La boutique des nouvelles musiques

Mattempa Éric Normand

Enregistré dans la forêt de Saint-René-de-Matane en août 2015.

Mattempa

Éric Normand

La presse en parle

  • The Squid’s Ear, 12 avril 2017
    Fascinating.
  • Pierre Cécile, Le son du grisli, 21 octobre 2016
    C’est en tout cas un bel hommage (de Normand à Ferron) et une belle découverte (que ce Normand et que ce Ferron).
  • Marie-Pier Frappier, Le Devoir, 26 août 2016
    … le disque de Normand forge les beautés du bruitisme avec un talent indéniable.

Mattempa

The Squid’s Ear, 12 avril 2017

Patterned after Canadian physician and author Jacques Ferron’s book Gaspé Mattempa, where he postulated a character whose creation fantasy stems from a purely acoustic phenomenon. The rustling of the trees on the mountain, takes the form of a mythical creature: satan-mattempa or the squalling of the Madeleine, half voodoo character, half-Nordic, Barron’s cousin Saturday, holed up in the cold mountains of the Gaspésie imaginary. In the book he wrote: “Creature noise, always present and absent at the same time, his singing blurs the horizon, the boundary between land, water and air.”

Éric Normand works with that material into these 8 musical works, imaginative and complex pieces for improvisation. Though purely acoustic, the works have the feel of bridging worlds into the electroacoustic improv realm, much like the literature they reflect bridges worlds into the mythological. Fascinating.

Fascinating.

Chronique

Pierre Cécile, Le son du grisli, 21 octobre 2016

Je savais (eh, j’ai bonne mémoire!) qu’Eric Normand était bassiste c’est pourquoi quand j’ai entendu les premières secondes de son Mattempa j’ai eu peur qu’il soit passé à la trompette ou au saxophone et qu’il s’y essaye en solo au chiantissime canardage de salive. Mais en fait non. Sur cette œuvre (la première d’une série) inspirée par l’écrivain Jacques Ferron (1921-1985), Normand dirige des amis à tour de (clé de?) bras: Raphaël Arsenault (violon), Antoine Létourneau-Berger (percussions), Philippe Lauzier (clarinette basse et sax soprano) et Alexandre Robichaud (trompette de poche).

Nos musiciens s’en trouvent embarqués sur des compositions inspirées par «le» Gaspé-Mattempa de Ferron dont un extrait est retranscrit. Mystérieux, le texte = mystérieuse, la musique. C’est une drôle d’ambiance, pour dire la vérité, qui plane et que peuvent faire éclater (mais seulement le temps de leur durée) une mélodie jouée ensemble par les vents ou un pas de deux improvisé. C’est en tout cas un bel hommage (de Normand à Ferron) et une belle découverte (que ce Normand et que ce Ferron).

C’est en tout cas un bel hommage (de Normand à Ferron) et une belle découverte (que ce Normand et que ce Ferron).

Critique

Marie-Pier Frappier, Le Devoir, 26 août 2016

«Aurais-je vécu dans l’obsession d’un pays perdu? Alors, Seigneur, je te le dis: que le Diable m’emporte.» De ce Jacques Ferron dont on ne se lasse jamais a émergé une folle improvisation du compositeur rimouskois Éric Normand et de ses acolytes dans une œuvre puissante et sensible. Vent, soupirs, mugissements de ce personnage-pays imaginé dans le récit ferronnien Gaspé-Mattempa inspirent des pièces mystérieuses et magnifiques que sont Le souffle, Baron Samedi et Morne. Le Verbe est là, il attend dans les silences ciselés à la perfection que le «Satan-Mattempa» se meuve, s’échine dans les basses électriques, se débatte dans les percussions, se perde dans le violon inquiétant pour mourir dans la crise cardiaque d’une clarinette possédée. Hommage à «l’empremier» musical — celui que fait la branche qui tombe quand personne n’entend —, le disque de Normand forge les beautés du bruitisme avec un talent indéniable.

… le disque de Normand forge les beautés du bruitisme avec un talent indéniable.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.