La boutique des nouvelles musiques

Rêve éveillé Cordâme, François Bourassa

Cordâme présente Rêve éveillé, son plus récent album où l’on retrouve des musiques orchestrées pour piano, harpe, violon, violoncelle, contrebasse et percussions. Ce nouveau répertoire onirique, accessible et envoûtant constitué de compositions de Jean Félix Mailloux met en vedette le pianiste François Bourassa. Les mélodies fortes et les arrangements étoffés nous transportent dans une aventure musicale hors de l’ordinaire.

En effet, l’album Rêve éveillé de Cordâme + François Bourassa constitue le projet le plus ambitieux présenté par l’Ensemble jusqu’à maintenant. Enregistré en concert le 9 mars 2013, il propose des pièces pour la plupart interprétées pour la première fois devant public. Le concert a d’ailleurs été finaliste aux prix Opus en 2014 dans la catégorie: Concert de l’Année — Musiques du monde. «J’adore la création des œuvres: le moment d’offrir du matériel inédit provoque en effet une effervescence unique. J’ai donc voulu capter la fraîcheur, voire la fragilité de cette prestation, afin de conserver intacte l’énergie brute que l’on retrouve dans ces moments. Toute l’équipe impliquée dans ce projet est extrêmement dynamique et entièrement dévouée à la musique et je les en remercie du fond du cœur.»Jean Félix Mailloux

Rêve éveillé

Cordâme, François Bourassa

Jean Félix Mailloux

La presse en parle

  • Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, 1 juin 2014
    Le direct ajoute un supplément de fraîcheur, de risque et d’authenticité.
  • Réjean Beaucage, Voir, 17 avril 2014
    … la cohésion est telle qu’on croirait bien que ces musiciens-là jouent toujours ensemble.
  • Yves Bernard, Le Devoir, 28 mars 2014
    … contrastée, souvent imagée, parfois même cinématographique.
  • François Couture, Monsieur Délire, 25 mars 2014
    Un baume pour l’âme.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 17 avril 2014

Le trio de base de l’ensemble Cordâme s’est transformé en septet pour ce concert enregistré à L’Astral, mais la cohésion est telle qu’on croirait bien que ces musiciens-là jouent toujours ensemble. La musique de Jean Félix Mailloux (contrebasse), qui a des racines partout, laisse bien sûr une belle place aux cordes (celles du violon, du violoncelle, de la harpe ou du piano), mais la clarinette de Guillaume Bourque et la batterie d’Isaiah Ceccarelli permettent aussi au compositeur de varier les couleurs. Le pianiste François Bourassa est vraiment utilisé comme un membre de l’ensemble, faisant évidemment un solo ici et là, mais servant surtout la musique avec brio (son ajout donne un petit côté «Michel Legrand» pas désagréable du tout à une pièce comme Vancouver).

… la cohésion est telle qu’on croirait bien que ces musiciens-là jouent toujours ensemble.

Critique

Yves Bernard, Le Devoir, 28 mars 2014

Sous la direction de Jean-Félix Mailloux, Cordâme est à la croisée du jazz, du classique et des musiques du monde, sans être l’un ou l’autre. Sur leur disque précédent, ses membres étaient revenus à une formule plus intime en trio. Les revoici avec plus d’invités pour un disque plus jazz, avec la participation du pianiste François Bourassa et l’ajout de la harpiste Annabelle Renzo, qui adoucit les atmosphères, et du clarinettiste Guillaume Bourque, qui donne une touche plus désinvolte. Reste toujours ce trio de contrebasse, violon et violoncelle qui confère du lyrisme et de la sensibilité, tout en rapprochant de la musique de chambre, même sur des cadences doucement syncopées. La musique est contrastée, souvent imagée, parfois même cinématographique. Les formules instrumentales sont diversifiées d’une pièce à l’autre. Des couleurs orientales, subtiles ou hachurées apparaissent. Une musique sans lieu fixe qui transporte partout.

… contrastée, souvent imagée, parfois même cinématographique.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 25 mars 2014

Au départ, Cordâme était un trio à cordes. Puis, au fil des albums, le groupe du contrebassiste montréalais Jean-Félix Mailloux a grandi. Sur Rêve éveillé, violon, violoncelle et contrebasse sont rejoints par les clarinettes de Guillaume Bourque, la harpe d’Annabelle Renzo, la batterie d’Isaiah Ceccarelli et, surtout, le piano de François Bourassa. Enregistré devant public en mars 2013, ce disque propose surtout de nouvelles compositions (et les trois ou quatre déjà connues ont droit à de nouveaux arrangements). La musique de Mailloux rejoint de plus en plus celle de John Zorn (dans son côté jazzé un peu mystique): facile d’écoute, métissée de diverses influences mondiales, sensuelle et riche d’une profonde recherche artistique. Le mariage entre Cordâme et Bourassa frôle la perfection. Un baume pour l’âme.

Un baume pour l’âme.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.