La boutique des nouvelles musiques

Holy Seven Tilting

Après un album autoproduit paru en 2011, le quatuor Tilting revient avec un enlevant deuxième disque sur Barnyard Records.

Le projet du contrebassite Nicolas Caloia s’avère être ici un jazz relativement accessible, aux confins du post-bop, du free-bop et du free-jazz, sans être trop brusque, ni trop mièvre.

Les compositions proposent des thèmes simples, efficaces et bien amenés à l’ouverture, avant de laisser libre court à l’improvisation des musiciens pour un bref retour au thème en finale. Nous avons affaire à une communauté d’esprit, des amis et collègues possédant des dizaines d’années d’expérience à jouer ensemble et cela est palpable. Au saxophone bariton et à la flûte basse, nous retrouvons le toujours impressionnant Jean Derome, à la batterie Isaiah Ceccarelli, et Guillaume Dostaler au piano. Le quatuor sera complété sur un morceau par Lori Freedman à la clarinette basse, et sur un autre par Yves Charuest au saxophone alto. Personne n’en fait trop, tout le monde en fait juste assez.

La musique est très chaude, notamment en raison du choix du saxophone baryton chez Derome. Il semble y avoir une ligne directrice d’ensemble dans l’album, une cohérence interne rendant l’écoute agréable du début à la fin. Le tempo est plutôt moyen, voire même proche de la ballade, avec quelques déchirures par ci par là dans un enrobage assez mélodique, intelligible et instrospectif. La plupart des pièces (8 au total) durent entre 8 et 9 minutes, pour au final un peu moins d’une heure. Ainsi, les musiciens déposent tranquillement l’atmosphère avant d’éclater à mi-parcours. C’est un peu poreux et la réalisation rend un sentiment d’urgence, de direct. La clé demeure la qualité des compositions, exigeantes sous un couvert de simplicité. Notons la splendide pièce Apart, avec sa mélodie languissante portée par le sax de Derome et l’urgente Locked. Un disque d’après-midi, les fenêtres ouvertes et la brise d’été dans les cheveux, un livre en main.

Pour les amateurs de free-bop, de William Parker, Dewey Redman, Booker Ervin (pour la soul…)

Holy Seven

Tilting

Nicolas Caloia, Jean Derome, Isaiah Ceccarelli

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Stuart Broomer, The WholeNote, no 20:3, 1 novembre 2014
    The music is filled with rare emotion…
  • Ken Waxman, Musicworks, 21 octobre 2014
    Tilting may be the band’s name, but it’s evident that the only direction it leans towards is one made up of unique compositions and performances.
  • François Couture, Monsieur Délire, 16 septembre 2014
    … une belle chaleur qui se dégage du tout.

Review

Stuart Broomer, The WholeNote, no 20:3, 1 novembre 2014
The music is filled with rare emotion…

Review

Ken Waxman, Musicworks, 21 octobre 2014

One of the linchpins of Montréal’s Musique Actuelle potpourri, bassist Nicolas Caloia is, underneath it all, a jazz musician, and this session shows off his mastery of the idiom. With the group Tilting, he elaborates his take on jazz by utilizing the talents of fellow travellers baritone saxophonist Jean Derome, pianist Guillaume Dostaler, drummer Isaiah Ceccarelli, and — on one track each — bass clarinetist Lori Freedman and alto saxophonist Yves Charuest. What that means is that Caloia’s eight compositions tilt towards the freer side of free bop, without ever abandoning underlying rhythms.

With Caloia’s bass sonority directing from behind, and Derome’s bulky low-pitched smears upfront, the band still works effectively to ensure that weightiness doesn’t turn into logginess. Dostaler is the key here, whether he’s outputting processional cadenzas or comping decorously to knit together seemingly disparate parts. Holy Seven Fields, the most traditional of the tunes, has a heavy Charles Mingus influence, with spirited piano timbres pushing Derome’s slurps upwards to middle-register expression.

The title of Apart (for Conlon Nancarrow) must be an inside joke, since Nancarrow’s super-swift pianism isn’t referred to at all; instead, Apart is made memorable by a straightahead bass solo. “Wren” balances on Caloia’s fluid continuum as dramatic baritone smears take centre stage.

Unsurprisingly, Freedman’s bass clarinet adds some needed buoyancy when harmonized with Derome’s sax on Flox, together attaining a climax of tremolo vibrations. As for Charuest, his peeps and judders on Locked are backed by spiccato string-pulls from the bassist that create the most dissonant track. Here, a frenzied reed counterpoint of shrieked notes finally reassembles amoeba-like into a shimmering whole.

Tilting may be the band’s name, but it’s evident that the only direction it leans towards is one made up of unique compositions and performances.

Tilting may be the band’s name, but it’s evident that the only direction it leans towards is one made up of unique compositions and performances.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 16 septembre 2014

Tilting, c’est le quatuor de jazz du contrebassiste montréalais Nicolas Caloia. Ce disque, enregistré en avril 2013, vient de paraître chez Barnyard, une étiquette ontarienne. Caloia, Jean Derome, Guillaume Dostaler et Isaiah Ceccarelli, plus Lori Freedman et Yves Charuet sur un morceau chacun. Très jazzé mais pas typé, vivant en fait, avec de belles dérapes — Derome joue du saxo baryton et de la flûte basse sur ce disque, ça tire donc beaucoup dans le bas registre. L’écriture rappelle souvent Sun Ra — quelque chose dans l’immédiateté des mélodies, à la fois ancrées dans la tradition du jazz et tournées vers un ailleurs meilleur. Prise de son ambiante (au moins pour la batterie) et une belle chaleur qui se dégage du tout.

… une belle chaleur qui se dégage du tout.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.