La boutique des nouvelles musiques

Musique électronique (1975-1983) Bernard Gagnon

… des bandes magnétiques aux rewinds invraisemblables à des collages électroacoustiques… Le son du grisli, France

Tirage limité à 300 exemplaires

Contient sept pièces inédites réalisées au studio de musique électronique de l’Université McGill par le compositeur montréalais Bernard Gagnon.

Musique électronique (1975-1983)

Bernard Gagnon

La presse en parle

  • Pierre Cécile, Le son du grisli, 18 février 2014
    … des bandes magnétiques aux rewinds invraisemblables à des collages électroacoustiques…

Chronique

Pierre Cécile, Le son du grisli, 18 février 2014

Ah, les surprises que nous réserveront toujours les archives… Aujourd’hui, ce sont les disques Tenzier qui nous (me) font découvrir Bernard Gagnon. Après de brèves recherches sur internet: homme (Bernard!), né à Montréal en 1953, lâche le rock psyché pour la musique électronique au milieu des années 70, rejoint le collectif Cham Pang et, toujours plus près de nous, collabore avec Jean Derome. Mais ce que Tenzier nous offre sur ce trente-trois, c’est un florilège de compositions qui vont de 1975 à 1983 et des bandes magnétiques aux rewinds invraisemblables à des collages électroacoustiques qui chassent en territoires Schaeffer, Parmegiani ou Genesis P-Orridge, à quoi on ajoutera encore une free noise quand il rejoint un groupe constitué de Michel-Paul Aussant, Jean Bourque, Jean-Pierre Gratton et Michel Courcy. Ce qui fait pas mal de noms à apprendre, je vous l’accorde… L’autre face, c’est encore autre chose… Gagnon prend une phrase d’une dictée de son souvenir («Le boa mange Léo») et joue avec elle, la retourne dans tous les sens, la chante, la plonge en rythmique prépostindus et la noie pour couronner le tout (son œuvre, ce disque) dans un bruyant mélange krautelectro. Qu’importe si cette plage sonore est en fait plusieurs pièces mises bout à bout (je ne cherche pas à savoir): son effet est immédiat; d’ailleurs, à en reparler, voilà que j’y retourne.

Les trois pièces électroacoustiques que Tenzier rassemble ici sont l’œuvre de Gisèle Ricard (en collaboration avec Bernard Bonnier, pour l’une d’entre elles). Deux noms encore à apprendre pour des sons assez différents puisque Ricard emprunte, pour composer, des couplets à des chansons françaises qui parlent d’amour (Je t’aime) ou fabrique un petit univers en Immersion ou encore une balancelle sonore qui rappelle Ursula Bogner — à moins que Jan Jelinek ne soit aussi derrière Gisèle Ricard?

… des bandes magnétiques aux rewinds invraisemblables à des collages électroacoustiques…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.