaise

  • SODEC

Même si Bernard Falaise est le seul instrumentiste sur ce disque, vous n’y trouverez pas de pièces pour guitare solo. Une bonne partie des matières de base de lézardes et zébrures ont été interprétées avec une guitare acoustique en «open tuning» passée dans une pédale (freezer) qui permet de jouer à l’infini des boucles de très courtes durées. Ce dispositif sonne un peu comme un duo folklorique extraterrestre de guitare et orgue. De nombreuses pistes ont été ajoutées à cette matière, notamment de guitare électrique, de glockenspiel et de mélodica pour créer un univers sonore foisonnant, à la fois acoustique et électronique, naïf et savant.

Lézardes et zébrures

Bernard Falaise

La presse en parle

  • Joël Pagier, Revue & Corrigée, no 116, 1 juin 2018
    Bernard Falaise […] a pleinement intégré les notions d’innovation, d’accessibilité, d’audace et d’authenticité…
  • Frans de Waard, Vital, no 1133, 14 mai 2018
    Falaise creates an inventive musical world.
  • Stuart Broomer, The WholeNote, no 23:8, 1 mai 2018
    All of Falaise’s works here are at once immediate, luminous and strangely dream-like.
  • Réjean Beaucage, Voir, 18 avril 2018
    … c’est une grande réussite.

Critique

Joël Pagier, Revue & Corrigée, no 116, 1 juin 2018
Bernard Falaise […] a pleinement intégré les notions d’innovation, d’accessibilité, d’audace et d’authenticité…

Review

Frans de Waard, Vital, no 1133, 14 mai 2018

Bernard Falaise started in groups like Miriodor, Klaxon Gueule, Les Projectionnistes, a.o. He wrote for the Ensemble Contemporain de Montréal (ECM), and other ensembles. Also for exhibitions, television, theatre and dance. As an active improviser he worked with a great variety of musicians for almost 25 years now. He released several solo projects. And his newest release is a next step on his path as a solo player and improviser, exemplifying once again Falaise is a very unique crossing the border-type of musician. Lézardes et zébrures is a fine collection of nine instrumentals. Most pieces start from acoustic guitar played in open tunings in a fingerpicking style. By using a freezer pedal and adding other instruments Falaise creates an inventive musical world. Weird constructions, but accessible and enjoyable at the same time. Combining instruments and sounds of acoustic and electronics origin.

Falaise creates an inventive musical world.

Jazz and Improvised

Stuart Broomer, The WholeNote, no 23:8, 1 mai 2018

Guitarist Bernard Falaise is a significant contributor to Montréal’s musique actuelle movement, a member of the expansive Ensemble SuperMusique as well as the trio Klaxon Gueule and Quartetski, a group that regularly reimagines high modernist composers like Bartók and Stravinsky. Lézardes et zébrures is a solo record, but one without solos, a series of pieces constructed from minimal materials. Each begins with short figures, intervals and arpeggios played on an acoustic guitar in open tunings to emphasize steel string resonance and ringing harmonics; these are then looped, with Falaise adding layers of other instruments, among them electric guitar, glockenspiel and melodica. The opening Au zoo sets both a pattern for the music and an intermittent theme, one that’s reflected in titles like Langue de girafe and Mémoire d’éléphant, and even in the CD title — literally “cracks and welts” but with the bilingual suggestion in this context of lizards and zebras. These notions of other species’ consciousness are matched with alternative substances and spaces — Marcher sur la glace or Stalactites et stalagmites — all of them implicit in sounds that repeat and reconfigure. All of Falaise’s works here are at once immediate, luminous and strangely dreamlike. The oscillating figure of Le compas dans l’œil suggests Steve Reich’s minimalism, while the clicks and suspensions of Distillations reference the turntablist’s art, but it’s all part of Falaise’s bright, immediate, sonic universe, developed at greatest length in the imagination of another materiality in Porcelaine 360°.

All of Falaise’s works here are at once immediate, luminous and strangely dream-like.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 18 avril 2018

Le musicien Bernard Falaise a joué depuis un quart de siècle avec tout ce que notre scène de musiques nouvelles compte de mieux et c’est un collaborateur tellement recherché que l’on se demande un peu comment il fait pour s’y retrouver. Le voici fin seul, une nouvelle (rare) fois, avec l’envie de faire des musiques vaguement méditatives et la possibilité, grâce à la magie du studio, de se multiplier pour colorer le son de ses guitares d’un brin de mélodica, d’un chouïa de glockenspiel et d’une touche d’électronique. L’homme est un grand guitariste (il ne joue pas avec tout le monde pour rien), mais ici, pas d’explosions de virtuosité, on est plutôt dans l’atmosphérique et le plaisir du son. Et de ce côté-là, c’est une grande réussite.

… c’est une grande réussite.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.